•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump recule sur ses menaces envers le Mexique

Un homme joue d'un instrument en attendant l'avancée des véhicules à un poste frontalier entre le Mexique et les États-Unis.
Le président américain continue de laisser planer l'hypothèse d'une fermeture de la frontière avec le Mexique, pourtant particulièrement achalandée. Photo: Reuters / Carlos Jasso
Agence France-Presse

Le président américain Donald Trump a reculé jeudi sur sa menace de fermer la frontière avec le Mexique, évoquant un délai d'un an pour que son voisin du sud lutte plus efficacement contre l'immigration clandestine et le trafic de drogue.

« Nous allons leur donner un avertissement d'un an », a lancé M. Trump lors d'un échange avec les journalistes à la Maison-Blanche.

« Si les entrées de drogue ne cessent pas [...], nous mettrons en place des tarifs douaniers sur des produits, en particulier les voitures [...] Et si cela ne suffit pas, nous fermerons la frontière », a-t-il encore dit.

« Si le Mexique ne veut pas aider, pas de problème, nous imposerons des tarifs douaniers sur leurs voitures », a-t-il martelé.

M. Trump appelle haut et fort le Mexique à interpeller les migrants originaires d'Amérique centrale qui transitent sur son sol et le Congrès à muscler les lois migratoires des États-Unis.

Le milliardaire républicain, qui a fait de la lutte contre l'immigration illégale une de ses priorités, souffle le chaud et le froid sur la question d'une éventuelle fermeture de la frontière, hypothèse vivement critiquée au sein même de son camp tant son impact économique serait dévastateur.

« Fermer la frontière pourrait avoir un impact économique catastrophique sur notre pays et j'espère que nous n'allons pas le faire », a mis en garde en début de semaine le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell.

Le Mexique réplique

La ministre mexicaine de l'Économie a souhaité jeudi que Donald Trump ne mélange pas migration et commerce, après les menaces du président américain d'imposer des droits de douane sur les voitures importées du Mexique si ce pays ne freinait pas le flux de migrants.

« Pour le gouvernement mexicain, il est très important de maintenir séparés les thèmes migratoires et commerciaux », a déclaré Graciela Marquez Colin lors d'une conférence de presse.

Politique américaine

International