•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une diminution du nombre de truites mouchetées pêchées en Gaspésie

Un poisson en pisciculture

Une truite mouchetée

Photo : Associated Press / Eric Engbretson/U.S. Fish and Wildlife Service

Jean-François Deschênes

Les membres de la Fédération québécoise des chasseurs pêcheurs Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ont voté en faveur d'une diminution de 15 à 10 le nombre de captures d'ombles de fontaine, communément appelés truites mouchetées.

Ce choix a pour objectif de rétablir la ressource qui est en diminution constante depuis les années 1980.

La décision sera transmise au ministère de la Faune qui pourra adopter la consigne d’ici 2020, estime le président régional de la Fédération, Alain Poitras.

Peut-être bien qu’on ne réglera pas tout, mais au moins je pense que les gens, avec le vote qui a été pris aujourd’hui, ont réalisé qu’il fallait qu’on protège notre espèce pour notre relève qui s’en vient, nos jeunes, nos petits-enfants, nos enfants.

Gens en réunion dans une salle.

La réunion annuelle de la Fédération des chasseurs et pêcheurs Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine qui a lieu à Saint-Maxime-de-Mont-Louis.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, la population d'omble de fontaine a diminué de 25 % dans les lacs et les rivières en une quarantaine d’années.

Le nombre de jours-pêche à quant a lui diminué de 31 %.

Pour protéger la ressource, le Ministère élabore un premier plan de gestion qui devrait être dévoilé d’ici deux ans environ.

Cette démarche est essentielle pour le trésorier de l’Association de chasse et pêche de Mont-Louis, Laurent Mimeault.

De plus en plus, c’est difficile d’atteindre les quotas, ça fait qu’en diminuant le nombre de prises, ça devrait favoriser la regénération de la truite dans nos lacs.

Les gens n’ont pas besoin de quotas de 25 truites ou 30 truites. On pense diminuer ça à 10. Ça va favoriser le renouvellement de l’omble de fontaine dans nos lacs et nos rivières.

Laurent Mimeault, trésorier de l’Association de chasse et pêche de Mont-Louis

Il n'y a pas qu'en Gaspésie, soit la zone 01, qui a dû prendre cette décision. Il y a aussi les zones 02, 03, 14 et 15.

Tableau

Les orientations du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pour le futur plan de gestion de l'omble de fontaine.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le Ministère révèle que seulement le quart des 181 lacs de la province étudiés pour l’élaboration du plan de gestion sont en bonne santé. Les autres lacs sont abandonnés, surexploités ou en surexploitation avancée ou encore en restauration.

Les causes qui expliquent cette diminution sont nombreuses et selon les endroits où on se trouve, il y a le développement urbain ou agricole près des lacs et des rivières, le réchauffement des cours d’eau ou encore la trop forte pression des pêcheurs sportifs sur la ressource.

Les retombées économiques de la pêche à l'omble de fontaine sont évaluées à 340 millions de dollars par an et cette pêche sportive permet la création de 3000 emplois dans la province.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Chasse et pêche