•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Don d'organes : la N.-É. opte pour le consentement automatique

Un ambulancier porte une glacière bleue pour un don d'organes. Une civière se trouve en avant-plan.

Le projet de loi déposé par le gouvernement n'entrera pas en vigueur avant au moins un an.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, a déposé mardi un projet de loi pour renverser la pratique actuelle en matière de don d'organes et de tissus. En vertu de cette loi, tous les Néo-Écossais seront automatiquement considérés comme donneurs potentiels.

Ce serait, selon la province, une première en Amérique du Nord. Une fois la loi adoptée, c'est ceux qui refusent de devenir donneurs qui devront se manifester.

Les familles continueront d'avoir le dernier mot. Le moment venu, elles seront consultées au sujet du souhait de leur proche.

C'est une très belle journée, s'est réjoui le directeur médical du programme provincial de dons d'organes Legacy of Life, Stephen Beed.

Cette idée a commencé à prendre de l'ampleur il y a près de 15 ans, a-t-il fait remarquer. Plusieurs autres pays comme la Belgique et l'Espagne ont déjà légiféré en ce sens.

En Nouvelle-Écosse, l'ancien gouvernement néo-démocrate avait déposé un projet de loi similaire en 2010, mais la loi n'est jamais entrée en vigueur.

Contrairement à aujourd'hui, le programme provincial de dons d'organes n'était pas prêt à un tel changement à l'époque, selon son directeur médical.

Accès inégal en Nouvelle-Écosse

Il reste encore du travail à faire à travers la province pour uniformiser l'accès au don d'organe.

Je veux être capable de dire que tous les Néo-Écossais, peu importe où ils vivent, peu importe leur code postal, auront le même accès au don d'organe.

Stephen Beed, directeur médical, Legacy of Life

Il espère que le nouveau programme sera en place dans 12 ou 18 mois.

Entre-temps, les travailleurs de la santé de première ligne devront notamment être formés pour mieux reconnaître les donneurs d'organes potentiels et les confier aux équipes spécialisées.

Pierre Marsolais est d'avis que le consentement automatique ne rime pas toujours avec une augmentation du nombre de dons d'organes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Marsolais est d'avis que le consentement automatique ne rime pas toujours avec une augmentation des dons d'organes.

Photo : Radio-Canada

Pour le spécialiste québécois en matière de don d'organes, Pierre Marsolais, l'éducation des professionnels est la chose primordiale à faire. Le consentement automatique n'est pas une solution, selon lui.

Il faut que les travailleurs de la santé soient capables d'identifier le donneur, de soutenir une famille et de créer un lien de confiance fort avec elle, parce que les proches du donneur, dit-il, donneront seulement leur approbation à condition qu'il soit décédé.

Si vous êtes convaincu qu'il n'est pas décédé, consentement présumé ou pas, vous allez dire non.

Pierre Marsolais, médecin coordonnateur, Centre de prélèvement d'organes, CIUSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal

Le premier ministre Stephen McNeil estime de son côté que ce projet de loi vient répondre à un besoin dans la province. La Nouvelle-Écosse a déjà un des plus gros taux de donneurs consentants au pays.

Ça ne se traduit pas toujours par un don, a-t-il dit.

Nous savons que dans plusieurs parties de la province, y compris celle où je vis, qui est une partie rurale de la Nouvelle-Écosse, nous avons du travail à faire.

Stephen McNeil, premier ministre, Nouvelle-Écosse

Le premier ministre s'est engagé à mettre en place les services nécessaires pour rendre le nouveau système accessible partout en Nouvelle-Écosse.

Pas avant un an

Le ministre de la Santé, Randy Delorey, a indiqué qu'une période de 12 à 18 mois sera nécessaire avant l'entrée en vigueur de la loi pour, entre autres, éduquer le public à propos du changement.

Malgré cette nouvelle loi, le ministre encourage les citoyens à discuter de leur volonté avec leurs proches afin que ce soit clair le moment venu.

Il est difficile d'estimer les répercussions que ce changement aura sur le nombre de dons, mais le directeur du programme provincial, Stephen Beed, aime prendre en exemple les régions d'Europe où ce changement a provoqué une hausse des dons allant jusqu'à 35 %.

Avec les informations de CBC

Soins et traitements

Santé