•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8,4 M $ pour recruter des profs à l'Université Laval

Une professeure de l'Université Laval en train de travailler à son ordinateur avec en premier plan, un livre portant les armoiries de l'Université

Environ 40 % des professeurs de l'Université Laval ont 55 ans et plus. L'établissement doit se préparer à des départs à la retraite en masse au cours des prochaines années

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Université Laval aura de sérieux défis de recrutement à relever dans les années à venir, alors que le quart des employés sont âgés de 55 ans et plus. L'établissement compte lancer une importante campagne de recrutement de 8,4 M$ au Canada et à l'international pour recruter des professeurs.

Sur 4786 employés permanents sur le campus, 1297 ont 55 ans et plus, ce qui représente 27 % de l'effectif.

« La pyramide nous rattrape et maintenant, il faut qu'on se donne une stratégie avant de frapper le mur », admet la vice-rectrice aux ressources humaines, Lyne Bouchard.

Pénurie plus grande chez les professeurs

Les 55 ans et plus représentent une proportion encore plus importante parmi les professeurs, soit 40 % du corps professoral. Or, l'Université Laval peine déjà à pourvoir ses postes vacants.

« On a à peu près 700, 800 contrats permanents par année qu'on pourrait combler et qu'on n'est pas capables de combler, à cause du marché actuellement. Environ 200 postes ne sont pas comblés. Il va falloir redoubler d'ardeur pour mettre en valeur les postes et les conditions d'emploi qu'on a à offrir », insiste Lyne Bouchard.

Recrutement international

Avec sa campagne de recrutement sur trois ans, l'institution veut recruter 70 professeurs. La campagne de recrutement va s'articuler sur les réseaux sociaux et dans le réseau des professeurs universitaires.

« Il y a des secteurs où il y a plus de difficultés que d'autres. C'est quand même un processus qui est long pour embaucher un professeur. Ça peut durer au moins un an », souligne le président du syndicat des professeurs de l'Université Laval, John Kingmaf, qui espère que l'exercice sera fructueux.

Les Facultés de génie et de médecine sont parmi les plus touchées. En plus du recrutement l'Université Laval, mise sur différentes mesures de rétention des travailleurs les plus expérimentés.

« On a des stratégies de rétention pour garder les employés qui arrivent à 62, 63, 64 ans. On a 136 professeurs qui ont plus de 65 ans. Un employé peut continuer de souscrire à son régime de retraite, jusqu'à 71 ans », illustre Lyne Bouchard.

« Parfois aussi, ça passe par la diminution de la charge de travail », ajoute-t-elle.

Une stratégie de recrutement plus agressive est aussi en développement pour d'autres catégories d'employés. Des prévisions de départs seront mises à jour avec chacune des facultés.

Avec les informations de Guylaine Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !