•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

La francophonie? Un enjeu secondaire dans les élections albertaines

Gros plan d'un drapeau franco-albertain.
Le drapeau franco-albertain Photo: Radio-Canada
Laurent Pirot

Dans cette campagne, les partis albertains parlent très peu de francophonie. Quand ils le font, c'est le plus souvent sans grand détail et en démontrant une connaissance limitée des enjeux.

Des cinq partis représentés à l’assemblée provinciale avant la dissolution, un seul mentionne la francophonie dans sa plateforme.

Le Parti albertain écrit, en français, qu’il souhaite « améliorer les services d’immigration en français afin de mieux aider cette communauté grandissante à s’établir et à s’intégrer dans notre province ».

Déclarations générales

Les autres partis répondent par des considérations plutôt générales quand on leur demande quelle est leur position.

Nous reconnaissons l’importance de la communauté francophone de l’Alberta.

Déclaration de campagne du Parti conservateur uni

« Un gouvernement du Parti conservateur uni ne réduirait pas les services en langue française en Alberta », promet le parti dans une réponse écrite à une série de questions précises.

Dans un message rédigé en français, la néo-démocrate Rachel Notley s’est engagée à « implanter la Politique en matière de francophonie » que son gouvernement a adoptée en 2017. Le parti n’envisage cependant pas de la prolonger par une loi.

Rachel Notley ajoute aussi que les francophones ne seront pas oubliés dans la création des places de garderies à 25 $ par jour promises par son parti.

Approximations sur la francophonie

En réponse à une série de questions précises, sa porte-parole, Veronica Jubinville, a commis une erreur en expliquant que « Rachel Notley et le NPD ont lancé le Secrétariat francophone ».

Le Secrétariat francophone a été créé sous les conservateurs de Ralph Klein en 1999 pour faire le lien entre le gouvernement provincial et la francophonie.

Précision

« Le NPD n'a pas créé le Secrétariat francophone. Nous avons lancé le Conseil consultatif de l’Alberta en matière de francophonie », a corrigé le NPD après la première publication de cet article. Le conseil consultatif a été mis en place en 2018.

Le chef conservateur, Jason Kenney, a, lui aussi, fait une erreur en parlant d’éducation francophone. Il a observé, à tort, que « dans le Nord-Ouest de l’Alberta, où il y a plusieurs écoles francophones, c’est très difficile avec le nombre d’élèves qui diminue ».

Selon son dernier rapport annuel, le Conseil scolaire du Nord-Ouest a plutôt un nombre d’élèves stable, qui a oscillé entre 411 et 421 élèves au cours des cinq dernières années.

Une place minime

Les questions francophones occupent une place « très minime, presque inexistante », dans la campagne actuelle, résume le politologue de l’Université de l’Alberta Frédéric Boily.

Il avance une explication simple : les 88 000 francophones de la province sont trop peu nombreux pour que leur vote change la donne lors d’une élection.

Pas de circonscription francophone

Ils ne sont pas concentrés au même endroit, expliquait récemment son collègue Pascal Lupien : « Leur poids démographique ne va pas changer les résultats dans une circonscription. »

Selon les données du dernier recensement, les circonscriptions les plus francophones de la province sont Edmonton Gold-Bar, qui englobe le quartier de Bonnie Doon, et Central Peace-Notley, dans le nord de la province. Moins de 3 % des habitants y parlent le français à la maison.

« Les langues officielles, c'est souvent perçu comme un problème fédéral », ajoute le président de l'Association canadienne-française de l'Alberta, Marc Arnal. Selon lui, il faudrait mieux sensibiliser les politiciens aux enjeux provinciaux.

Pour sa part, Frédéric Boily souligne quand même que les droits des francophones ne sont pas remis en cause comme cela a été le cas en Ontario. « Il n’y a pas véritablement de positions antifrancophones qui vont s’exprimer comme ça a peut-être été le cas dans le passé », observe-t-il.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 en Alberta

Alberta

Politique provinciale