•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dépanneurs applaudissent au plan provincial leur permettant de vendre de l’alcool

Un homme posant devant un dépanneur.

Il y a quatre ans, Bhavin Shah a lancé une pétition, signée par de nombreux clients, pour autoriser la vente de bière et d'alcool dans les dépanneurs.

Photo : CBC/Haweya Fadal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour plusieurs commerçants, le plan de la province visant à permettre la vente d'alcool dans les dépanneurs signifie plus qu'une occasion d'augmenter l'achalandage — c'est une occasion de sauver l'industrie des dépanneurs.

C’est ce qu’en pense Bhavin Shah, propriétaire d’un dépanneur à Mississauga.

Tous les jours, des magasins ferment leurs portes en Ontario à cause des loyers élevés [...] et des faibles marges de profit., raconte M Shah. Cela aidera à faire entrer le client.

Vendredi, le ministre des Finances de l’Ontario, Vic Fedeli, a annoncé son intention d’aller de l’avant avec l’expansion des ventes de bière et de vin dans les dépanneurs, les magasins à grande surface et les épiceries.

M. Fedeli n’a pas précisé d’échéancier pour ce changement, mais il a affirmé qu’il permettra de baisser les prix de la bière et du vin, tout en veillant à ce que le gouvernement n’ait pas à privatiser les magasins de la Régie des alcools de l’Ontario pour accroître la disponibilité des produits.

Du point de vue du prix, c’est bon pour la population [de l’Ontario].

Une citation de : Bhavin Shah, propriétaire d’un dépanneur à Mississauga

Et comme les propriétaires de magasins empêchent déjà la vente de billets de loterie et de tabac aux mineurs, M. Shah est convaincu qu’ils peuvent faire la même chose pour l’alcool.

Nous vérifions déjà les pièces d’identité, affirme-t-il. Nous sommes des gens d’affaires responsables.

Dave Bryan, PDG de l’Ontario Convenience Store Association, est également satisfait des changements prévus.

Chapeau à ce gouvernement, a-t-il déclaré.

M. Bryan représente environ 6 000 membres dans l’ensemble de la province.

Selon lui, le nouveau système profitera à chacun d’entre eux en favorisant un marché de la vente au détail d’alcool plus ouvert, transparent et concurrentiel.

Un avis non partagé par tous

Brian Patterson, président de l’Ontario Safety League, affirme que le plan de la province pourrait avoir des conséquences dangereuses.

Des preuves ont démontré que si vous assouplissez la réglementation pour pouvoir acheter une seule boisson alcoolisée... cela amène les gens à la traiter comme une autre boisson au volant, a-t-il déclaré à CBC.

Selon lui, cela augmentera le nombre de cas de conduite avec facultés affaiblies.

Un homme posant devant une bannière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brian Patterson croit que le plan du gouvernement Ford pourrait être lourd de conséquences.

Photo : CBC/Haweya Fadal

Il admet qu’il est valable de vouloir mieux desservir certaines régions, mais qu’il est trop risqué de permettre à tous les dépanneurs de vendre de l’alcool.

Ne serait-il pas formidable d’acheter de la bière et de l’alcool dans tous les dépanneurs de la province? La réponse est un non clair.

Une citation de : Brian Patterson, président de l’Ontario Safety League

Le modèle actuel d’achat d’alcool est sûr et réglementé, a-t-il ajouté. En 60 ans, je ne sais pas si quelqu’un a déjà dit : "Je ne sais pas où je vais trouver de la bière".

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !