•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un plan pour le logement abordable se dessine à Moncton

Un itinérant est assis au milieu d'un campement qui a été démoli près d'une voie ferrée à Moncton.

Deux refuges hivernaux pour sans-abri ont fermé lundi, ce qui a de nouveau mis en évidence le manque de logements abordables à Moncton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À peine quelques heures après la fermeture de deux refuges temporaires, les conseillers municipaux de Moncton ont accepté à l'unanimité des recommandations qui visent à accroître l'offre de logements abordables d'ici 10 ans.

Les 57 recommandations formulées par la firme de consultants SHS Consulting n’offrent toutefois pas de solution rapide au problème des sans-abri.

La firme recommande par exemple la création d’une commission du logement, une meilleure collecte de données sur les sans-abri et leurs besoins, plus de soutien pour les sans-abri chroniques et des modifications aux règlements sur l’utilisation des terrains municipaux pour encourager la construction de logements abordables.

Johanna Hashim de SMS Consulting s'adresse aux conseillers municipaux de Moncton.

Johanna Hashim de SMS Consulting présente des recommandations sur le logement abordable devant le conseil municipal de Moncton, lundi soir.

Photo : CBC/Shane Magee

Ces mesures ont pour objectif de réduire de moitié le nombre de sans-abri chroniques, de diversifier les types de logements disponibles, d’améliorer l’état des maisons de chambre et d’accroître les aides au logement.

Aucune mention d'un 3e refuge

Le rapport des consultants ne parle pas de la nécessité d’un troisième refuge permanent pour sans-abri à Moncton, une recommandation faite par des fonctionnaires municipaux aux conseillers.

Le dirigeant d’un des deux refuges hivernaux qui vient de fermer, Charles Burrell, est très critique du rapport pour cette raison.

On sait qu’on a besoin de logements abordables, de services pour les gens aux prises avec des dépendances, avec des problèmes de santé mentale, mais il n’y a pas de plan pour les offrir, a-t-il dénoncé après la réunion du conseil municipal.

Quelques véhicules sont garés devant le vieil édifice

L'ancienne caserne des pompiers du boulevard Assomption sert temporairement de centre de réchauffement durant le jour et de refuge durant la nuit, qui doit fermer le 31 mars.

Photo : CBC/Shane Magee

Jean Dubé, le directeur général par intérim de la Maison Nazareth, l’un des deux refuges permanents de Moncton, a déclaré en entrevue à l’émission Le Réveil Nouveau-Brunswick de Radio-Canada qu’une annonce en ce sens serait faite vendredi.

Plus d’espace, plus de moyens, plus de ressources, vraiment, qui suit le plan qui a été présenté hier soir. La maison Nazareth vit avec ces gens-là au fil des années. Ça prenait un plan de logement à long terme, au niveau aussi des services offerts aux personnes itinérantes, que ce soit au niveau de la toxicomanie, de la santé mentale, de l’emploi. Il va y avoir plein de bonnes nouvelles en ce sens-là.

15 lits de plus à la Maison Nazareth

Entre-temps, la maison Nazareth, tout comme le deuxième refuge permanent, a accru le nombre de lits disponibles, lundi soir, après la fermeture des refuges temporaires.

On a ouvert nos garde-robes, c’est tout simplement ça. On a trouvé des places à l’intérieur de notre refuge pour accommoder les personnes qui se cherchaient [...] un toit à partir d’hier. On a ajouté une quinzaine de lits (le refuge en compte normalement une trentaine). Mais on a vraiment pris les corridors. On avait des places où on rangeait des choses, on a fait des chambres.

La Maison Nazareth, un des quelques refuges pour sans-abri de Moncton.

La Maison Nazareth, un des quelques refuges pour sans-abri de Moncton.

Photo : Radio-Canada

À la suite de la présentation de SHS Consulting, des fonctionnaires municipaux ont fait savoir qu’ils travaillaient déjà à la mise en oeuvre des recommandations, même si la Ville de Moncton attend que soit dévoilé un plan provincial qui précisera comment seront dépensés les fonds d’une entente fédérale-provinciale sur le logement abordable.

De son côté, le gouvernement provincial précise qu’il attend des approbations d’Ottawa avant de dévoiler son plan.

Avec des informations de Shane Magee, CBC

Nouveau-Brunswick

Politique municipale