•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après les pesticides, le lanceur d'alerte Louis Robert dénonce la surutilisation d'engrais

Entrevue avec l'agronome et lanceur d'alerte, Louis Robert. Photo: Radio-Canada
Thomas Gerbet

Le lanceur d'alerte congédié par le ministère de l'Agriculture affirme que les conflits d'intérêts ne se limitent pas au domaine des pesticides. Lors d'une première entrevue, accordée à Radio-Canada, l'agronome Louis Robert dénonce l'influence du privé dans les recommandations d'engrais faites aux agronomes et aux agriculteurs, qui seraient les plus élevées en Amérique du Nord.

Pesticides, engrais, « ce sont deux problématiques jumelles, a expliqué l'agronome Louis Robert à l'occasion d'une entrevue au micro de l'émission Gravel le matin. Sur le plan de l'impact économique et sur le plan de la santé humaine, les deux se comparent très bien. »

Le fonctionnaire congédié par le gouvernement du Québec pour avoir dénoncé l'influence des lobbys en agriculture met en garde contre « la surutilisation d'engrais » dans la province et regrette que « la situation perdure depuis très longtemps » sans que personne n'en parle.

Alors qu'il travaillait encore au MAPAQ, Louis Robert a réalisé une recherche sur les quantités d'engrais à épandre dans le maïs. Il a comparé les recommandations formulées par le Québec et s'est rendu compte qu'elles étaient trois fois plus élevées qu'en Ontario, et jusqu'à six fois plus élevées que dans des États américains.

Or, au Québec, les représentants de l'industrie siègent et votent au comité chargé des recommandations d'engrais. « On ne retrouve ça nulle part ailleurs en Amérique du Nord », dénonce M. Robert.

Un document du ministère de l'Agriculture, daté de mai 2018, démontre que les rendements dans le maïs ne sont toutefois pas supérieurs dans la province par rapport aux autres juridictions

Dans les engrais, on peut retrouver des nitrates, des phosphates et de l'azote, qui risquent de contaminer les cours d'eau et l'eau potable. L'azote est aussi impliqué dans les gaz à effet de serre.

Les engrais en excès, comme les pesticides en excès, vont causer des dommages très sévères à l'environnement.

Louis Robert, agronome congédié par le ministère de l'Agriculture.

« L'opinion publique a raison de s'inquiéter, dit Louis Robert. Il faut donner un coup de barre important à nos pratiques agricoles. »

Un graphique produit par Louis Robert pour le compte du ministère de l'Agriculture démontre que les recommandations de fertilisation du Québec n'ont jamais été aussi basses qu'entre 1994 et 2003, quand l'Association des fabricants d'engrais du Québec (AFEQ) n'était pas représentée au comité.

L'AFEQ s'appelle aujourd'hui l'Association professionnelle en nutrition des cultures.

Le comité mandaté par le gouvernement pour les recommandations de fertilisation compte deux représentants de la Coop fédérée, principal vendeur de pesticides et d'engrais au Québec.

L'an dernier, une chercheure de la Coop fédérée, membre du comité, a même recommandé que les doses d'engrais azoté pour le maïs au Québec soient augmentées de 50 %.

L'ancienne présidente de l'Ordre des agronomes Claire Bolduc expliquait récemment à l'émission La Semaine verte que le surplus d'engrais gonfle la facture du soutien agricole, comme les assurances de stabilisation du revenu des agriculteurs, que les Québécois financent avec leurs impôts.

« Si on en met plus, ça coûte plus cher à produire, expliquait Claire Bolduc. Donc éventuellement, ça va se traduire dans les compensations qui sont accordées. Parce que les aides agricoles prennent en considération les coûts de production. »

À Québec, la Commission de l'agriculture, des pêcheries, de l'énergie et des ressources naturelles, présidée par le député de la CAQ Mathieu Lemay, a annoncé, mardi, qu'elle abordera, finalement, « la question de l'indépendance de la recherche dans les secteurs de l'agriculture et de l'alimentation et les pratiques de prescription des pesticides par des agronomes liés à l'industrie ».

Candidat à la présidence de l'Ordre des agronomes du Québec

On voit M. Robert dans un trou creusé dans le champ. Il s'adresse au groupe qui se tient près du trou.Louis Robert, agronome au MAPAQ et spécialiste des sols, s'adresse à un groupe lors de la journée « Caravane des sols » du 12 juillet 2018 à la ferme de Martin Berger, de Saint-Aimé, près de Sorel. Photo : Radio-Canada

Louis Robert, qui brigue la présidence de l'Ordre des agronomes du Québec, propose de séparer les rôles de conseillers et de vendeurs de pesticides, mais aussi d'engrais.

Au Québec, les agronomes qui conseillent les agriculteurs sur l'utilisation des pesticides sont majoritairement des salariés des entreprises qui vendent ces produits. La plupart reçoivent même des primes, bonis ou commissions, ce qui est illégal, selon le code de déontologie de l'Ordre.

Il faut séparer le mandat de vendre le produit de celui de conseiller l'agriculteur. Ça ne doit pas être la même personne.

Louis Robert, candidat à la présidence de l'Ordre des agronomes du Québec.

L'agronome aimerait être invité à la commission parlementaire sur les pesticides, même s'il trouve le mandat « très large ».

Regrette-t-il d'avoir lancé l'alerte au prix de la perte de son travail? Il préfère réserver ses commentaires pour plus tard, afin de ne pas nuire à ses recours.

En 2017, le conseiller expert du MAPAQ dans le secteur des grains avait osé dénoncer, à l'interne, l'ingérence du privé dans la recherche publique sur l'utilisation des pesticides. Insatisfait de l'écoute de ses supérieurs, il s'était tourné vers Radio-Canada. Le fonctionnaire avait partagé, en toute confidentialité, des documents accablants.

À partir des informations et d'une dizaine de témoignages, notre enquête « Pesticides : quand le privé administre la recherche publique québécoise », publiée en mars 2018, avait permis de faire la lumière sur la crise au Centre de recherche sur les grains (CEROM) qui avait entraîné la démission de nombreux chercheurs.

Une note ministérielle faisait par exemple état de tentatives d'intimidation des chercheurs et d'ingérence dans la diffusion et l'interprétation des résultats de recherche.

Le conseil d'administration du CEROM est dominé par des représentants du secteur privé, alors que plus des deux tiers de son financement (68 %) viennent du ministère de l'Agriculture. Le MAPAQ n'a qu'un représentant observateur, sans droit de vote.

Environnement