•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Taxe carbone : les conservateurs en avance dans la guerre du message

Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer lors d'une conférence à Ottawa.

Le chef conservateur Andrew Scheer a prédit que la taxe carbone, qui s'applique en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et au Nouveau-Brunswick, entraînerait des pertes d'emplois.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Fannie Olivier

Les conservateurs aux quatre coins du pays ont été si efficaces à marteler leur message sur la taxe carbone qu'une majorité de Canadiens croient qu'elle a déjà eu un impact sur leur portefeuille. Or, elle n'entre en vigueur qu'aujourd'hui! Les libéraux ont-ils déjà perdu la guerre du message?

C’est aujourd’hui, le 1er avril, que les quatre provinces « récalcitrantes » à la tarification du carbone se voient imposer la taxe fédérale sur les carburants. Combien de temps avant les pertes d’emplois qu’Andrew Scheer a prédites? À quand la « récession » annoncée par Doug Ford?

À en croire bien des conservateurs, l’économie canadienne est au bord du gouffre en raison de ces 4 cents supplémentaires sur le litre d’essence que paieront désormais les résidents de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et du Nouveau-Brunswick.

Leur message, martelé depuis plus de deux ans, a eu un tel écho dans la population que beaucoup croient non seulement que cette nouvelle taxe s’applique à tous les Canadiens, mais qu’ils en ressentent déjà les effets dans leurs poches.

Dans un sondage Abacus Data paru la semaine dernière (Nouvelle fenêtre), 37 % des Canadiens affirment que la taxe fédérale sur le carbone a « beaucoup augmenté » leur coût de la vie, et 44 %, « un peu ». Tout ça, alors qu’ils n’avaient pas encore payé un seul sou de cette fameuse taxe!

Tellement de choses ont été dites sur la taxe carbone, les gens [pensent] qu’elle est déjà en place.

Le PDG d’Abacus Data, David Coletto

Pas étonnant que la Commission de l’écofiscalité du Canada ait ressenti l’urgence de publier un rapport qui déboulonne 10 mythes répandus au sujet de la tarification du carbone.

« On entendait beaucoup de mythes et de désinformation. Avec les campagnes électorales en vue au fédéral et en Alberta, on pensait que ce serait utile d’insister sur les faits », note France St-Hilaire, vice-présidente à la recherche de l’Institut de recherche en politiques publiques.

Selon l’économiste, trois options sont possibles pour lutter contre les gaz à effet de serre : la réglementation, les subventions et la tarification du carbone. « Il est très clair que la tarification est la moins coûteuse, la plus efficace et la plus équitable pour réduire les émissions de GES », affirme Mme St-Hilaire.

Même si la science semble être de leur côté, les libéraux n’ont pas été en mesure de prouver la pertinence de cette taxe.

Ils contre-attaquent avec un remboursement fiscal de plusieurs centaines de dollars pour les contribuables de ces quatre provinces, disponible dès cette année. De l’argent qui ira directement dans les poches des citoyens, pour compenser la perte de revenus liée à la taxe.

Mais est-ce tout le monde qui fera le lien entre la taxe carbone, avec laquelle ils se sont tant fait rebattre les oreilles, et la ligne 449 de leur déclaration de revenus intitulée « incitatif à agir pour le climat »?

Les troupes de Justin Trudeau vont devoir être très habiles, voire pédagogues, pour convaincre les Canadiens du bien-fondé de leur mesure lors de la prochaine campagne électorale.

Le plan environnemental des libéraux est loin d’être parfait. Un exemple? Le Canada s’est engagé à faire passer ses émissions de CO2 de 732 mégatonnes en 2005 à 513 Mt en 2030.

Or, le gouvernement Trudeau ignore toujours comment il parviendra à retrancher plus du tiers des réductions prévues. Car, selon ses propres estimations, il existe un manque à gagner de 79 Mt.

Il y a amplement de matière dans le plan libéral pour que les partis d’opposition y puisent des failles et des incohérences et les exposent au grand jour. Mais pourquoi faire dans la nuance quand il est si facile, et si efficace, de répéter que Justin Trudeau pique des sous dans votre portefeuille?

Bannière

Qu’est-ce que la taxe fédérale sur le carbone?

Il s'agit d'une taxe sur les combustibles fossiles. Elle passera de 0,04 $ le litre d’essence cette année et augmentera graduellement pour atteindre 0,11 $ le litre en 2022.

90 % de la somme perçue par Ottawa retourne directement aux contribuables de la province sous forme de remboursement d’impôts. Le reste va dans les communautés pour le développement de projets verts.

La taxe s’applique dès le 1er avril 2019 en Ontario, au Nouveau-Brunswick, au Manitoba et en Saskatchewan (provinces qui n’ont pas leur propre plan de tarification des émissions de GES).

Le deuxième volet du plan fédéral touche les grands émetteurs industriels.

Le sondage en ligne d'Abacus Data a joint 1495 personnes de 18 ans et plus entre le 11 et le 13 mars 2019. Un groupe d'observateurs choisis de façon aléatoire a aussi été invité à répondre au sondage. La marge d'erreur de cette enquête, si on la compare à un sondage avec échantillon aléatoire de la même taille, est de plus ou moins 2,45 %, 19 fois sur 20.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique