•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, le voile n’est pas interdit au travail au Maroc

Une publication virale sur les réseaux sociaux prétend que le port du voile n'est pas permis en milieu de travail au Maroc.
Une publication virale sur les réseaux sociaux prétend que le port du voile n'est pas permis en milieu de travail au Maroc. Photo: Capture d'écran - Facebook
Bouchra Ouatik

Une publication partagée plus de 17 000 fois sur les réseaux sociaux affirme que le voile n'est pas permis au Maroc pour les employées du domaine hôtelier et qu'aucune policière ne porte ce signe religieux. Le texte prétend également qu'il est interdit de prier durant la journée de travail. Ces affirmations sont contredites par la loi marocaine.

Dans la foulée du projet de loi de la Coalition avenir Québec sur la laïcité – qui interdit les signes religieux pour les employés de l’État en position de coercition et aux enseignants –, une publication virale compare la situation du Québec avec celle du Maroc.

Une publication virale sur Facebook affirme que le port du voile n'est pas permis chez les policières et les employées du milieu hôtelier, au Maroc.Agrandir l’imageUne publication virale sur Facebook affirme que le port du voile n'est pas permis chez les policières et les employées du milieu hôtelier, au Maroc. Photo : Capture d'écran - Facebook

L’auteur de ce texte affirme que le Maroc impose des restrictions quant au port du hidjab et à la pratique de la prière en entreprise. Ces informations sont fausses, selon l’avocate en droit du travail Nawal Ghaouti, basée à Casablanca, au Maroc.

Le port du voile répandu en entreprise et dans la fonction publique

« On est en pays musulman, donc le port du voile n’est pas quelque chose d’incongru! », s’exclame d’entrée de jeu Me Ghaouti. « Au contraire, ça fait partie des us et coutumes dans la pratique de l’islam. Effectivement, beaucoup de femmes sont voilées dans les administrations et dans les entreprises, et ça ne pose aucun problème. »

Il n’y a absolument rien, évidemment, dans notre code du travail ou dans notre législation qui interdise le port du voile.

Me Nawal Ghaouti, avocate en droit du travail au Maroc

L’avocate explique qu’il est courant de voir des enseignantes, des directrices d’écoles, des avocates et des juges porter le voile, par exemple. Il n’est pas rare non plus de voir des employées du milieu hôtelier arborer ce vêtement religieux, affirme Me Ghaouti.

L'avocate constate même que le port du hidjab est de plus en plus répandu au Maroc. « On ne voyait pas cela il y a 20 ans, 30 ans. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus présent », mentionne-t-elle.

Des policières voilées

La publication virale affirme également qu’aucun voile n’est visible au sein des forces de l'ordre au Maroc. Selon l’avocate Nawal Ghaouti, rien n’interdit aux policières de porter le voile, mais elle constate que cela est rare. Selon elle, cela peut s’expliquer par des motifs de sécurité.

Il y a cependant des policières qui portent le hidjab en uniforme, comme en fait foi cette photo de la police administrative municipale de la capitale, Rabat, publiée par le journal marocain La Vie Éco (Nouvelle fenêtre).

Une photo du journal marocain « La Vie Éco » montre des policières voilées à Rabat.Agrandir l’imageUne photo du journal marocain « La Vie Éco » montre des policières voilées à Rabat. Photo : La Vie Éco

Discrimination interdite

Une entreprise marocaine ne peut refuser d’embaucher une personne en raison du port de signes religieux. L’article 9 du Code du travail marocain prévoit en effet qu’il est interdit d’exercer « à l’encontre des salariés, toute discrimination fondée sur la race, la couleur, le sexe, le handicap, la situation conjugale, la religion, l’opinion politique, l’affiliation syndicale, l’ascendance nationale ou l’origine sociale ».

Une entreprise marocaine qui refuserait un emploi à une femme à cause de son voile s’exposerait donc à des sanctions légales. Cependant, selon l’avocate Nawal Ghaouti, il arrive que des employeurs évitent d’embaucher des femmes voilées, mais ils invoquent alors d’autres prétextes.

« Quand certaines entreprises souhaitent ne pas permettre à certaines femmes qui portent le voile d’occuper des fonctions, par exemple de représentation commerciale, c’est toujours sous des motifs autres qu’on va leur refuser le poste. » Toutefois, si l’employée parvient à démontrer qu’elle a été discriminée en raison de son voile, elle a des recours judiciaires, assure Me Ghaouti.

Dans notre Constitution, il y a la liberté de culte, et dans la liberté de culte, il n’y a pas de restriction.

Me Nawal Ghaouti, avocate en droit du travail au Maroc

La prière courante au travail

Bien que le projet de loi du gouvernement québécois ne comporte aucune mesure sur la prière en milieu de travail, la publication qui circule sur les réseaux sociaux prétend que les employés marocains ne prient qu’après leur journée de travail.

Une affirmation démentie par Me Ghaouti. « Dans les grandes entreprises, il y a des petites salles de prières », souligne l’avocate. « Ou sinon, les gens ont leur petit tapis sous la main [...] et ils vont aller prier dans un bureau ou ailleurs. »

Le vendredi, journée de la prière en groupe dans la tradition musulmane, la majorité des entreprises accordent une pause à leurs employés pour leur permettre de se rendre prier à la mosquée.

Ailleurs au Maghreb

En Algérie, pays voisin, il existe plus de restrictions entourant le port du voile. Le vêtement y est interdit pour les employées en uniforme des douanes, de la police et de l’armée.

La Tunisie, quant à elle, a officiellement interdit le hidjab dans les écoles et dans l’administration publique, dans les années 80, mais cette mesure n’est plus appliquée, selon une entrevue accordée par le sociologue spécialiste de l'islam, Loïc Le Pape, au journal Libération (Nouvelle fenêtre).

Croyances et religions

Société