•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Daniel Montsion n’a pas causé les blessures d'Abdirahman Abdi, affirme la défense

L'agent Daniel Montsion à l'extérieur du palais de justice d'Ottawa.
L'agent Daniel Montsion à l'extérieur du palais de justice d'Ottawa. Photo: Radio-Canada / Judy Trinh
Radio-Canada

Les saignements et le nez cassé dont Abdirahman Abdi a souffert lors de sa violente arrestation, le jour de sa mort, n'ont pas été causés par l'agent Daniel Montsion selon ce qu'a avancé la défense, mercredi, au procès du policier.

S’appuyant sur un témoignage d’un expert en projection de sang, les avocats de l’agent Montsion soutiennent que c’est un autre officier de police impliqué dans l’affrontement, l’agent Dave Weir, qui a causé les saignements et a cassé le nez d' Abdirahman Abdi lorsqu’il l’a poussé au sol pour l’arrêter.

Un argument qui pourrait avoir d’importantes conséquences sur l’issue du procès si jamais la Couronne n’est pas en mesure de prouver que l’agent Montsion a vraiment blessé sérieusement M. Abdi.

Daniel Montison a plaidé non coupable à des accusations d’homicide involontaire et d’agression armée en lien avec la mort de M. Abdi le 24 juillet 2016.

Sur l'image, on peut voir un policier frapper un homme debout.Le juge au procès du policier ottavien Daniel Montsion, accusé de l'homicide involontaire d'Abdirahman Abdi, a accepté une requête des médias qui demandaient d'avoir accès à la vidéo de surveillance de l'intervention policière. Photo : Capture d'écran d'une vidéo de surveillance

Des traces de sang révélatrices

La vidéo de surveillance montrant l’affrontement semble démontrer que l’agent Montsion a frappé M. Abdi à quatre reprises à la tête alors qu’il portait des gants renforcés aux jointures.

Cette vidéo n’a cependant pas encore été acceptée comme preuve au le procès.

D’importantes quantités de sang ont été retrouvées devant l’entrée de l’édifice à appartement où l’altercation a eu lieu, et où habitait M. Abdi, notamment sur la porte d’entrée.

Un expert de l'analyse morphologique des taches de sang, Patrick Laternus, a expliqué au cours des deux jours de son témoignage que selon les traces examinées sur place, il est peu probable que M. Abdi saignait déjà alors qu’il était debout.

Ce qui signifie, selon l’expert, qu’il a été blessé qu’une fois au sol.

Selon la vidéo de surveillance, Daniel Montsion semble rapidement frapper M. Abdi à deux reprises à la tête alors qu’il se trouve déjà au sol.

Au moins l’un de ces coups de poing a vraisemblablement causé une éclaboussure de sang sur la porte d’entrée de l’édifice à logement.

Selon M. Laternus, Abdirahman Abdi aurait dû, en principe, déjà saigner depuis un moment pour que le coup asséné par Daniel Montsion puisse causer une telle éclaboussure de sang.

La provenance des coups de poing

L’autre indice mentionné par M. Edelson provient de l’examen d'imagerie médicale par tomodensitogramme (CT scan) du corps de M. Abdi après qu'il ait été amené à l’hôpital.

Le scan a révélé que Abdirahman Abdi souffrait de fractures multiples au visage et au nez, notamment d’une déviation de l’os du nez vers la gauche, un indice, selon la défense, que le coup de poing provenait de la droite.

Mais les coups de Daniel Montsion provenaient de la gauche, selon ce qu’a indiqué M. Edelson.

Le scénario le plus probable, selon les avocats de la défense, est que le nez de M. Adbi a été cassé quand le constable Dave Weir l’a poussé au sol et que le coup de Montsion a simplement causé l’éclaboussure de sang.

Un expert en pathologie légale devrait être en mesure d’éclairer davantage ce qui a causé les blessures de M. Abdi plus tard au cours du procès.

Avec des informations de Laura Osman

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites