•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau met à la porte Wilson-Raybould et Philpott

Le premier ministre Justin Trudeau annonce à ses députés l'expulsion de Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Radio-Canada

À l'issue d'une réunion spéciale avec ses députés, mardi, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott, qui ont claqué la porte de son gouvernement dans la foulée de l'affaire SNC-Lavalin, ne font plus partie du caucus libéral.

« Le lien de confiance qui a déjà existé entre ces deux personnes et notre équipe a été brisé, que ce soit en enregistrant des conversations [avec quelqu’un] sans son consentement ou en exprimant à répétition un manque de confiance à l’égard de notre gouvernement ou à mon égard en tant que leader », a-t-il déclaré devant les journalistes après avoir rencontré les parlementaires libéraux.

« Il est devenu évident que Mme Wilson-Raybould et Dre Philpott ne peuvent plus faire partie de l’équipe libérale », a tranché M. Trudeau.

Le premier ministre a dit être arrivé au pouvoir avec la détermination de mettre fin aux querelles intestines qui ont miné le parti par le passé. Ce genre de conflit nuit aux partis parce que cela donne l'impression que les politiciens se soucient davantage de politique interne que de servir le public, a-t-il soutenu.

« Nos adversaires politiques gagnent quand les libéraux sont divisés, a-t-il affirmé. Nous ne pouvons pas nous permettre de faire cette erreur. Les Canadiens comptent sur nous. »

S'il est inacceptable qu'un politicien enregistre secrètement une conversation, il est « inadmissible » qu'une procureure générale enregistre une conversation avec le principal fonctionnaire du pays, a ajouté M. Trudeau, faisant référence à l'enregistrement d'un entretien téléphonique avec l’ancien greffier du Conseil privé, Michael Wernick, réalisé par Mme Wilson-Raybould à l’insu de son interlocuteur.

M. Trudeau a dit avoir pris sa décision après s’être entretenu avec les présidents des caucus régionaux, le président du caucus du parti, le whip en chef du gouvernement et la whip adjointe.

Il a par ailleurs indiqué avoir rencontré les principales intéressées pour leur annoncer la nouvelle.

Justin Trudeau descend un escalier.

Le premier ministre Trudeau arrive à une réunion du caucus du Parti libéral.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Wilson-Raybould et Philpott défendent leurs principes

Peu de temps avant l'annonce de M. Trudeau, Mme Wilson-Raybould a d'ailleurs écrit sur Twitter que le premier ministre lui avait signifié son éviction du caucus libéral en plus de lui indiquer qu'elle ne serait pas la candidate libérale dans Vancouver Granville aux prochaines élections fédérales.

« Je n’ai aucun regret. J’ai dit la vérité comme je continuerai à le faire », a-t-elle soutenu.

Ce que je peux dire, c'est que je garde la tête haute et que je peux me regarder dans le miroir en sachant que j'ai fait ce que je devais faire et ce qui devait être fait en me fondant sur des principes et des valeurs qui doivent toujours transcender le parti.

Jody Wilson-Raybould

Dans un message publié sur Facebook, Jane Philpott a pour sa part déploré avoir été expulsée du caucus libéral sans avoir eu l’occasion de s’exprimer devant ses collègues.

Elle a en outre nié avoir manqué de loyauté envers son parti, écrivant qu’elle avait au contraire « recommandé au gouvernement de reconnaître ce qui s’est passé pour aller de l’avant ». « Ce que j’ai entendu des Canadiens, c’est qu’ils veulent savoir la vérité », a-t-elle martelé.

Elle a précisé qu'elle continuerait à représenter les électeurs de Markham-Stouffville jusqu'à la fin de son mandat. Mme Wilson-Raybould a de son côté indiqué qu'elle prendrait « le temps de réfléchir et de parler à [ses] partisans » avant de décider de la suite des choses.

Cette dernière avait tenté d'infléchir la décision du caucus libéral dans une lettre de deux pages transmise plus tôt dans la journée à son président, Francis Scarpaleggia, plaidant pour son maintien au sein du caucus.

« Je sais que plusieurs d'entre vous sont fâchés, blessés. Honnêtement, je le suis aussi [...] », avait-elle plaidé, après avoir défendu une fois de plus sa gestion dans le dossier SNC-Lavalin. « Je suis fâchée, blessée et frustrée, parce que je sens et je crois que je défendais les valeurs envers lesquelles nous nous sommes tous engagés », poursuivait-elle.

Mme Wilson-Raybould avait démissionné du Cabinet un mois après un remaniement ministériel qui l'a fait passer du ministère de la Justice à celui des Anciens Combattants. Quant à Jane Philpott, elle avait quitté son poste de présidente du Conseil du Trésor, en solidarité avec sa collègue et parce qu'elle disait avoir perdu confiance dans le gouvernement pour sa gestion de l'affaire SNC-Lavalin.

Depuis quelques jours, de nombreux membres du gouvernement Trudeau ne cachaient plus leur exaspération devant cette situation qui plombe les intentions de vote de la formation à quelques mois des élections.

L'opposition louange Wilson-Raybould et critique le gouvernement

Le chef conservateur, Andrew Scheer, a rapidement réagi. « En expulsant Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott du caucus, les libéraux ont envoyé un message clair aux Canadiens : "Si vous dites la vérité, il n'y a pas de place pour vous au Parti libéral du Canada" », a-t-il écrit sur Twitter et Facebook.

Pour sa part, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a soutenu que « Mme Wilson-Raybould voulait faire de la politique différemment en mettant l'intégrité et l’intérêt des Canadiens avant ceux des libéraux. Aujourd'hui, le premier ministre Trudeau et le gouvernement libéral ne nous ont pas montré exactement ce qu'ils pensent de l'intégrité. Merci, Jody, d'être loyale envers les Canadiens. Tu mérites mieux que ça », a-t-il déclaré sur Twitter.

Aux Communes, une motion déposée par les conservateurs a été défaite au comité de la Justice de la Chambre des communes, où les libéraux sont majoritaires. La motion réclamait du premier ministre Trudeau et de ses proches conseillers qu’ils témoignent dans le dossier SNC-Lavalin.

Le député albertain Michael Cooper, qui a présenté la motion, a accusé les libéraux membres du comité d’être « des agents du premier ministre ».

Ce comité parlementaire a par ailleurs rendu publics une série de documents fournis par Gerald Butts – ex-bras droit du premier ministre Justin Trudeau.

Les impressions d’écran de messages textes échangés entre lui et Mme Wilson-Raybould en novembre et décembre 2018, ainsi qu'en janvier 2019, de même qu'une copie de notes manuscrites d'un échange entre le premier ministre et l'ex-procureure générale, avant sa mutation au ministère des Anciens Combattants, vont dans le sens du témoignage qu'il a livré devant le comité parlementaire, en mars dernier.

Avec les informations de CBC

Politique fédérale

Politique