•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque de chiens à Potton : les trois animaux saisis par les autorités

Un chien est dans une cage
L’un des trois chiens saisis par la Société protectrice des animaux dimanche après-midi à Potton. Photo: Radio-Canada / Marie-Hélène Rousseau
Radio-Canada

Les trois chiens qui ont gravement blessé une dame vendredi soir dans le canton de Potton ont été saisis dimanche par la Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie.

Depuis vendredi soir, les chiens étaient en quarantaine dans la propriété du chemin de l’Aéroport et surveillés par leur propriétaire.

Ils ont finalement été emmenés près de 48 heures plus tard. Une situation qui pousse le maire du canton à réfléchir sur l’intervention de la Municipalité.

Il a fallu tout ce temps-là pour suivre le processus comme on doit le faire. Il est certain qu’il eut été préférable que ça se fasse le plus rapidement possible. […] Cet incident va faire en sorte que nous allons analyser la situation et voir dans quelle mesure les choses pourront être améliorées, parce qu’il y a quand même des leçons à tirer de ce qui vient de se produire ici, a expliqué le maire du canton de Potton, Jacques Marcoux.

Un chien est placé dans une cage. Les autorités ont saisi les trois chiens qui ont attaqué une dame vendredi soir à Potton. Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Rousseau

D’autant plus que les chiens n’en seraient pas à leur premier incident, selon Jacques Marcoux.

On nous apprend qu’il y a eu d’autres incidents dans le passé qui n’ont jamais vraiment été déclarés. Si effectivement il y a eu un bon nombre d’incidents, c’est encore plus justifié de souhaiter l’euthanasie des chiens, a-t-il révélé.

Des voisins ont raconté avoir peur des chiens et qu'il était fréquent qu'ils sortent de leur terrain.

Toutefois, le propriétaire des chiens soutient que ses animaux ne sont pas agressifs.

Une dame d’une cinquantaine d’années a été attaquée par ces trois chiens de race croisée alors qu’elle joggait vendredi vers 18 h. Elle a passé huit heures sur la table d’opération. Bien qu'on ait craint pour sa vie, la Sûreté du Québec (SQ) soutient que son état est maintenant stable. C'est le propriétaire des chiens qui a contacté les secours.

Une réglementation pour tous

Chaque municipalité a son propre règlement pour gérer les chiens dangereux. Le canton de Potton n’a pas de contrat avec la SPA de l’Estrie pour appliquer la réglementation municipale encadrant les chiens dangereux.

Même si la SPA des Cantons n’est pas responsable du canton de Potton, son directeur estime qu’il est impératif que le gouvernement donne un code de conduite clair pour toutes les municipalités en cas d’attaque de chiens.

Il y a un énorme flou juridique et il faut que le gouvernement commence par gérer ça. C’est prioritaire, c’est urgent. Combien de tragédies va-t-on attendre avant que le gouvernement se décide de légiférer? s’est demandé Carl Girard, le directeur de la Société protectrice des animaux des Cantons.

Carl Girard se dit sidéré par le délai pris par les autorités pour saisir les trois chiens. Il estime que les bêtes auraient dû être retirées immédiatement de leur milieu après l’attaque, au lieu d’être confinées chez leur maître.

On parle de notre preuve présentement et elle est laissée aux bons soins du propriétaire, qui est aussi l’accusé là-dedans, c’est du gros n’importe quoi d’un bout à l’autre.

Carl Girard, directeur de la Société protectrice des animaux des Cantons

La première chose qu’on nous dit en cas de morsure, c’est : protège ta preuve. Ta preuve, c’est ton chien, assure-toi qu’elle ne soit pas altérée, qu’elle soit toujours vivante, qu’il n’y a pas eu modification du comportement par des médicaments ou par une drogue quelconque. Là, on est à des millénaires de ça, le chien est encore chez le propriétaire, a-t-il renchéri.

Pour sa part, le propriétaire espère récupérer ses trois chiens, mais il se pliera à la décision de la SPA de l’Estrie, qui va les évaluer.

L’enquête policière se poursuit. Des accusations criminelles pourraient être portées, selon la SQ.

Estrie

Animaux de compagnie