•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le système antidécrochage du Boeing d'Ethiopian Airlines aurait fonctionné après avoir été mis hors service

Des débris du Boeing de l'Ethiopian Airlines jonchent le sol.
Des débris du Boeing de l'Ethiopian Airlines jonchent le sol. Photo: Reuters / Tiksa Negeri
Radio-Canada

Le système antidécrochage du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé le 10 mars dernier a peut-être fait baisser le nez de l'avion même après que les pilotes l'eurent mis hors fonction, selon certaines sources, alors que le rapport préliminaire analysant le contenu des deux boîtes noires de l'appareil doit être publié jeudi.

En fait, selon deux sources proches du dossier, le système antidécrochage se serait déclenché quatre fois avant que l’avion ne tombe au sol. Une troisième source confirme que le système se serait mis en marche même après qu’il eut été mis hors service, mais affirme toutefois que l’appareil aurait piqué du nez significativement une seule fois.

Pour le moment, les inspecteurs ne savent toutefois pas si les pilotes ont décidé de redéployer le système après l’avoir mis hors fonction, afin d’éviter la perte de contrôle de l’avion, ou s’il s’est mis à fonctionner de lui-même, sans intervention humaine.

Le logiciel, nommé MCAS, est fortement soupçonné d’être à l’origine de l’écrasement du Boeing d’Ethiopian Airlines, ainsi que de celui de Lion Air en Indonésie, cinq mois plus tôt.

Des personnes au fait de l’enquête ont entre autres déjà indiqué que le logiciel antidécrochage de l’appareil d’Ethiopian Airlines avait été activé malencontreusement après l'envoi par l’un des capteurs de l’avion d'une donnée erronée concernant son angle de vol.

Quelques jours après l’accident survenu en Éthiopie, tous les Boeing 737 MAX en circulation ont été cloués au sol, « le temps [de procéder à] de plus amples investigations ».

Sans attendre les conclusions de l’enquête sur les causes de la tragédie, Boeing a décidé d’améliorer tout de suite son logiciel antidécrochage et la formation qu’elle offre aux pilotes, soulignant que les procédures déjà en vigueur permettaient de voler en toute sécurité.

Selon ces procédures, les pilotes ne doivent pas remettre en marche le système MCAS après avoir décidé de le débrancher.

Avec les informations de Reuters

International