•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Réginois Dustin Molleken impatient de lancer avec les Capitales de Québec

Dustin Molleken s’apprête à effectuer un lancer lors d’un match préparatoire opposant les Tigers de Detroit aux Orioles de Baltimore le 6 mars 2017 à Lakeland, en Floride.
Dustin Molleken a disputé quatre matchs avec les Tigers de Detroit en 2016. Photo: Associated Press / John Raoux
Charles Lalande

Trois ans après avoir réalisé son rêve d'atteindre le baseball majeur (MLB), le lanceur Dustin Molleken trépigne d'impatience à l'idée de passer l'été 2019 dans le giron des Capitales de Québec, formation de la Ligue Can-Am.

Le natif de Regina, qui a joué quatre matchs avec les Tigers de Detroit en 2016, en sera à un troisième séjour dans le baseball indépendant après avoir passé la majorité de sa carrière professionnelle dans les rangs AA et AAA.

Dustin Molleken raconte avoir entendu de bons mots au sujet de l’organisation des Capitales de Québec. Au point qu’il a lui-même fait l’effort d’appeler le gérant Patrick Scalabrini pour lui offrir ses services.

« Mes amis Jordan Lennerton et Andrew Albers [qui ont déjà joué avec les Capitales] m’ont dit que les entraîneurs étaient incroyables, que la ville était superbe et que les partisans étaient super gentils. Je ne demandais pas mieux », a dit celui qui a également représenté le Canada sur la scène internationale avec Jonathan Malo, un autre ancien des Capitales.

Dustin Molleken lors d'un entraînement avec les jeunes de l'école secondaire Martin Collegiate.Dustin Molleken prévoit se retirer après les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

L'artilleur de 34 ans a également bien hâte de découvrir les charmes de la ville de Québec, mais si l’on se fie aux commentaires de Patrick Scalabrini, le lanceur droitier ne sera pas dans la Vieille Capitale pour jouer les touristes.

« Il a un C.V. impressionnant. C’est un leader qui va aider sur le terrain et qui amènera une certaine prestance. C’est un gros bonhomme qui lance fort », avait mentionné l’homme de baseball le 1er novembre dernier lorsqu’il avait confirmé son embauche de celui qui devrait occuper le poste de releveur numéro un.

Je suis prêt à prendre un grand rôle.

Dustin Molleken, lanceur des Capitales de Québec

Dustin Molleken promet de bien répandre une énergie positive dans l’équipe dès son arrivée. Il compte d'ailleurs faire rire les troupes aux moments opportuns. « Dans l’enclos des lanceurs, je vais détendre l’atmosphère en faisant des blagues, mais à la seconde qu’on me fait signe que je vais embarquer sur le terrain, il y a une switch qui s’active dans ma tête et je deviens hyper concentré. »

Former la relève

Quand le lanceur n’est pas sur le terrain, il en profite pour passer du temps à Regina avec ses proches. Il donne aussi un coup de main à l'un de ses meilleurs amis, Justin Eiswirth, qui est entraîneur au sein du programme de baseball de l'école secondaire Martin Collegiate.

Justin Eiswirth se dit d'ailleurs très heureux de compter sur sa présence. « J’ai joué au niveau collégial tandis que Dustin a joué dans les majeurs. Pour nos jeunes, c’est toute une chance de pouvoir compter sur lui. Ils le respectent beaucoup. C’est bien d’avoir aussi une voix différente que la mienne pour leur apprendre certaines notions. »

Justin Eiswirth en compagnie de Dustin Molleken. Justin Eiswirth (à gauche) et Dustin Molleken se connaissent depuis l'école primaire. Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

L’un de ses protégés, Jack Klippenstein, dont le père Steve a jadis foulé le même terrain gazonné que le héros local, apprécie les conseils de ce dernier. « Dustin est très drôle et il nous soutient beaucoup. C’est un bon ami et surtout un excellent modèle à suivre. »

Jack Klippenstein lors d'une pratique de baseball. Le père de Jack Klippenstein (photo), Steve, a déjà joué au baseball avec Dustin Molleken. Ce dernier enseigne aujourd'hui au rejeton de son ancien coéquipier. Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

Dustin Molleken prévoit accrocher ses crampons après les Jeux olympiques d’été de 2020 qui auront lieu à Toyko, au Japon. À l'aube de la retraite, celui qui aimerait devenir recruteur se dit « très fier » de ce qu'il a accompli au monticule.

« J'ai le baseball dans le sang, ça va toujours faire partie de moi. Pour te promener partout dans le monde pendant 18 ans, tu dois être un passionné et ne pas voir cela comme un travail. À ma retraite, je vais regarder mon parcours et je serai très fier. »

Saskatchewan

Baseball