•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bombardier met à pied 85 travailleurs à son usine de La Pocatière

Un soudeur à l'usine de Bombardier à La Pocatière

Un soudeur à l'usine de Bombardier à La Pocatière (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Édith Drouin

Bombardier Transport a transmis un avis de licenciement collectif à environ 85 employés de l'usine de La Pocatière, en conformité avec la Loi sur les normes du travail.

Les mises à pied devraient avoir lieu au plus tard à la fin du mois de mai. Les employés seront placés sur une liste de rappel.

Ces licenciements font suite à la fin du contrat pour la fabrication de pièces pour le métro de New York.

Selon le directeur des communications et des relations publiques de Bombardier, Eric Prud’Homme, il est encore trop tôt pour savoir combien d’employés seront rappelés l'automne prochain pour la prolongation du contrat des voitures AZUR pour le métro de Montréal.

Il précise toutefois que les licenciements font partie des réalités de cette industrie.

Notre industrie est cyclique alors, ça fait partie des aléas.

Eric Prud’Homme, directeur des communications et des relations publiques de Bombardier

Les employés de La Pocatière se doutaient que des mises à pied auraient lieu avec la fin de la première phase du contrat des voitures AZUR et la fin du contrat pour le métro de New York.

Le syndicat craint que ces mises à pied contribuent à une perte d’expertise dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Les employés licenciés, qui sont pour la plupart plus jeunes, pourraient décider de quitter la région.

Le monde sur le plancher était un peu découragé de l’annonce.

Claude Michaud, président du syndicat des employés de Bombardier à La Pocatière

Le président du syndicat demande aux gouvernements d’exiger plus de contenu local lors de l’octroi des contrats publics au Canada.

De son côté, le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, espère que le licenciement ne sera pas aussi important qu’annoncé.C’est toujours inquiétant, mais on va essayer de faire des contacts avec Bombardier ou avec les différents gouvernements pour voir si ça peut s’enligner dans d’autres choses que ça, affirme-t-il.

Il redoute également que certains employés décident de quitter la municipalité pour un emploi plus stable, ce qui aurait un impact négatif sur l’économie de La Pocatière, mais également des municipalités voisines.

L’usine compte de La Pocatière en tout 525 employés.

Transports

Économie