•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Payer pour conduire au centre-ville? Bientôt une réalité à New York

New York mettra bientôt en place un système de péage urbain.
New York mettra bientôt en place un système de péage urbain. Photo: Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair
Raphaël Bouvier-Auclair

C'est une première en Amérique du Nord. Après Londres, Singapour et Stockholm, New York met sur pied un système de péage urbain. D'ici environ un an et demi, il faudra payer pour entrer et circuler en voiture dans une bonne partie de Manhattan. L'argent recueilli sera investi dans le réseau de transport en commun de la ville.

« Horrible ». « Plus que fou ». Les New-Yorkais ne manquent pas de mots pour décrire l'état de la circulation dans leur ville. Dans certains secteurs de Manhattan, la vitesse moyenne des voitures est de 7,5 km/h.

Les autorités de l’État font le pari qu’imposer un péage permettra de décongestionner les rues de la métropole.

D’ici 2021, un système électronique doit être mis en place autour d’un secteur allant du sud de Central Park jusqu’au bas de l’île de Manhattan. Les frais qui seront imposés aux automobilistes qui y entrent ne sont pas encore déterminés, mais devraient dépasser les 10 $ US par jour.

Le pont de Brooklyn mène à Manhattan.Il faudra bientôt payer pour entrer en voiture à Manhattan à partir du pont de Brooklyn. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Simple taxe ou une manière efficace de régler des problèmes de circulation? À New York, l’idée de mettre sur pied un tel projet fait l’objet de débats depuis longtemps.

Il y a 10 ans, l’ex-maire Michael Bloomberg avait mis de l’avant une proposition du genre qui, faute d’appuis politiques, n’avait pas vu le jour.

Le consultant Bruce Schaller, qui avait travaillé au développement de la proposition du maire Bloomberg, assure que les expériences ailleurs dans le monde ont été concluantes.

Un homme aux cheveux gris et portant des lunettes est posé devant un immeuble de briques rouges.Le consultant Bruce Schaller a travaillé sur un projet de péage urbain présenté par l'ex-maire de New York, Michael Bloomberg. Photo : Radio-Canada

À Londres, Stockholm et Singapour, les trois grandes villes qui ont adopté ce système, on a constaté une réduction de la circulation et une augmentation de la vitesse des voitures. Ça fonctionne.

Bruce Schaller, ancien fonctionnaire de la ville de New York

Selon le consultant, avec « l’emploi et le tourisme en hausse », les rues de la ville sont de plus en plus fréquentées et l’imposition de frais pour y circuler est devenue incontournable.

Moins de voitures, plus de trains?

Les défenseurs du péage urbain assurent que les effets du système se feront sentir en surface, mais aussi sous les rues de New York. Les revenus, estimés à 1 milliard de dollars par année, seront investis dans le réseau de transport en commun.

Des gens qui consultent leur téléphone intelligent attendent le métro.Le métro de New York est très fréquenté, parfois même à l'extérieur des heures de pointe. Photo : Radio-Canada

« Nous vivons des problèmes chaque jour. Il y a des retards et beaucoup trop de gens non seulement dans les métros, mais aussi sur les quais », note l’environnementaliste Alex Matthiesen.

En semaine, le métro new-yorkais a un taux de ponctualité de 65 %, ce qui est bien en dessous des performances de réseaux de transport en commun d’autres grandes villes américaines.

L'environnementaliste Alex Mathiessen est photographié devant une entrée du métro de New York.L'environnementaliste Alex Mathiessen est en faveur du projet de péage urbain. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Alex Mathiessen évoque une crise qui s’est accentuée ces dernières années, notamment en raison d’un manque criant d’investissements. Selon lui, c’est la raison principale derrière la mise en oeuvre du péage urbain.

« Aucune autre forme de financement ne permet en plus de réduire la congestion routière », ajoute-t-il.

À quand des résultats?

Si beaucoup de New-Yorkais s’entendent sur les problèmes majeurs de leur réseau de transport en commun, la méthode qui a été choisie pour y remédier ne fait pas l’unanimité.

Plusieurs véhicules forment une file dans les rues de Manhattan.La circulation est dense à Manhattan. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Un conseiller municipal de Queens, Barry Grodenchik, se demande par exemple combien de temps il faudra avant de réellement constater les effets du projet sur les réseaux de métro et d’autobus.

Comme d’autres élus de la région, il espère maintenant la mise sur pied d’exemptions, notamment pour les citoyens moins fortunés.

« Ça pourrait me faire très mal », affirme de son côté Peter Petino, propriétaire d’une petite entreprise de livraison. Basés à Brooklyn, ses véhicules traversent fréquemment à Manhattan.

Pourquoi ne pas trouver une autre manière de payer? Pourquoi faire porter tout le poids aux automobilistes?

Peter Petino, commerçant
Le commerçant Peter Petino s'oppose au projet de péage urbain.Le commerçant Peter Petino s'oppose au projet de péage urbain. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Si certains commerçants croient qu’ils pourraient bénéficier d’artères plus fluides, Peter Petino demeure sceptique. Il note la présence de dizaines de milliers de chauffeurs de services de covoiturage dans les rues de New York.

Leurs véhicules, comme les taxis, font depuis quelques mois l’objet d’une nouvelle taxe et ne seront pas soumis au nouveau système de péage urbain.

Jonathan Mann, un résident de Manhattan dont le quotidien est marqué par le bruit des klaxons, ne sait pas si la voie que sa ville a choisi d’emprunter réglera tous les problèmes de circulation et de transport en commun.

« Même si c’est un remède partiel, ce sera une bonne chose », indique-t-il.

Il ne sera pas seul à se pencher sur les résultats de l’expérience new-yorkaise. Des villes comme San Francisco, Seattle et Vancouver s’intéressent également à l’idée d’imposer un péage urbain.

Urbanisme

International