•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquêtes sur Trump : Cohen soutient qu’il pourrait aider les démocrates s'ils retardent son emprisonnement

L'homme, aux cheveux poivre et sel, esquisse une moue dubitative.
L'ancien avocat personnel de Donald Trump avait livré un témoignage à charge contre Donald Trump, à la fin de février. Photo: Reuters / Joshua Roberts
Sophie-Hélène Lebeuf

Évoquant la découverte de millions de fichiers susceptibles d'aider les démocrates dans leurs multiples enquêtes, les avocats de Michael Cohen, ancien avocat du président Trump, leur demandent d'intervenir auprès des autorités afin de retarder son emprisonnement.

Dans une lettre transmise jeudi aux élus démocrates de la Chambre des représentants, ils tentent d'obtenir leur aide pour réduire ou du moins reporter la peine de leur client, brandissant des renseignements « de grande valeur ».

Divers médias américains, dont le New York Times, CBS News et CNN, ont publié une copie de la lettre qui leur a été transmise.

Mes Lanny Davis, Michael Monico et Carly Chocron indiquent que l'ex-homme de confiance de Donald Trump a récemment recouvré le disque dur que lui avait confisqué le FBI lors d'une perquisition, au printemps 2018. Celui-ci, ajoutent-ils, contient « 14 millions de fichiers, qui incluent tous les courriels, les enregistrements audio, les images et les pièces jointes provenant des ordinateurs et des téléphones de M. Cohen ».

« Jusqu'ici, M. Cohen a trouvé plusieurs documents qui, à notre avis, ont une grande valeur pour les diverses commissions du Congrès investies de pouvoirs de surveillance et d'enquête », écrivent-ils.

Leur client n'aurait pour le moment pu examiner que 1 % de son contenu. Il est disposé à poursuivre le triage de l'information, mais fournir aux élus les documents pertinents pour les aider « prendra du temps, des efforts et un accès aux membres du Congrès », plaident-ils. Or, avec une peine d'emprisonnement de trois ans devant débuter le 6 mai, « le temps n'est pas un luxe dont il dispose », arguent-ils.

Nous espérons que ce mémorandum démontre que M. Cohen doit être facilement accessible et immédiatement disponible pour fournir une assistance continue au Congrès afin que celui-ci puisse s'acquitter de ses responsabilités en matière de surveillance du pouvoir exécutif.

Extrait de la lettre envoyée à des élus démocrates par les avocats de Michael Cohen

Les avocats de Michael Cohen demandent donc aux présidents des commissions concernées d'écrire une lettre aux autorités new-yorkaises, auxquelles M. Cohen doit se rapporter le mois prochain, stipulant qu'il a collaboré avec eux de son plein gré et continue à le faire, et qu'ils ont besoin de sa collaboration future dans leurs enquêtes.

Ils précisent ne pas avoir envoyé leur missive aux républicains, en raison de leur hostilité envers leur client, mais se sont dits ouverts à le faire s'ils en démontrent l'intérêt.

Lors de son témoignage télévisé en direct devant une commission du Congrès, en février, les républicains l'avaient traité de menteur et accusé d'avoir véhiculé des faussetés dans le but de réduire sa sentence.

L'ex-homme de confiance du président avait pour sa part brossé un portrait accablant de l'ancien président, qu'il avait décrit comme un raciste, un menteur et un escroc, qui avait des liens suspects avec la Russie, avait acheté le silence d'ex-maîtresses et fait l'objet d'enquêtes qui n'ont pas encore été rendues publiques.

La même semaine, il avait comparu devant d'autres commissions de la Chambre, mais à huis clos, et ses avocats soulignent dans leur missive qu'il a continué par la suite, sans y être obligé, à collaborer avec elles ainsi qu'avec les autorités de l'État de New York.

L'an dernier, Michael Cohen, qui a été l'avocat de Donald Trump de 2007 à 2018, a plaidé coupable à des accusations d'évasion fiscale, de fraude bancaire et de violations de la législation sur le financement des campagnes électorales, en plus d'avoir plaidé coupable d'avoir menti au Congrès.

Donald Trump, président des États-Unis

Politique américaine

International