•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux joueurs de football d'Ottawa s'illustrent aux États-Unis

Deux jeunes hommes assis sur un fauteuil regardent leur téléphone

Katley Joseph (à gauche) et Geri Theodore (à droite) lors d'une visite dans leur ancienne école secondaire d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

Deux joueurs de football, deux trajectoires différentes. Leurs points en commun : avoir joué avec les Tigers de l'École secondaire catholique St. Matthew d'Ottawa avant de connaître du succès aux États-Unis.

Katley Joseph et Geri Theodore ont tous les deux évolué sous les ordres de Jean-Sorphia Guillaume, qui les a guidés au sud de la frontière.

Le premier évolue avec les Black Bears de l’Université du Maine depuis l’automne 2018. À sa première saison avec l’équipe de première division de la NCAA, le demi défensif de 19 ans a été nommé au sein de la troisième équipe « All-American », les formations étoiles du football universitaire américain.

J’ai connu une très bonne saison individuellement, commence Joseph, de passage à Ottawa pendant sa semaine de relâche. Je suis fier et je suis content, mais on n’a pas gagné le championnat et c’est ça, mon objectif.

Son ancien entraîneur avec les Tigers insiste : être nommé All-American n’est pas commun chez les recrues.

C'est rare pour un joueur de première année, un freshman. Ça, ça veut dire que c’est un joueur du niveau secondaire qui passe au niveau universitaire et il devient un joueur d’impact, explique Guillaume, qui décrit son ancien protégé comme un athlète qui change la dimension du jeu sur le terrain.

Assis sur le divan doré du local occupé par les Tigers, Joseph discute de ses succès et de ses souvenirs de son passage avec l’équipe d’Orléans avec un autre joueur local, Geri Theodore.

Le grand gaillard de 17 ans espère suivre dans ses traces lorsqu’il aura terminé ses études secondaires en 2020.

Theodore a joué sa 11e année avec St. Matthew en 2017, avant de prendre le chemin de la Floride pour porter l’uniforme des Knights de la Clearwater Academy International.

Malgré une saison interrompue par une blessure au genou, l’ailier défensif a reçu 13 offres d’universités américaines de première division, comme Syracuse, West Virginia et Minnesota.

Il pourrait en recevoir d’autres avant de prendre une décision. Des fois, c’est dur à croire, mais quand j’ai commencé à recevoir des offres, je me suis souvenu de combien de fois je me suis entraîné dur, alors j’étais comme “pourquoi pas moi?”, confie le joueur de ligne défensive.

Ce que je retiens de Geri, c’est sa ténacité. C’est un gars qui a travaillé dur [...] C’est un joueur qui peut être physique, qui a de bonnes mains, il est très rapide, détaille Guillaume.

Un homme assis sur un fauteuilAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Sorphia Guillaume, ancien entraîneur de Katley Joseph et Geri Theodore

Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

Montrer la voie

Les deux joueurs de football l’avouent en unisson : leur entraîneur avec les Tigers a changé leur vie. Il nous fait savoir que si tu travailles fort et que tu prends tes études au sérieux, tout est possible, mentionne Joseph.

Ce dernier souhaite maintenant donner l’exemple aux footballeurs de la capitale pour leur montrer que le rêve américain est atteignable pour eux aussi.

J’espère que les gens de cette génération deviennent des hauts choix au repêchage, parce que ça va aider à mettre Ottawa sur la carte, renchérit Theodore.

Lui et Joseph espèrent atteindre les rangs professionnels un jour, principalement pour pouvoir ensuite redonner à leur famille, mais aussi leur communauté.

Je veux trouver une façon de remercier les gens qui m’ont aidé à poursuivre mes rêves, indique Joseph, avec un air déterminé.

Un de ceux-là est certainement Guillaume, qui continue de suivre à distance l’évolution de leur carrière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !