•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa doit agir rapidement pour venir en aide aux producteurs de canola

Un champ de canola.

L’Association canadienne des producteurs de canola souhaite que le gouvernement canadien augmente le montant du Programme de paiements anticipés, offert pour les agriculteurs touchés par la crise avec la Chine.

Photo : Radio-Canada

Denis-Michel Thibeault

Le gouvernement fédéral doit venir en aide aux agriculteurs touchés par la crise du canola avec la Chine, a affirmé le directeur général de l'Association canadienne des producteurs de canola devant le Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire à Ottawa, mardi matin.

Le comité s’est réuni d’urgence afin de trouver une solution au conflit qui touche les producteurs de canola canadiens.

Au début du mois de mars, la Chine a bloqué l'envoi sur son territoire des graines de canola de l'entreprise canadienne Richardson International, un des plus grands exportateurs de canola dans le monde. Quelques semaines plus tard, les autorités chinoises ont étendu cette interdiction au canola de l’entreprise Viterra.

Le directeur général de l’Association canadienne des producteurs de canola, Rick White, dit que la plus grande préoccupation des agriculteurs est le besoin de liquidités.

Il suggère conséquemment d’augmenter le montant maximum offert par le Programme de paiements anticipés. « Nous demandons ce changement depuis quelques années, mais il est maintenant temps d’agir », affirme-t-il.

Grâce au Programme de paiements anticipés, les agriculteurs peuvent, à l’heure actuelle, bénéficier d’un prêt du gouvernement fédéral allant jusqu’à 400 000 $, dont une partie est sans intérêt. Rick White suggère de doubler ce montant.

Le leadership du gouvernement est crucial dans cette affaire.

Rick White, directeur général de l’Association canadienne des producteurs de canola

« Les producteurs de canola sont extrêmement préoccupés par cette affaire. Il s’agit d’un risque qu’ils ne peuvent pas contrôler, dit Rick White. Ils se demandent quoi faire et n’ont aucune solution. »

Le Canada produit près de 10 millions d’hectares de canola chaque année et a exporté l'équivalent de plus de 5 milliards de dollars de canola l'an dernier, dont la moitié était destinée au marché chinois.

« Le Programme de paiements anticipés est primordial pour les agriculteurs », ajoute Rick White.

Depuis lundi, les agriculteurs canadiens de canola peuvent faire une demande pour obtenir de l’aide financière d’Ottawa. Rick White dit que 1236 demandes ont été déposées, et 116 millions de dollars, distribués en une journée seulement.

« Ce programme a un succès fou. Le gouvernement doit augmenter le montant offert parce qu'il va bientôt atteindre la limite », ajoute-t-il.

Les compagnies ciblées témoignent

Les présidents de Richardson International et de Viterra ont insisté sur l’importance du marché chinois pour le canola canadien.

« La décision aura un impact qui dépasse les producteurs de canola, affirme le président-directeur général de Viterra, Kyle Jeworski. Il faut travailler ensemble et rapidement afin de résoudre ce problème. »

Le président et chef de la direction générale de Richardson International, Curt Vossen, a dit aux membres du comité qu’aucun autre pays n’avait eu de problème avec le canola canadien.

« Il s’agit d’une circonstance unique et inhabituelle, déclare M. Vossen. Nous n’avons jamais vu de problème relié au canola dans aucun autre pays auparavant. »

Une affirmation appuyée par Viterra.

Les membres du comité ont adopté une motion pour continuer « d’entendre des témoins sur l’avis récent de non-conformité de la Chine sur les exportations de graines de canola canadien », soulignant leur volonté d'entendre des agriculteurs et producteurs « directement touchés par cette décision de la Chine de ne plus acheter le canola canadien ». Le comité fera ensuite un rapport à la Chambre des communes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Agriculture

Économie