•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec mettrait en péril le rafting sur la rivière Rouge

Vue sur la rivière Rouge bordée de neige et d'arbres sans feuille.

Hydro-Québec souhaite vendre des terrains bordant la rivière Rouge, dans les Laurentides.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Hydro-Québec se retrouve dans une situation délicate. La société d'État souhaite vendre des terrains bordant la rivière Rouge, alors que des compagnies de rafting utilisent ces mêmes terrains dans le cadre de leurs activités commerciales.

La relation est tendue entre la municipalité de Grenville-sur-la-Rouge, la MRC d’Argenteuil et Hydro-Québec depuis que cette dernière souhaite vendre à des intérêts privés un terrain de quatre kilomètres bordant la rivière Rouge.

Or, des compagnies de rafting, dont Nouveau Monde, qui attire 20 000 personnes chaque année, ont conclu des ententes avec Hydro-Québec pour utiliser ses terrains afin d’exploiter leur entreprise.

« On a des loyers avec Hydro-Québec pour utiliser leur terrain afin de sortir de l'eau », explique Gilles Talbot, propriétaire de rafting Nouveau Monde.

En mettant en vente ces terrains au privé, Hydro-Québec mettra ainsi fin à ces ententes et placera les compagnies de rafting en péril.

Du côté de la société d’État, on fait valoir que le prix de vente serait revu à la baisse si on obligeait le nouvel acheteur à respecter les engagements précédents avec les compagnies de rafting.

« Ça lui impose de devoir cohabiter avec la circulation d'une autre activité », résume Sophie Lamoureux, conseillère en relation avec le milieu pour Hydro-Québec.

Et les pouvoirs publics locaux tentent de trouver un moyen de maintenir le terrain pour tous, mais les fonds manquent pour acheter la parcelle de terre.

« Le problème, c’est qu’on est une petite région […] et on a déjà sept millions de dollars à investir pour [une connexion] Internet », explique le préfet de la MRC d’Argenteuil, Scott Pearce.

L’une des dernières options pour la MRC et la municipalité est une intervention de Québec dans le dossier.

Avec les informations de Jacaudrey Charbonneau

Énergie

Économie