•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remparts : Patrick Roy a déjà hâte à la prochaine saison

Patrick Roy en conférence de presse

Patrick Roy en conférence de presse

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Guillaume Piedboeuf

Fier de la bataille livrée aux Mooseheads d'Halifax en séries éliminatoires, Patrick Roy dresse un bilan positif de la saison des Remparts. Il est convaincu que sa jeune équipe est en bonne position pour « faire un bond en avant » la saison prochaine.

Après avoir rajeuni son équipe et amassé les choix au repêchage sans transiger ses meilleurs éléments durant la période des Fêtes, le défi était d’amener l’équipe à un autre niveau en 2e moitié de saison, a expliqué l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts, jeudi, lors d’une conférence de presse.

En ce sens, la série de sept matchs que les siens ont livré aux hôtes de la Coupe Memorial, les Mooseheads, a validé Roy dans ses décisions.

Le membre du Temple de la renommée du hockey avait signé un contrat de deux ans avec les Remparts, cet été, mais il a affirmé jeudi vouloir rester avec l’équipe tant et aussi longtemps que j’ai autant de plaisir que cette année.

Le « contrat à vie » de Roy

Également présent, le président de l’équipe, Jacques Tanguay, a rappelé que Patrick Roy a un contrat à vie avec les Remparts. Comme à l’époque où il était copropriétaire, Roy restera derrière le banc de l’équipe aussi longtemps qu’il le voudra.

Questionné sur la séquence des Remparts de quatre saisons sans franchir la première ronde des séries éliminatoires, Jacques Tanguay a avoué que la reconstruction depuis le tournoi de la Coupe Memorial  2015 est beaucoup plus longue qu’il ne l’avait imaginée. Mais il est enfin encouragé par les performance de sa jeune équipe. J’ai vu beaucoup dans la série contre Halifax et on espère que ça va être la dernière année que ça va finir aussi de bonne heure.

Patrick Roy a toutefois rappelé sans détour que son objectif n’est pas de franchir la première ronde des séries.

Aujourd’hui, au hockey junior, l’objectif est la Coupe Memorial. La première ronde, honnêtement, j’en ai rien à foutre. Ce qui est important pour nous, c’est de sentir qu’on progresse et qu’on va éventuellement être en mesure d’amener une équipe gagnante à nos partisans.

Patrick Roy

Avec quatre choix dans les deux premières rondes et une douzaine dans les cinq premières au prochain repêchage, tenu à Québec en juin, Roy ne manquera pas d’options cet été. Bien que l’ordre exact de la première ronde n’est pas encore connu, le directeur général a déjà fait quelques appels à travers le circuit pour évaluer la possibilité de s’avancer en première ronde. Si on peut repêcher plus tôt, on aimerait ça.

Le manitou des Remparts estime qu’il possède déjà une brigade défensive fort prometteuse avec des jeunes comme Nicolas Savoie et Romain Rodzinski. C’est donc l'offensive que Patrick Roy tentera de regarnir cet été.

Kurashev chez les pros, un successeur identifié

Surtout que le meilleur marqueur de l’équipe, Philipp Kurashev, ne sera pas de retour l’an prochain. Déjà, le Suisse est parti rejoindre le club-école des Blackhawks de Chicago, les IceDogs de Rockford. Ça a été extraordinaire de travailler avec lui cette saison. Il est travaillant et réceptif, a complimenté Roy.

L’autre attaquant européen des Remparts, le Russe Alexey Sergeev, sera de retour l’an prochain et un autre attaquant a déjà été ciblé par l’organisation en vue du prochain repêchage européen de la Ligue canadienne de hockey. On a fait notre choix. Nos dépisteurs sont allés le voir jouer, a expliqué Roy, taisant l’identité dudit joueur pour éviter qu’une autre équipe ne le sélectionne avant lui.

Une division injuste des espoirs américains

Si les Remparts ont déjà eu du succès avec des joueurs américains comme Josh Hennessy et Adam Erne par le passé, il est de plus en plus rare de voir des joueurs d’impacts du sud de la frontière dans la hockey junior québécois. Pour Patrick Roy, le problème réside dans le territoire américain auquel sont confinées les équipes de la LHJMQ au repêchage.

Selon les règlements de la Ligue canadienne de hockey, les équipes du Québec et des Maritimes peuvent repêcher les espoirs des états de la région de la Nouvelle-Angleterre. La Ligue de hockey de l’Ontario a quant à elle mainmise sur les espoirs de New York, du New Jersey, de l’Illinois, du Michigan, du Wisconsin et de la Pennsylvanie. La Ligue de l’Ouest, finalement, pige sur la côte Ouest et au Minnesota, état-berceau du hockey américain.

La Ligue canadienne n’aura pas le choix, éventuellement, de donner un meilleur territoire à la LHJMQ. Moi j’ai beaucoup de misère à comprendre comment on accepte que David Branch puisse être commissaire de la Ligue de l’Ontario et de la Ligue canadienne en même temps. Jamais on va pouvoir changer notre territoire parce qu’il va toujours protéger celui de l’Ontario, a expliqué Patrick Roy, qui n’a pas eu l’occasion de discuter avec David Branch au Gala des rondelles d’Or, mercredi soir, à Québec.

Il a de la misère à me dire bonjour parce qu’il sait ce que je pense, a lancé Roy, évoquant la solution d’un repêchage américain similaire à celui européen, où toutes les équipes juniors au pays pourraient repêcher partout aux États-Unis.

Hockey junior

Sports