•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Le pêcheur retrouvé sain et sauf à Saint-Gédéon raconte son cauchemar

Martin Masterman a raconté son histoire à notre équipe.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le motoneigiste porté disparu cette fin de semaine et qui a été secouru par des militaires dimanche soir sur le lac Saint-Jean a raconté pour la première fois sa mésaventure.

Martin Masterman, 42 ans, de Saint-Gédéon, a cru sa dernière heure arrivée quand la tempête lui a fait perdre tous ses repères au retour d'une activité de pêche.

L’homme est même tombé à l'eau à plusieurs reprises, mais a réussi à rejoindre la rive, où il s’est réfugié dans un chalet.

Sur le coup, la panique te prend. Tu te dis : “Ça y est, je meurs à l’eau”, mais finalement je me suis relevé. Je me suis dit : “Non, il faut que je sorte de là absolument”, raconte-t-il.

J’ai crié à ma fille : “Alice, inquiète-toi pas, papa va toujours être là pour toi”.

Martin Masterman

C’est grâce à un chandail rouge qu’il a accroché à l’extérieur qu’il a été retrouvé par les secouristes.

Le pilote m’a fait un signe. C’est le plus beau signe de ma vie. Ça veut dire qu’ils m’ont vu, qu’ils vont venir me secourir, ajoute le survivant.

Vue aérienne d'un îlot de forêt au milieu du lac Saint-Jean.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le motoneigiste a été retrouvé dans un chalet situé à l'endroit où l'on voit un point rouge sur l'image.

Photo : courtoisie

Il remercie la vie de lui avoir donné une deuxième chance, mais surtout toutes les personnes qui ont contribué à le retrouver.

Je suis arrivé et c’était une dose d’amour. Il y avait tellement de monde qui m’avait cherché. Je remercie tout le monde, peu importe c’est quoi le plus petit geste, même une pensée a fait que je suis encore là aujourd'hui. Sinon, je ne sais pas comment j’aurais survécu à cette histoire. J’ai eu une deuxième chance, une troisième chance, une quatrième chance, je pense que je suis un chat, lance l’homme.

Des secouristes entourent le motoneigiste retrouvé. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des secouristes entourent le motoneigiste retrouvé.

Photo : courtoisie

Martin Masterman tire des leçons de son histoire et souhaite sensibiliser la population.

La première chose que je vais me procurer, ça va être un GPS forestier et marin, toujours traîner du feu, mais dans un sac de plastique. C’est sûr que le téléphone cellulaire, c’est pratique, mais, à l’eau, ce ne l’est pas [et il faut] au moins une deuxième batterie de recharge, conclut le pêcheur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Société