•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année exceptionnelle pour les producteurs de bois

Des billots de bois empilés les uns par-dessus les autres.

Les producteurs de bois du Bas-Saint-Laurent ont connu une année exceptionnelle. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Alex Brockman

Julie Tremblay

Le Syndicat des producteurs de bois du Bas-Saint-Laurent a récolté près de 1,2 million de mètres cubes de bois en 2018, ce qui représente la meilleure récolte enregistrée par le Syndicat depuis 1993.

Selon son directeur général, Charles-Edmond Landry, la mécanisation de la récolte et la présence de la tordeuse des bourgeons de l'épinette ont contribué à faire augmenter les volumes de bois récoltés.

En l'espace de cinq ans, le portrait a énormément changé au Bas-Saint-Laurent. Je vous dirais qu'il y a environ 90 % de la récolte de bois en forêt privée qui est faite par chantiers mécanisés.

Charles-Edmond Landry, président du Syndicat des producteurs de bois du Bas-Saint-Laurent

M. Landry estime que l'année 2019 sera également très bonne et devrait permettre d'atteindre un volume de 1,3 million de mètres cubes de bois récoltés.

Actuellement, on est en avance sur nos livraisons de l'an passé. Après trois mois, juste dans les pâtes, papiers et panneaux [...] on est en avance de 16 000 m3, précise-t-il.

Le directeur du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent, Charles-Edmond Landry.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent, Charles-Edmond Landry.

Photo : Radio-Canada

Une nouvelle chaire pour aider les propriétaires de boisés privés

Par ailleurs, le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a annoncé jeudi un soutien financier de 240 000 $ sur 3 ans pour permettre la création d'une première chaire de leadership en gestion durable de la forêt privée.

C'est une bonne nouvelle, nos revendications ont porté fruit, se réjouit Charles-Edmond Landry. Selon lui, la formation donnée aux ingénieurs forestiers actuellement ne tient pas assez compte de la réalité des propriétaires de boisés privés.

Il souligne qu'une formation axée sur la forêt privée permettra de mieux accompagner les propriétaires dans leurs travaux d'aménagement.

Il y a beaucoup de propriétaires de boisés privés. [...] Ce n'est plus nécessairement des forestiers de naissance, on a des gens qui sont des professionnels qui achètent des boisés et ils connaissent plus ou moins l'aménagement forestier.

Charles-Edmond Landry

L'entreprise de pâtes et papiers Domtar et la Fédération des producteurs forestiers du Québec financeront également cette nouvelle chaire à hauteur de 120 000 $ et 125 000 $ respectivement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Industrie forestière