•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un arbitre ontarien donne raison à une mère qui refuse de faire vacciner ses enfants

Un jeune garçon se fait vacciner.

« Choisir de ne pas faire vacciner n'est pas illégal », écrit un arbitre ontarien.

Photo : getty images/istockphoto / hayatikayhan

Christian Noël

Une mère de Toronto qui refuse de faire vacciner ses enfants a gagné sa cause en arbitrage du droit de la famille. Une décision « injuste et dangereuse » selon son ex-mari, qui déplore que deux antivaccins notoires aient témoigné comme « experts » durant les audiences.

Arnaud Presti s’inquiète pour la santé de ses deux garçons, âgés de 8 et 13 ans, dont il a la garde partagée depuis sa séparation en 2013. Ils n’ont pas été vaccinés depuis leur naissance, à la demande de son ex-conjointe.

Arnaud Presti pose dans un restaurant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Arnaud Presti souhaiterait que ses enfants soient vaccinés, contrairement à son ex-conjointe.

Photo : Radio-Canada / Christian Noël

Ils sont à risque, et ma nouvelle famille aussi. Demain, s’ils attrapent la rougeole et qu’ils viennent à la maison, ils peuvent éventuellement faire du mal à leur petit frère de 2 ans.

Arnaud Presti, père de deux enfants non vaccinés

« S’ils vont à l’école et qu’une petite amie a une déficience immunitaire, poursuit le père, il y a un risque d’infection qui peut être dangereux ou même mortel. »

La « triste ironie » dans cette histoire, indique le père, c’est que ses deux enfants ont contracté la coqueluche (une des maladies pour laquelle ils ne sont pas vaccinés) alors même que la cause était débattue en arbitrage.

À leur naissance, Arnaud avait accepté, à contrecœur, de ne pas les faire vacciner, selon le souhait de la mère. Mais devant l’augmentation des cas de rougeole dans le monde, Arnaud souhaite maintenant les faire immuniser. Son ex-femme refuse. La cause s’est retrouvée en arbitrage du droit de la famille.

Des « experts » contestés

Durant les audiences, son ex-conjointe a fait appel à deux témoins qui ont des positions anti-immunisation controversées, comme Toni Bark, une militante antivaccin bien connue aux États-Unis. Elle pratique la médecine homéopathique et dirige un centre de « traitement intégral ».

L’arbitre ontarien a accepté qu’elle témoigne à titre d’experte en immunisation, alors que plusieurs tribunaux aux États-Unis refusent de lui accorder ce titre.

Toni Bark a indiqué que, selon ses observations personnelles, « les risques de la vaccination sont plus importants que les bénéfices », et que dans certains cas, « il y a des preuves de dommages neurologiques associés aux vaccins ». Elle ajoute que la mère a une mutation génétique qui la rend plus sensible aux toxines contenues dans les vaccins et que les enfants ont probablement la même mutation.

Ces arguments sont évoqués à répétition par le mouvement antivaccin, souvent de façon erronée et sans preuve scientifique valable, selon le docteur Kumanan Wilson, de l’hôpital d’Ottawa.

Les antivaccins aiment répéter ces faux arguments, qui n’ont aucune base scientifique. Un juge ou un arbitre ne devrait pas s’appuyer sur ces informations erronées afin [de prendre] une décision.

Kumanan Wilson, médecin à l’hôpital d’Ottawa

L’arbitre a refusé que le père fasse entendre ses propres experts parce qu’il n’avait pas présenté sa liste dans les délais prescrits. Dans sa décision, il a écrit : « Choisir de ne pas faire vacciner n'est pas illégal, négligent ou immoral, c'est un choix personnel ».

Il ajoute qu’il n’y a « aucune preuve que la santé des enfants a été affectée de façon négative par la décision de ne pas les faire vacciner », même si les enfants ont contracté la coqueluche il y a deux ans, au moment même où les audiences avaient lieu.

Une décision « dangereuse »

Leur père, Arnaud Presti, est « frustré et révolté » par cette décision qu’il juge « injuste et dangereuse ». Selon lui, un arbitre du Tribunal de la famille devrait mieux faire son travail de vérification des faits.

Qu’est-ce que je fais dans une cour de droit familial à essayer de convaincre un arbitre du bien-fondé de la vaccination? C’est archaïque, c’est inacceptable!

Arnaud Presti, père de deux enfants non vaccinés

Il cite les éclosions récentes de rougeole au Canada et aux États-Unis, notamment dans l’État de New York, où la santé publique interdit aux enfants non vaccinés de fréquenter les lieux publics durant 30 jours sous peine d’amende. Une quarantaine nécessaire, disent les autorités, afin de contrôler une épidémie qui touche près de 200 personnes.

Toute cette histoire génère « beaucoup d’émotion et de stress, et c’est très dommageable pour nos enfants », confie Arnaud Presti.

« Ils s’aperçoivent que papa et maman sont en train de se battre. L’aîné de 13 ans commence à comprendre que les éclosions de maladies sont dans l’actualité et qu’il n’est pas vacciné, mais c’est difficile pour lui, parce que ça reste sa mère. »

Arnaud Presti a l’intention de porter la cause en appel en Cour supérieure. Il s’est défendu lui-même durant les audiences en arbitrage. Il a maintenant créé une campagne de sociofinancement pour retenir les services d’un avocat.

La mère et son avocat ont refusé de répondre à nos questions, citant une clause de confidentialité dans la décision de l’arbitre. « Toute personne qui ne respecte pas cette clause s’expose à une poursuite », écrit l’avocat Jaret Moldaver.

« S’ils veulent m’attaquer, qu’ils le fassent, répond Arnaud Presti, ma priorité, ce sont mes enfants et je n’ai plus rien à perdre. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé