•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève des heures supplémentaires des infirmières lundi prochain

Les explications de Davide Gentile
Stéphane Bordeleau

Les infirmières de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) refuseront de faire des heures supplémentaires le 8 avril prochain pour dénoncer les heures supplémentaires obligatoires qui leurs sont imposées sur une base régulière par leur employeur.

En conférence de presse à Montréal, la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, a déclaré qu'a assez duré la mesure appelée dans le milieu « TSO », pour temps supplémentaire obligatoire, qui force les infirmières à travailler plus longtemps pour assurer les services aux patients dans les hôpitaux.

Depuis des mois, les infirmières du Québec dénoncent sur toutes les tribunes la surcharge de travail qu’on leur impose dans les institutions de santé de la province.

Le 8 avril prochain, les professionnelles en soins veulent pouvoir choisir leur santé physique et mentale, leur vie personnelle et familiale. Elles veulent, comme la grande majorité de la population, vivre une journée normale de travail.

Nancy Bédard, présidente de la FIQ

« Une journée où elles ne risquent pas d’être prises en otage : voilà l’objectif de cette journée sans précédent », précise la présidente de la Fédération.

D’abord implantées pour venir à bout des périodes d’achalandage élevé ou lors de pénuries de personnel, les heures supplémentaires obligatoires sont devenues avec le temps la norme dans l’ensemble des établissements de santé.

Cela a pour effet d'épuiser les infirmières en poste, de décourager les jeunes qui auraient souhaité se diriger vers ce métier, et ainsi d’aggraver la pénurie de personnel.

« Cette pratique est devenue un réel mode de gestion qui porte atteinte aux droits des professionnelles en soins, et a un impact direct sur la qualité et la sécurité des soins », dénonce Nancy Bédard.

Quand le TSO est prévu à l’avance, on n’appelle plus cela une urgence. Ce qui devait être une mesure d’exception a été érigé, dans beaucoup d’établissements, en véritable système de gestion.

Nancy Bédard, présidente de la FIQ

Cette journée sans heures supplémentaires obligatoires se veut également un rappel à l'intention du gouvernement de François Legault, qui avait promis aux infirmières du Québec de mettre un terme à cette pratique s’il formait le prochain gouvernement.

Le 22 janvier dernier, la ministre de la Santé, Danielle McCann, a notamment promis une amélioration de la situation d'ici la fin 2019. Reste à voir si elle y parviendra.

« Ce vœu demeurera pieux si elle n’exige pas de ses gestionnaires des changements profonds, prévient la FIQ. Elle doit envoyer le message clair que le temps où on faisait reposer tout le fonctionnement du réseau de la santé sur les épaules des professionnelles en soins est révolu. »

La ministre McCann maintient le cap

Dans un communiqué, le cabinet de la ministre McCann a affirmé « prendre note » de l’appel lancé par la FIQ à ses membres.

Assurant que la ministre est bien au fait de la situation dans laquelle travaillent les infirmières, son cabinet a rappelé qu'elle s’est engagée à éliminer le temps supplémentaire obligatoire au cours de son mandat actuel.

« C'est un engagement ferme », assure la ministre.

Nous ajoutons dès cette année 200 millions de dollars afin d'embaucher du personnel soignant dans nos CHSLD, nos hôpitaux et d'autres établissements. C'est un pas énorme dans la bonne direction. En travaillant ensemble, on va y arriver!

Danielle McCann, ministre de la Santé du Québec

La ministre a cependant rappelé aux infirmières que la sécurité et la santé des patients « ne doivent en aucun cas être mises en péril par le geste symbolique de la FIQ », rappelant que le temps supplémentaire obligatoire fait partie des obligations professionnelles des infirmières.

Hôpitaux

Société