•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition pour un meilleur financement des garderies recueille 26 000 signatures

Un homme, Wab Kinew, tient une boite pleine de papiers, et une femme à ses côtés, Jodie Kehl, montre des pages de pétition portant des signatures. Ils sont tous deux dans le hall du Palais légslatif du Manitoba.

La directrice générale de L'Association des services à l'enfance du Manitoba, Jodie Kehl, et le chef de l'opposition, Wab Kinew, montrent le volume des signatures recueillies par la pétition, qui demande au gouvernement conservateur de mettre fin au gel des subventions destinées aux garderies licenciées.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Radio-Canada

Une pétition lancée par l'Association des services à l'enfance du Manitoba (ASEM) pour inciter le gouvernement de Brian Pallister à investir davantage dans les services à l'enfance a recueilli plus de 26 000 signatures et a été déposée au Palais législatif mardi.

« Qu'on ait réuni 26 000 signatures en seulement quatre semaines, je pense que ça témoigne du soutien massif que nous avons de la part de nos partenaires des services de garde et de la part des Manitobains », affirme la directrice générale de l'ASEM, Jodie Kehl.

Malgré l'augmentation du coût de la vie et une liste d'attente de 16 000 enfants, Mme Kehl indique que les garderies sans but lucratif n'ont pas vu de hausse de leur financement gouvernemental depuis 2016.

Il nous faut absolument des hausses annuelles. Il s'agit d'un secteur qui manquait déjà de ressources et d'appui. Donc, trois ans sans augmentation – même pas pour compenser le coût de la vie. [Il faut outiller] nos centres pour fonctionner de façon responsable financièrement.

Jodie Kehl, directrice générale de l'Association des services aux enfants du Manitoba

La directrice ajoute que les garderies ne peuvent pas non plus récupérer de l'argent en augmentant les tarifs demandés aux parents, car ils sont également fixés par la province. Leur dernière augmentation autorisée remonte à 2012.

En outre, les salaires des éducateurs en petite enfance sont gelés depuis longtemps, ce qui rend très difficile toute mesure de recrutement, dit-elle.

Mme Kehl préférerait que ce soit l'argent provenant des coffres gouvernementaux et non des portefeuilles des parents qui comble le déficit.

« Nous ne souhaitons certainement pas créer des difficultés pour les familles, assure la directrice de l'ASEM. Mais nos garderies sont en crise. Donc, d'une façon ou d'une autre, nous demandons une hausse des fonds de fonctionnement de nos centres. »

1600 places en garderie

La ministre de la Famille, Heather Stefanson, reconnaît qu'il reste encore du travail à faire pour améliorer le système de garde d'enfants au Manitoba, mais elle reste évasive sur la question d'une éventuelle augmentation de l'investissement provincial.

« Nous avons hérité d'importants défis financiers du gouvernement néo-démocrate », note la députée de Tuxedo, tout en soulignant que le gouvernement actuel prévoit la création de 1600 places en garderie cette année.

Mme Stefanson dit avoir formé un comité consultatif réunissant des membres de l'industrie des services aux enfants ainsi que des parents, afin de trouver des solutions pour améliorer les services subventionnés par la province, dont une possible augmentation des tarifs payés par les familles.

« Nous voulons assurer que [les services aux enfants] sont abordables pour les familles manitobaines, mais il est nécessaire de trouver un juste équilibre », confirme-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !