•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’interdiction du dégriffage des chats prévue au Québec

Il ne sera plus permis de faire dégriffer son chat en Nouvelle-Écosse à compter du 15 mars 2018.

Photo : Getty Images

Romain Schué

L'Ordre des médecins vétérinaires du Québec ne compte pas interdire le dégriffage des chats, malgré une demande pressante de la part de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal, qui a lancé une pétition à cet effet.

« On n’a pas, présentement, un projet qui vise l’interdiction du dégriffage. Beaucoup de gens demandent encore cette opération au Québec. L’éducation et l’information doivent être la voie gagnante », explique Caroline Kilsdonk, présidente de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ), qui regroupe près de 2600 spécialistes dans la province.

Une telle interdiction est réclamée par la SPCA de Montréal, qui a lancé mardi matin une pétition afin de convaincre l’OMVQ de changer d’avis.

« C’est une chirurgie cruelle, qui n’est absolument pas nécessaire d’un point de vue médical », assure Sophie Gaillard, directrice de la défense des animaux à la SPCA.

Des douleurs chroniques évoquées

Le dégriffage des félins consiste en réalité à amputer la troisième phalange du doigt de l’animal. L'équivalent, dit la SPCA, d'enlever pour les humains le bout des dix doigts et de les faire marcher ensuite dessus.

« Il y a des séquelles et des douleurs chroniques pour les chats. Le dégriffage a vraiment un impact néfaste sur la psychologie de l’animal », précise Sophie Gaillard.

On voit des problèmes de comportement, d’agressivité, car on les prive de leur moyen de défense. On retrouve aussi des problèmes de malpropreté, car gratter dans la litière peut faire mal au chat.

Sophie Gaillard, avocate de la SPCA

L’OMVQ ne conteste pas ces commentaires. « Ce n’est pas une chirurgie de routine et elle change le comportement du chat. Lorsqu’on choisit d’avoir un chat, il faut lui fournir des alternatives [pour éviter qu'il s'attaque au mobilier], comme un griffoir adapté », répond Caroline Kilsdonk.

L'OMVQ préfère sensibiliser le public

Près d’une trentaine de pays interdisent pourtant cette pratique, rappelle la SPCA. Au Canada, les ordres professionnels de la Nouvelle-Écosse, de la Colombie-Britannique, de Terre-Neuve-et-Labrador et de l’Île-du-Prince-Édouard ont également tranché contre cette pratique.

Au Québec, plusieurs cliniques ont pour leur part décidé ces dernières années de ne plus proposer cette intervention médicale.

« Il y a des années, lorsqu’on nous a enseigné cette technique, on nous affirmait qu’il n’y avait pas de conséquences pour le chat. Mais avec le temps, on s’est mis à voir qu’il y en avait », juge Odette Girard, vétérinaire à Montréal depuis une trentaine d’années, qui ne pratique plus cette opération « depuis plus de 15 ans ».

« On ne croit pas qu’il soit nécessaire d’interdire [la procédure] », précise Caroline Kilsdonk, qui souhaite éviter « la grande polarisation » sur ce sujet et préfère sensibiliser davantage le grand public.

Elle fait appel au bon jugement des professionnels lorsque des clients en font la demande.

On ne peut pas dire à nos membres qu’ils ne peuvent pas exercer leur jugement. Peut-être que [le dégriffage] peut être un bon choix, pour un animal, dans une certaine famille.

Caroline Kilsdonk, présidente de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec

Pour éviter le dégriffage, l’OVMQ met de l’avant une coupe régulière des griffes, l’utilisation d’un griffoir assez haut, attrayant et installé à l’entrée d’une pièce, ou encore l’utilisation de récompenses.

Si l'OVMQ conserve cette position, la SPCA ne ferme pas la porte à saisir le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) pour qu'il légifère. « On espère d'abord convaincre l'Ordre, puis on réévaluera. Il y a vraiment un mouvement au Canada pour une interdiction. On pense que le Québec est prêt et qu'il est temps d'interdire cette opération. »

Animaux de compagnie

Société