•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première sortie dans l’espace pour David Saint-Jacques

Le reportage de Jean-Luc Bouchard.
Alain Labelle

David Saint-Jacques et sa collègue américaine, Anne McClain, procèdent à une sortie dans le vide spatial lundi matin afin de réaliser des travaux d'entretien de la Station spatiale internationale (SSI).

Cette sortie survient après celles du 22 et du 29 mars qui ont principalement été consacrées à l’installation de nouvelles batteries lithium-ion.

Le duo Saint-Jacques–McClain devrait sortir du sas de la station vers 8 h 05 (HAE) et rester à l’extérieur pendant plus de 6 heures. Il s'agira d'une première sortie dans l'espace pour un Canadien en 12 ans.

Chaque sortie extravéhiculaire demande énormément de préparation, et représente également souvent un des points forts, des plus marquants, d’une carrière d’astronaute.

Mathieu Caron, Agence spatiale canadienne
Test de la combinaison spatiale de l'astronaute David Saint-Jacques dans une chambre à vide.Test de la combinaison spatiale de David Saint-Jacques dans une chambre à vide à Houston, avant son départ pour la SSI. Photo : NASA/James Blair

Repères

  • David Saint-Jacques est arrivé à la SSI le 3 décembre dernier.
  • Il est dans l’espace depuis 126 jours.
  • Il reviendra sur Terre le 25 juin.

Dans un premier temps, David Saint-Jacques et Anne McClain effectueront une série de tâches qui nécessiteront, contrairement à celles effectuées lors des précédentes sorties, plusieurs déplacements autour de la station.

Les astronautes Nick Hague et Anne McClain procèdent à une sortie dans l'espace.Les astronautes Nick Hague (gauche) et Anne McClain lors de la sortie dans l'espace du 22 mars 2019. Photo : NASA

La NASA a voulu rassembler plusieurs petites tâches à accomplir en une seule longue sortie.

Les astronautes procéderont entre autres au branchement de câbles électriques au centre de la poutrelle principale, où se trouve le rail qui permet aux robots canadiens de se rendre à des points de raccordement autour de la SSI.

Lorsqu’ils seront branchés, ces câbles fourniront une deuxième voie d'alimentation électrique au Canadarm2, le bras robotisé de 17 mètres utilisé pour la maintenance du laboratoire orbital.

Illustration qui compare les dimensions de la SSI et de patinoires de la Ligue nationale de hockey. Agrandir l’imageLes dimensions de la SS équivalent à environ cinq patinoires de la LNH en largeur et une patinoire en longueur. Photo : Agence spatiale canadienne

Le duo mettra également à niveau le système de communications sans fil de la SSI et installera de l'équipement de structure en vue de l’arrivée d’une nouvelle plateforme extérieure à partir de laquelle des expériences scientifiques seront réalisées.

Le saviez-vous?

  • Neuf Canadiens ont volé en orbite terrestre.
  • Chris Hadfield (2001) est le premier Canadien à effectuer une sortie dans l'espace. Il en a effectué deux au total.
  • Steve MacLean (2006) a effectué une sortie.
  • Dave Williams (2007) a effectué trois sorties.
L'astronaute Chris Hadfield dans l'espace.L'astronaute Chris Hadfield dans l'espace lors de la mission STS-100, le 28 septembre 2005. Photo : NASA

Une tâche supplémentaire

Le directeur des opérations de la SSI à la NASA, Kenny Todd, a expliqué lors d’un point de presse que les deux astronautes devront aussi procéder à une réparation qui n’était pas prévue.

Comme l’une des trois batteries de lithium-ion installées lors des précédentes sorties n’est pas fonctionnelle, les mécaniciens de l’espace devront la retirer afin de libérer l'espace pour qu'un bras robotisé vienne y déposer deux batteries de nickel-hydrogène.

La pièce défectueuse sera par la suite renvoyée sur Terre afin d’être analysée. Une autre batterie de lithium-ion devrait être installée lors d’une sortie à venir.

Le saviez-vous?

Pendant sa sortie dans l'espace, David Saint-Jacques sera protégé par une combinaison spatiale équipée de toutes les fonctions de survie, résultat de plus de 50 ans d'expérimentation, de recherche et de développement.

Scaphandre spatial 101

Les astronautes portent une combinaison étanche pour affronter des conditions d'environnement hostile qui prévalent au cours d'une sortie extravéhiculaire.Agrandir l’imageLes astronautes portent une combinaison étanche pour affronter des conditions d'environnement hostile rencontrées au cours d'une sortie extravéhiculaire. Photo : NASA

La présence humaine dans l’environnement hostile qu’est l’espace ne s’improvise pas. En fait, la combinaison qui permet aux astronautes de sortir à l’extérieur de la SSI ne contient pas moins de 16 couches différentes.

Cette combinaison doit non seulement protéger les astronautes contre le vide presque total et les températures extrêmes, mais aussi contre d’éventuelles micrométéorites. Ses fonctions principales sont donc de fournir de l'oxygène et un environnement pressurisé, et de réguler la température de l’astronaute.

Steve MacLean lors de sa sortie dans l'espace du 13 septembre 2006.Steve MacLean lors de sa sortie dans l'espace du 13 septembre 2006. Photo : NASA

Les couches internes contiennent notamment un système de refroidissement. Les longs sous-vêtements sont pourvus de canalisations de plastique dans lesquelles circule de l’eau fraîche.

Ensuite, des couches gonflables permettent de contrôler la pression. Sans celles-ci, l’astronaute mourrait en quelques instants.

La combinaison actuelle (à gauche), et deux prototypes.La combinaison actuelle (à gauche), et deux prototypes. Photo : NASA

Les couches extérieures servent surtout à protéger l'astronaute des changements extrêmes de température. Il faut savoir qu’à 400 km d’altitude, la température peut varier de +120 °C à -150 °C en quelques minutes. Elles protègent aussi contre les rayonnements solaires, les rayonnements ultraviolets et les micrométéorites qui, malgré leur masse plutôt faible, peuvent transpercer la peau et les métaux minces en raison de leur grande vitesse.

Installé à l'extrémité du Canadarm2, l'astronaute canadien Dave Williams participe à la deuxième sortie spatiale de la mission STS-118, pour remplacer un gyroscope défectueux.Installé à l'extrémité du Canadarm2, l'astronaute canadien Dave Williams participe à la deuxième sortie spatiale de la mission STS-118, pour remplacer un gyroscope défectueux. Photo : NASA

Quelques détails du scaphandre :

  • Le casque est fait de plastique pressurisé qui est conçu pour faciliter la vision des astronautes en situation de grande obscurité ou de grande luminosité. Sa visière est plaquée d'or et filtre les rayons nocifs.
  • L’unité dorsale est munie d’un réservoir d’eau et d’oxygène conçu pour assurer la survie de l’astronaute pendant 10 heures. Elle est aussi dotée d’un dispositif d’alerte qui signale immédiatement les problèmes.
  • Les gants doivent protéger les doigts de l’astronaute, mais aussi lui permettre la sensibilité tactile nécessaire au travail mécanique. Ils possèdent des sangles pour retenir les outils en apesanteur.
  • Les manches sont munies d’articulations flexibles. Au poignet, l’astronaute porte un petit miroir qui permet de voir l’unité de commande de la combinaison.
  • Il porte aussi au bras gauche une liste des vérifications des procédures décrivant pour chacune des étapes des tâches à réaliser.
La première génération de combinaisons spatiales de la NASA.La première génération de combinaisons spatiales de la NASA présentée le 9 avril 1959 dans le cadre du programme Mercury 7. Au premier rang, de gauche à droite : Walter M. Schirra, Donald Slayton, John Glenn, Jr, et Scott Carpenter. En arrière, Alan B. Shepard, Virgil Grissom, et Gordon Cooper. Photo : NASA

Des sorties risquées, mais nécessaires

Les sorties spatiales comptent parmi les responsabilités les plus exigeantes des membres de l’équipage de la SSI, mais elles sont essentielles pour réparer ou installer de l'équipement qui nécessite des travaux manuels complexes que seuls des humains peuvent réaliser.

Cette sortie sera la 216e réalisée depuis la création de la SSI.

Espace

Science