•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Vancouvérois expulsé pour une hausse de loyer qu'il ignorait

Un homme sur un sofa est entouré de documents.

Miroslav Pinkowski doit trouver un nouveau logement d'ici le 15 avril après avoir été expulsé de son appartement. La Direction de la location à usage d’habitation (BC Residential Tenancy Branch) a tranché en faveur des propriétaires de son logement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des locataires d'un immeuble d'appartements de l'est de Vancouver font face à une expulsion en raison d'une hausse du loyer dont ils disent ignorer l'existence.

Depuis presque 16 ans, Miroslav Pinkowski, âgé de 65 ans, habite dans un appartement de deux chambres à coucher avec son chien, Soldier, et deux colocataires.

« Mon chien est avec moi depuis plus de 12 ans. Il est maintenant âgé de 16 ans et je ne sais pas qui va nous prendre. Je ne trouverai pas de logement qui acceptera les chiens », craint-il.

Un chien de type berger allemand est couché au sol. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Soldier est le fidèle compagnon de Miroslav Pinkowski depuis une douzaine d'années.

Photo : Radio-Canada

Le gestionnaire de l’immeuble où habite Miroslav Pinkowski, First Services Residential, lui a transmis un avis d’expulsion en janvier où il est accusé de devoir 240 $ en frais non payés en raison d’une hausse de loyer.

Or, M. Pinkowski affirme n’avoir jamais reçu l’annonce d’une hausse de loyer. Il dit que cette hausse, sur un loyer d’un peu plus de 1000 $, n’aurait posé de problème ni à lui ni à ses colocataires.

« Si on l'avait su, on n'en serait pas là », explique-t-il.

Il dit que la compagnie qui gère l’immeuble ne veut pas accepter de remboursement rétroactif.

Dans une lettre adressée à Miroslav Pinkowski, First Services Residential affirme que la note pour une hausse de loyer lui a été remise.

M. Pinkowski a plaidé sa cause devant la Direction de la location à usage d’habitation (BC Residential Tenancy Branch). Celle-ci se range toutefois du côté des propriétaires.

Miroslav Pinkowski doit désormais trouver un nouveau logement d’ici le 15 avril.

La compagnie First Services Residential a refusé de commenter l’affaire.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier