•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une initiative pour mieux accueillir les jeunes Autochtones

Un groupe de personnes tenant une grande affiche devant un café.
Les organisateurs du projet Wake The Giant demandent aux membres de la collectivité et aux entreprises de s'unir pour faire de la ville un endroit plus sûr et plus accueillant pour les jeunes Autochtones. Photo: Facebook/Wake The Giant
Radio-Canada

Un nouveau projet nommé « Wake The Giant » (Réveillez le géant) demande aux entreprises et magasins de Thunder Bay d’installer des panneaux indiquant qu’ils sont un espace sûr pour les Autochtones.

Plus de 100 entreprises et organisations se sont déjà inscrites à l’initiative en apposant des autocollants, pour montrer que les jeunes Autochtones y sont les bienvenus et qu’ils peuvent s’y sentir en sécurité.

En tant que résidents de Thunder Bay, nous avons tous entendu les médias nous réprimander constamment sur, vous savez, le racisme, a déclaré Greg Chomut, enseignant à l’école secondaire Dennis Franklin Cromarty et l’un des organisateurs de ce projet.

Il s’agit de réunir tous les gens, les collectivités et les entreprises de Thunder Bay qui font déjà de grandes choses. Ils se soucient de la ville, de la population autochtone.

Greg Chomut, enseignant à l’école secondaire Dennis Franklin Cromarty

Le milieu des affaires répond à l'appel

L’idée de Wake The Giant a germé après une visite d'entreprises locales avec des élèves au début de l’année scolaire, a expliqué Sean Spenrath, qui enseigne également à l'école secondaire Dennis Franklin Cromarty.

La façade d'une école.La façade de l'école Dennis Franklin Cromarty, à Thunder Bay. Photo : Radio-Canada / Stéphany Laperrière

Lui et les élèves ont été frappés par l’accueil chaleureux des gens et voulaient donner aux entreprises la possibilité d'en faire plus.

Leur objectif initial était de susciter la participation de 150 entreprises d’ici septembre, mais quelques jours seulement après le lancement, ils sont déjà sur le point d’atteindre cet objectif.

Les autocollants montrent que les entreprises s’engagent à s’assurer que leur personnel est respectueux et invitant, a expliqué M. Chomut.

Par exemple, n’importe quel magasin de détail qui appose cet autocollant dit qu’il ne suivra pas un Autochtone et ne le soupçonnera pas de vol à l’étalage, simplement en raison de son identité, a dit M. Chomut, ajoutant que les autocollants montrent aussi que ce sont des endroits où les élèves peuvent aller demander de l’aide.

Un paysage de forêt et d'eau avec en arrière plan une péninsule ressemblant à un homme couché sur le dos.Le célèbre « Sleeping Giant », vu du mont McKay. Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Certaines entreprises vont également plus loin pour soutenir le projet, comme les vêtements Ungalli, qui produisent un t-shirt Wake The Giant dont les recettes sont versées à l’initiative.

Beaucoup d’entre eux se surpassent, constante M. Spenrath. Vous avez des endroits, comme Wolfhead Coffee qui torréfie un café Wake The Giant, ou Eat Local qui fait une pizza Wake The Giant.

Un festival de musique pour la deuxième phase du projet

La campagne donnera lieu à un effort encore plus important à l’automne, alors que la rentrée scolaire sera marquée par plusieurs activités visant à aider les élèves autochtones à s’acclimater à la ville et à les rapprocher de l’ensemble de la communauté.

Un festival de musique ouvert à tous, ayant une programmation composée à 50 % de talents autochtones, sera au cœur des activités.

Un homme debout derrière une table où sont assis six autres personnes.Greg Chomut lors du lancement du projet. Photo : Facebook/Wake The Giant

Les organisateurs espèrent que l’initiative aidera la ville à apporter de réels changements.

Je pense que tout le monde est prêt à faire quelque chose... pour rassembler les gens d’une manière positive, pour promouvoir un dialogue positif entre les gens, des interactions positives dans la communauté... et j’espère que ce sera contagieux et que ça fera boule de neige.

Greg Chomut, enseignant à l’école secondaire Dennis Franklin Cromarty
Avec les informations de CBC

Engagement communautaire

Société