•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une clinique du quartier Centre-Sud de Montréal incapable de recruter un médecin

La propriétaire et directrice de la Polyclinique médicale populaire cherche depuis 6 mois un ou des médecins. Elle pose devant un long corridor rempli de chaises vides.

La propriétaire et directrice de la Polyclinique médicale populaire cherche depuis 6 mois un ou des médecins.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

René Saint-Louis

La direction de la Polyclinique médicale populaire lance un cri du coeur pour trouver d'urgence un médecin. La clinique située dans le Centre-Sud de Montréal tente sans succès depuis 6 mois de recruter un médecin pour s'occuper des dossiers de 3000 patients.

« C'est vraiment un recrutement qui est difficile. En fait, je ne sais plus par quel canal arriver pour en trouver un », lance d'entrée de jeu la directrice et propriétaire de la Polyclinique médicale populaire, Lise-Anne Deshaies.

Voilà 6 mois qu'elle court les foires d'emploi destinées aux finissants en médecine. Elle a bien entendu partagé l'offre sur les sites Internet qui visent les médecins. Elle a même publié des annonces dans les journaux avec un ton on ne peut plus clair : « Avis de recherche : 3000 patients privés de leur médecin!!!! Celui-ci prend sa retraite ». Mais rien n'y fait.

La clinique fondée en 1967, dans l'ancien Faubourg à m'lasse, aujourd'hui appelé le Centre-Sud de Montréal, est pourtant une institution dans cet ancien quartier ouvrier. Sa clientèle est établie depuis longtemps, et sa réputation aussi.

Bien qu'elle offre des services de médecine familiale de première ligne, elle s'est spécialisée dans la défense des droits des travailleurs (Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail, ou CNESST), des accidentés de la route (Société de l'assurance automobile du Québec, ou SAAQ), et même des victimes d'actes criminels (Indemnisation des victimes d'actes criminels, ou IVAC).

« On dérange »

« Évidemment, nous sommes une clinique qui défend les travailleurs, donc on est un petit peu marginal », soutient Lise-Anne Deshaies. « On dérange un petit peu parce qu'on coûte cher », ajoute-t-elle.

C'est évident qu'une personne de 52, 53 ans qu'on réussit à faire reconnaître et faire gagner son dossier devant la CNESST, ou la SAAQ, jusqu'à 68 ans... ça coûte cher si je peux dire.

Lise-Anne Deshaies, directrice et propriétaire de la Polyclinique médicale populaire

La polyclinique a beau déranger les grandes institutions et les compagnies d'assurance, ce qui expliquerait surtout sa difficulté à recruter, c'est que beaucoup de jeunes médecins ne veulent pas faire de dossier de la CNESST et de la SAAQ, soutient la directrice adjointe de la polyclinique, Lise Ouellet.

Cette dernière ajoute cependant que la moitié des 3000 patients privés de médecins en ce moment sont de simples cas de suivi en médecine générale.

S'il faut qu'on se vire de bord pour faire juste de la médecine générale, on va le faire. On s'est toujours adapté aux médecins qui sont venus ici et on est prêt à continuer, mais ça nous prend un médecin.

Lise Ouellet, directrice adjointe de la Polyclinique médicale populaire

Amir Khadir à la rescousse

L'ancien politicien et médecin Amir Khadir dit comprendre ses confrères déjà surchargés d'être réticents à aller offrir du temps à la polyclinique, ne serait-ce que temporairement pour dépanner. Il y a, selon lui, une lourdeur administrative et même parfois judiciaire à traiter ce type de dossiers, qui se retrouvent devant les tribunaux administratifs du Québec.

En plus, dit le Dr Khadir, les médecins qui s'occupent de ces cas sont moins bien payés, car « l'examen de ces dossiers demande une étude approfondie qui est contraire à la logique du paiement à l'acte qui est actuellement dans le système ». Même si Québec offre une prime de 30 % aux médecins qui traitent des dossiers de la SAAQ ou de la CNESST, cela ne suffit pas à compenser la lourdeur de la tâche, dit-il.

La Clinique médicale populaire a été fondée en 1967 par le Dr Benoit Deshaies, le père de l'actuelle propriétaire. Sur la photo, la devanture de la clinique.

La Clinique médicale populaire a été fondée en 1967 par le Dr Benoit Deshaies, le père de l'actuelle propriétaire.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Amir Khadir invite les jeunes médecins qui ont une pratique axée sur le social à venir dépanner la polyclinique, le temps qu'elle se trouve un médecin. « Rarement ai-je eu le sentiment d'être aussi utile que lorsque j'ai pu défendre des travailleurs, dans des cas d'amiantose par exemple », indique-t-il.

« Facteurs d'attractivité »

Le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal reconnaît qu'il y a une pénurie de médecins dans la métropole. Le docteur François Loubert, chef du Département régional de médecine générale du CIUSSS, souligne que toutes les cliniques du secteur accueilleraient avec plaisir la présence de nouveaux médecins. D'où l'importance, ajoute-t-il, d'être des milieux de travail attrayants.

Dans les facteurs d'attractivité, d'être une clinique informatisée qui fonctionne avec un dossier médical informatisé, ça compte pour beaucoup. Le fait d'être un milieu qui est GMF, donc un Groupe de médecine de famille, ça permet aux médecins de travailler en interdisciplinarité avec d'autres professionnels. Les milieux qui ne sont pas GMF, qui ne sont pas informatisés, c'est sûr qu'ils ne partent pas avec un avantage.

Dr François Loubert, chef du Département régional de médecine générale du CIUSSS
Le chef du Département régional de médecine générale au CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal.

Dr François Loubert, directeur des services professionnels au CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal

Photo : Radio-Canada

La Polyclinique médicale populaire n'est pas un GMF, mais cela a aussi des avantages, selon la directrice de l’établissement, puisque les heures d'ouverture sont limitées aux jours de semaine, de 8 h à 17 h. Pour ce qui est de l'informatisation des dossiers, Lise-Anne Deshaies reconnaît que la clinique n'y est pas encore. Le médecin parti à la retraite en février fonctionnait encore avec des dossiers papier, mais la clinique est prête à prendre le virage informatique.

« KinLogix, MEDFAR ou Purkinje, j'attends d'avoir un nouveau médecin pour que ce soit lui qui choisisse la plateforme informatique qui lui convienne », dit la propriétaire.

Grand Montréal

Établissement de santé