•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération Banquise : retour controversé des aventuriers à Trois-Rivières

Les aventuriers Daniel Barriault, Frédéric Dion et Jacob Racine célèbrent après avoir trouvé la banquise qui doit les emmener de Trois-Rivières à Québec sur le fleuve Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les aventuriers québécois Frédéric Dion, Jacob Racine et Daniel Barrieault sont finalement de retour à Trois-Rivières après un périple de deux jours sur différentes banquises à la dérive sur le fleuve Saint-Laurent, perturbant le commerce maritime.

Partis jeudi matin de Trois-Rivières, les trois hommes ont navigué sur des banquises jusqu’à Québec pour ensuite faire le chemin inverse à vélo.

Vendredi, l'Administration de pilotage des Laurentides, de concert avec la Corporation des pilotes du Saint-Laurent Central, imposait des restrictions de navigation pour protéger l’expédition, provoquant la grogne de bien des acteurs impliqués dans l’industrie, dont la Société de développement économique du Saint-Laurent (SODES).

Une interruption du trafic maritime a entraîné l'immobilisation de 10 navires entre Trois-Rivières et Québec pendant une dizaine d'heures dans la nuit de jeudi à vendredi, ce qui a affecté les opérations d'une vingtaine de navires commerciaux en tout.

Quand l’équipage a appris que leur expédition forçait l'interruption du trafic maritime, il s’est mis en direction de la rive pour y passer la nuit et ainsi permettre la reprise du trafic maritime.

Or, le mal était déjà fait, selon le président de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent Central, Alain Arseneault.

« On se rapportait à toutes les demi-heures auprès de la Garde côtière qui maintenait le silence radio », se désole M. Dion, qui s’est dit surpris d’apprendre que le trafic maritime avait été partiellement paralysé.

« Est-ce qu’on a voulu nous faire porter l’odieux », se questionne-t-il.

L’expédition, qui sert de pratique aux trois hommes qui comptent reproduire une expérience similaire en Amazonie, avait été découragée par la Sûreté du Québec et la Garde côtière canadienne, qui ne pouvaient toutefois l’empêcher.

Les pertes financières entraînées par le ralentissement de la circulation sur le fleuve pourraient se chiffrer à plusieurs milliers de dollars.

Activités sportives

Justice et faits divers