•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pièce Embargo : quand l’ego se prend pour l’amour

Répétition de la pièce Embargo au Théâtre Premier Acte

Photo : David Mendoza Hélaine

Patricia Tadros

La pièce de théâtre Embargo présentée à Premier Acte est un premier texte porté à la scène pour l'auteure et comédienne Lauren Hartley, qui s'est intéressée à l'ego.

Embargo raconte l’histoire d’un gars, d’une fille et d’une joute entre les deux. Il y a quelque chose à gagner pour ces deux ego blessés. Mais quoi.

Lauren Hartley s’est penchée sur la place de l’ego dans les relations pour écrire ce texte.

« Je suis surprise par les réactions qu’on peut avoir, la place de l’ego dans les relations interpersonnelles en général. Quand la jalousie se pointe, quand la compétition prend place, c’est très peu dirigé vers l’autre. On essaie plutôt de s’autofaire réparation, je pense. Au lieu de réparer le lien avec l’autre. J’avais envie d’explorer ça. »

Lauren Hartley a voulu intégrer la part de l’ego qui s’invite dans les relations amoureuses.

« L’affaire Guy Turcotte, par exemple. Les termes qui y sont associés, ça m’a toujours fasciné. Lui qui assassine ses enfants pour une histoire d’infidélité. Parce que l’amour l’a mené vers ça, cette idée-là me dérange parce que j’ai tellement l’impression que c’est dirigé vers soi, parce qu’on se sent humilié et qu’il y a une idée de vengeance. C’est plus l’ego qui parle que l’amour finalement. L’amour a le dos large, je trouve. »

Humour et subtilité dans le texte

Le texte a tout de suite plu à Nicolas Dionne-Simard qui interprète Le Gars.

« La première chose qui m’a accroché à la lecture, c’est l’humour. Même si ça parle de quelque chose d’assez tragique, on voit une relation avancer vers un mur, il y a des moments où on les voit être heureux et on s’attache à eux », explique le comédien.

La façon dont le langage se déploie pendant la pièce a aussi interpellé Nicolas Dionne-Simard.

« Les hésitations, comment les personnages construisent leur argumentaire, comment les personnages à l’intérieur d’une même phrase peuvent se contredire. C’est très riche. Très cinématographique même dans la subtilité. »

Le titre Embargo prend aussi différentes connotations dans la pièce.

« Il y a des embargos différents dans la pièce. Les gens ne veulent pas se révéler l’un à l’autre. Ils veulent que l’autre travaille pour trouver ce que l’autre a à dire. Les deux personnages ne veulent pas se révéler parce que se révéler, c’est se rendre vulnérable », conclut Nicolas Dionne-Simard

La pièce de théâtre Embargo du Collectif Cognac, mise en scène par Olivier Lépine, est présentée du 2 au 13 avril au théâtre Premier Acte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Théâtre