•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins canadiens menacés de mort parce qu’ils défendent la vaccination

La Ville d'Ottawa organise une dizaine de cliniques de vaccination en tout.

Photo : Radio-Canada

Thomas Gerbet

Deux médecins, de l'Ontario et de la Nouvelle-Écosse, ont reçu des menaces de mort pour avoir publiquement défendu les bienfaits de la vaccination. Le gouvernement fédéral, lui-même la cible de messages agressifs, est préoccupé par la forte polarisation des Canadiens à ce sujet.

Noni MacDonald est une référence en matière de vaccination. Première femme à avoir dirigé une faculté de médecine au Canada, la professeure au Département de pédiatrie de l'Université de Dalhousie, à Halifax, ne se doutait pas qu'un simple article scientifique allait lui causer des menaces de mort.

« C'était très détaillé sur la façon qu'on allait me tuer », explique-t-elle. La professeure a porté plainte à la police et est encore marquée par le souvenir « désagréable » de cet événement, survenu à l'automne.

Ses détracteurs lui reprochent d'avoir participé à la rédaction d'un article au sujet de la vaccination obligatoire. « En fait, je n'ai jamais recommandé la vaccination obligatoire dans ce texte, précise la professeure, mais simplement passé en revue différents arguments pour et contre et différentes circonstances. »

Docteur Noni MacDonald, professeure au Département de pédiatrie (maladies infectieuses) à l'Université Dalhousie, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Docteur Noni MacDonald, Professeur au Département de pédiatrie (maladies infectieuses) à l'Université Dalhousie, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Université Dalhousie

Ces dernières années, Noni MacDonald avait déjà reçu des courriels haineux et des appels téléphoniques pour critiquer sa position pro-vaccins, mais elle remarque que les plus récents messages sont « bien plus agressifs et méchants qu'habituellement ».

Ces fanatiques ne sont pas ouverts à la discussion. Ils me veulent juste morte. Cela ne serait pas arrivé il y a 10 ans.

Noni MacDonald, professeur au Département de pédiatrie de l'Université Dalhousie

En Ontario, la docteure Natasha Crowcroft a également reçu des menaces de mort. La professeure à l'Université de Toronto est directrice générale de la recherche appliquée et de l'évaluation en matière d'immunisation à Santé publique Ontario.

Elle aussi défend farouchement l'importance de la vaccination dans les médias.

Santé publique Ontario nous a confirmé des « menaces » et une plainte à la police, sans donner plus de détails.

Dans un courriel, Natasha Crowcroft se contente de regretter le fait qu'« il y a beaucoup de désinformation et cela crée des inquiétudes au sujet des vaccins ». Elle aimerait « rassurer les parents », qui, au fond, « veulent faire ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants ».

Les vaccins que nous recommandons et utilisons au Canada sont sans danger et efficaces.

Natasha Crowcroft, directrice générale de la recherche appliquée et de l'évaluation en matière d'immunisation, Santé publique Ontario

« J’ai fait vacciner mes enfants et j’encourage mes amis et le reste de ma famille à faire la même chose », écrit la docteure, qui s'inquiète que des maladies qu'on pensait éradiquées, comme la rougeole, puissent encore éclore au Canada.

Les autorités préoccupées par le mouvement anti-vaccin

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, écoute les commentaires lors d'une conférence de presse sur le programme national d'assurance-médicaments à l'Institut du savoir Li Ka Shing, à Toronto le 6 mars 2019.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, était de passage à Toronto, mercredi matin.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

La ministre de la Santé du Canada, Ginette Petitpas Taylor, a pu vérifier par elle-même l'intensité des réactions sur les médias sociaux lorsqu'elle a rappelé l'importance des vaccins.

Un message publié au début de mars lui a valu des centaines de réactions et de commentaires, pas toujours favorables.

« C’est un sujet qui polarise, constate le cabinet de la ministre. On le voit sur le nombre de commentaires qui sont faits lorsque la ministre se prononce. »

La ministre fédérale de l'Environement, Catherine McKenna, en a elle-même fait les frais, jeudi, lorsqu'elle a écrit sur Twitter : « Les vaccins sont sûrs. Les vaccins sont efficaces. Les vaccins sauvent des vies. »

Sa publication accompagnait un article de CBC/Radio-Canada à propos de cas de rougeole confirmés dans la ville d'Ottawa.

Plusieurs messages que Twitter a qualifiés d'« offensants » lui ont été adressés. Outre les insultes, que nous ne reproduirons pas ici, on pouvait lire des messages anti-vaccins assumés :

  • « Personne ne me fera changer d'avis. [...] Gardez votre poison. »
  • « Je ne laisserais même pas mon chien se faire vacciner. »
  • « C'est un grand mensonge de dire que les vaccins sont sans danger. »
  • « Les manufacturiers de vaccins paient les libéraux. »

Entrevue avec Horacio Arruda, directeur national de la santé publique.

Rassurer les parents inquiets plutôt que les stigmatiser

Le mois dernier, le gouvernement fédéral a tenu à rappeler l'importance de la vaccination aux parents. « Santé Canada s’inquiète des fausses allégations, peut-on lire dans un avis publié par le ministère, le 6 mars. Les remèdes homéopathiques ne remplacent pas les vaccins. »

« Nous savons que les parents canadiens ont à cœur la santé de leurs enfants, écrit Santé Canada. Nous vous encourageons [...] à rechercher des sources d’information crédibles lorsque vous décidez de faire vacciner vos enfants. »

La même journée du 6 mars, la Société canadienne de pédiatrie a tenu à rappeler aux professionnels de la santé leur responsabilité de parler aux parents : « Nous vous encourageons à répondre aux questions des parents au sujet de la vaccination en toute transparence et en vous fondant sur des données probantes. »

Les vaccins ont sauvé plus de vies au Canada que toute autre intervention médicale des 50 dernières années.

Message Twitter publié par la Santé publique d'Ottawa, le 3 avril 2019

Vingt pour cent des Canadiens hésiteraient à faire vacciner leurs enfants après avoir entendu ou lu des informations en ligne.

Le 12 mars, la médecin en chef du Canada s'est dite « très inquiète » de la réticence de certains parents.

À une époque où, grâce à la vaccination, nous ne sommes plus touchés par ces maladies dangereuses, voilà que certains parents ont plus d'inquiétude sur la prévention que sur la maladie.

Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, le 12 mars 2019.

À Toronto, la médecin hygiéniste de la Ville recommande à Santé Canada de réglementer les campagnes anti-vaccination afin de réduire la propagation de fausses informations. En février, des affiches contre les vaccins avaient causé la controverse dans la Ville-Reine.

Plus tôt cette année, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a placé la méfiance à l'égard des vaccins comme l'une des 10 menaces à la santé publique.

Des entreprises technologiques telles que Facebook, Google, Instagram et YouTube ont reconnu le rôle préjudiciable que ces plateformes ont joué pour répandre des informations erronées sur les vaccins et ont pris des mesures pour remédier à ce problème.

Malgré tout, une recherche sur Google avec les mots clés « danger » et « vaccins » nous a donné comme deuxième résultat un site et trois vidéos anti-vaccins.

Résultat de Google pour la recherche « danger vaccins »Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Résultat de Google pour la recherche «danger vaccins»

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran

Qu'en est-il au Québec?

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec n'a pas eu vent de telles menaces dans la province, de même que l'Association médicale du Québec (AMQ).

« J'ai l'impression qu'au Québec, la problématique anti-vaccins est moins importante, dit le président de l'AMQ, Hugo Viens. Peut-être que c'est culturel, peut-être que c'est lié à notre système de santé. »

La pédiatre-microbiologiste-infectiologue au CHU Sainte-Justine et professeure à l'Université de Montréal Caroline Quach n'a pas reçu de menaces, mais signale toutefois quelques courriels « un peu agressifs » dans lesquels des gens remettent en doute ses compétences après des prises de position pour les vaccins dans les médias.

Pour moi, c'est nouveau. Je n'avais pas reçu de tels messages avant très récemment. [...] Il semble y avoir un mouvement antivaccination qui se répand.

Caroline Quach, pédiatre-microbiologiste-infectiologue au CHU Sainte-Justine.
Caroline Quach, pédiatre microbiologiste-infectiologue au CHU Sainte-Justine.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Caroline Quach, pédiatre microbiologiste-infectiologue au CHU Sainte-Justine.

Photo : Radio-Canada

« Monsieur et madame Tout-le-Monde se sentent investis en ce qui concerne leur santé, ce qui est tout à fait correct, dit Caroline Quach. Ils posent des questions à leur médecin, ne prennent plus la parole des autorités de santé publique comme du sacro-saint, ils ont accès à énormément de sources d'informations... Ce qui fait que tout est remis en question. Pas juste la vaccination, la chimiothérapie aussi. »

La médecin attend les données de couverture vaccinale du Québec pour 2018 afin de pouvoir juger objectivement du phénomène. Les chiffres devraient être publiés le mois prochain. En 2016, 95 % des enfants québécois âgés de 1 an avaient reçu tous les vaccins prévus au Programme national de santé publique.

Dans la province, la vaccination des enfants n'est pas obligatoire, contrairement à l'Ontario et au Nouveau-Brunswick, qui l'exigent pour l'inscription à l'école (sauf exception médicale ou religieuse).

Docteur Quach ne pense pas qu'il faille les imiter. « Ça risque de braquer les réfractaires encore davantage. Il faut plutôt maintenir une discussion saine et calme, croit-elle. La grande majorité des gens sont prêts à écouter et se renseigner. »

« Il ne faut pas être campé dans ses positions, d'un côté comme de l'autre », dit-elle. C'est la raison pour laquelle la médecin continuera, autant que possible, à répondre aux courriels qu'elle reçoit, tant qu'ils demeurent respectueux.

Santé publique

Santé