•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En attendant la Grande Boucle, Hugo Houle est fin prêt pour le Tour des Flandres

Hugo Houle

Hugo Houle

Photo : AFP/Getty Images / PHILIPPE LOPEZ

Olivier Tremblay

Le Québécois Hugo Houle n'a peut-être pas souffert du vent dans la figure sur le pont Jacques-Cartier, jeudi, mais le cyclisme lui a fait la vie dure ces derniers jours.

Abandon en raison d’une crevaison au Gand-Wevelgem de dimanche dernier, chute tout juste avant le sprint de la course À travers les Flandres de mercredi, la malchance n’a pas quitté le cycliste de 28 ans.

Ce n’est que partie remise. Cette semaine de coups du sort est une anomalie dans la saison de Houle, qui connaît de bons moments avec une équipe Astana en réinitialisation, pour reprendre l’expression de Marc Bergevin.

Avec son nouveau leader, l’Italien de 24 ans Davide Ballerini, Astana est déjà allée chercher 21 victoires cette saison. Le cycliste de Sainte-Perpétue et ses coéquipiers prendront le départ du Tour des Flandres, dimanche, avec confiance.

Ironie du sort, Houle reconnaît que cette course est l'une de ces compétitions où la chance, justement, doit être au rendez-vous.

« Il y a au moins une vingtaine de secteurs pavés, alors on n’est pas à l’abri des bris mécaniques et des chutes, explique Houle en entrevue. Les routes sont étroites. Ça joue beaucoup du coude. Il faut quand même avoir de la chance pour passer aux bons endroits et être aux avant-postes au bon moment. »

Houle est désormais l’un des cyclistes les plus expérimentés de son équipe. Il sent ses responsabilités croître.

Certains parcours n’ont plus de secrets pour lui, et il se fait un devoir de transmettre son savoir à ses collègues pour qu’ils évitent certains pièges. Puisque les cyclistes d’Astana revêtent souvent les maillots de meneur, la gestion de course est cruciale, et il juge solides ses capacités en la matière.

« Nous avons beaucoup de bons coureurs, et dans chaque course, nous pouvons en avoir trois qui sont capables de gagner, soutient Houle. Ça nous donne un peu plus de liberté pour notre stratégie, dans la mesure où les adversaires ne peuvent pas se concentrer sur seulement un de nos coureurs. »

« Nous avons plusieurs cartes à jouer, poursuit-il. Ça rend notre stratégie intéressante. Nous pouvons mettre la pression sur les autres équipes, particulièrement dans les courses à étapes. »

Objectif Tour de France

La plus prestigieuse de ces courses, le Tour de France, a été une source de déception pour Houle en 2018 puisqu’il a été le dernier coureur retranché par Astana.

Cette année, dit-il, Astana lui a fait part d’un plan fort simple en vue de la Grande Boucle : y participer.

C’est ce qui est prévu. C’est ce qui m’attend au mois de juillet. Mais il faut encore s’y rendre.

Hugo Houle

La préparation et le calendrier de courses du Québécois sont construits de manière à ce qu’il soit dans une forme optimale au départ du Tour, le 6 juillet.

Houle participera au Paris-Roubaix le dimanche 14 avril avant de profiter d'un peu de repos au Québec. La préparation reprendra au début mai avant le Tour de Californie, suivi de travail en altitude à Tenerife en Espagne.

Le Tour de Suisse, du 15 au 23 juin, sera la dernière épreuve de Houle avant, enfin, son premier Tour de France.

« Il faut rester concentré sur la course, mais c’est certain que je vais savourer le moment. Je vais être content d’y être. Après plusieurs années dans le vélo, réussir enfin à être sur la ligne de départ sera certainement un moment de joie. Et comme pour chaque course, j’aurai une pensée pour mon frère [Pierrik, heurté à mort par un chauffard en 2012]. »

Cyclisme sur route

Sports