•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Implants mammaires liés au cancer : Santé Canada suspendra le permis de l'entreprise

Une infirmière tient dans sa main un implant mammaire.

À moins de recevoir de nouvelles informations de la part d'Allergan, Santé Canada interdira la vente d'implants macro-texturés au pays.

Photo : iStock / Poplasen

Radio-Canada

Santé Canada prévoit mettre fin à la vente des implants mammaires macro-texturés Biocell, de la compagnie Allergan, afin de protéger les femmes contre un risque « rare, mais grave » d'un type de cancer associé à ces implants.

Dans un avis transmis par voie de communiqué, l'agence fédérale donne ainsi suite à une évaluation de ces implants lancée en novembre dernier à la suite de la découverte de 22 nouveaux cas de cancer, plus précisément de lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (LAGC-AIM).

Au début de l'année, Santé Canada encourageait ainsi les femmes qui ont des implants à consulter un médecin si elles remarquaient des changements à leurs seins, une douleur, un gonflement soudain ou une masse. Les professionnels de la santé étaient également tenus de fournir des détails sur tous les cas de LAGC-AIM.

L'agence fédérale dit « continuer d'examiner tous les renseignements scientifiques et cliniques disponibles concernant l'innocuité des implants mammaires texturés ». Allergan dispose ainsi des « 15 prochains jours civils » pour fournir de nouvelles preuves établissant que les implants Biocell sont sécuritaires.

Dans le cas contraire, la vente de ces implants ne sera plus permise au pays.

Les résultats de l'examen de Santé Canada sur l'innocuité des implants mammaires et du LAGC-AIM seront rendus disponibles d'ici la fin avril, a précisé Santé Canada; l'agence fédérale prévoit également effectuer un deuxième examen, dont les résultats seront divulgués l'été prochain.

Santé Canada estime qu’une porteuse d’implants texturés sur 12 000 développera un lymphome. Les évaluations à travers le monde varient d’une femme sur 1000 à une sur 30 000.

Les autorités sanitaires françaises ont déjà interdit la vente des implants texturés sur le territoire de l'Hexagone.

Aux États-Unis, la FDA, l'agence responsable de la sécurité alimentaire et médicale, a révisé ses chiffres et a déclaré qu'elle avait trouvé un total de 660 rapports pouvant établir un lien entre les implants mammaires et les cas de LAGC-AIM au pays de l'Oncle Sam et dans le monde au cours de la dernière décennie, dont neuf cas où les patientes sont mortes. Il s'agit d'une augmentation de 246 cas par rapport à l'an dernier.

Cancer

Santé