•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef de Grassy Narrows « prend acte » des excuses du premier ministre Trudeau

Une homme tenant un chandail sur lequel il est écrit en anglais « Premier ministre Trudeau, allez-vous nous indemniser pour la crise du mercure? »

Le chef de Grassy Narrows Rudy Turtle tenant un t-shirt qu'il voulait montrer au premier ministre à la suite d'un discours devant l'Assemblée des Premières Nation en décembre 2018.

Photo : CBC/Jorge Barrera

Radio-Canada

Le chef de la Première nation de Grassy Narrows, Rudy Turtle, affirme que sa communauté « n'est pas impressionnée » par la conduite du premier ministre pendant un événement partisan de mercredi.

M. Turtle a déclaré qu’il n’était pas très sage pour le premier ministre Justin Trudeau de répondre à une femme qui défendait les intérêts de sa collectivité lors d’une collecte de fonds du Parti libéral en la remerciant de son don pendant qu’elle était escortée hors de la salle.

Le premier ministre s’est excusé jeudi matin, disant que ses commentaires manquaient de respect.

Un panneau qui avise les résidents que la rivière Wabigoon est contaminée au mercure.

Un panneau qui avise les résidents que la rivière Wabigoon est contaminée au mercure.

Photo : Radio-Canada / Jody Porter CBC

L’incident a été filmé par Mark Calzavara, un organisateur régional du Conseil des Canadiens. Dans la vidéo, il a précisé que lui et la femme avaient fait un don afin de pouvoir entrer dans la salle.

Justin Trudeau a indiqué jeudi que leur argent serait remboursé.

Invitation répétée à visiter Grassy Narrows

Rudy Turtle a de nouveau demandé à M. Trudeau de visiter sa collectivité, afin de constater directement les effets que des décennies d’exposition au mercure ont sur les gens.

Une carte du Nord-Ouest de l'Ontario indiquant la position de Grassy Narrows, près de Kenora.

La Première Nation de Grassy Narrows est situé près de la frontière du Manitoba.

Photo : La Presse canadienne

Des niveaux élevés d’éléments toxiques sont demeurés dans le réseau hydrographique de la rivière English Wabigoon depuis que Reed Paper, l'ancien propriétaire de l’usine de Dryden, a rejeté 9000 kilogrammes de mercure dans l’eau au cours des années 1960 et au début des années 1970.

Nous l’avons invité dans la communauté et il a toujours balayé l'invitation du revers de la main, indique M. Turtle au sujet des lettres que les dirigeants ont envoyées au premier ministre. J’aimerais le voir venir à Grassy et rencontrer les gens de Grassy Narrows, pas seulement le chef et le conseil, mais les gens eux-mêmes.

Juste pour savoir ce que le mercure fait à notre peuple.

Rudy Turtle, chef de la Première Nation de Grassy Narrows

Une attente qui se prolonge

La collectivité est frustrée, selon M. Turtle, par le temps qu’il faut pour démarrer la construction d'un centre de traitement afin que les résidents n’aient pas à se rendre à des centaines de kilomètres dans les hôpitaux de Kenora, de Winnipeg ou de Thunder Bay pour se faire soigner

Grassy Narrows espérait commencer les travaux de construction ce printemps, mais l’argent promis par Ottawa n’a pas encore été versé.

On craint beaucoup que cet engagement ne soit pas respecté avant les élections, a affirmé M. Calzavara à propos des raisons pour lesquelles il voulait attirer l’attention sur la question mercredi, ajoutant que s’il y a un changement de gouvernement, le nouveau gouvernement pourrait ne pas respecter cet engagement du tout.

C’est pourquoi Turtle souhaite que l’argent pour le centre de traitement soit placé dans une fiducie, comme le gouvernement de l’Ontario l’a fait en 2017 avec 85 millions de dollars pour l’assainissement du réseau de la rivière English-Wabigoon.

Avec les informations de CBC

Autochtones

Société