•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

80 ans de Batman : rencontre avec un des plus grands collectionneurs du Québec

L'homme est concentré à déballer le socle de la statuette.
Charle met en place une figurine en porcelaine. Photo: Radio-Canada / Denis Wong
Justine de l'Église

-Combien de fois par jour penses-tu à Batman?
-Inverse ta question!, recommande son fils, amusé.
-C'est plus ça. C'est combien de fois par jour je ne pense pas à Batman, répond Charle le collectionneur.

Sortez les projecteurs et lancez très haut votre bat-signal : Batman fête aujourd’hui ses 80 ans.

Le 30 mars 1939, quelques mois à peine avant le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, la bande dessinée Detective Comics n27 présentait The Bat-Man, un homme sans pouvoir surhumain qui combat le crime à Gotham déguisé en chauve-souris, et qui vit en parallèle une vie mondaine sous le nom de Bruce Wayne.

Pour souligner l’anniversaire du populaire justicier de Gotham, nous sommes allés à la rencontre d’un des plus grands admirateurs de la province.

Le collectionneur sourit et tient des piles de chandails, pantalons et casquettes.Charle « Quinn » a 164 morceaux de vêtements différents à l'effigie de Batman. Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Charle « Quinn » Corriveau, 41 ans, attendait notre venue dehors dans les réminiscences de l’hiver, visiblement excité. Il était vêtu de deux chandails Batman superposés et, comme on l'apprendrait plus tard, portait même ses sous-vêtements Batman dont il a fugacement dévoilé la bande élastique en pouffant de rire.

Lors de notre discussion téléphonique, je lui avais demandé de laisser sa collection dans son état actuel – il n’a pas assez de place chez lui pour étaler au grand jour le fruit de son obsession. Pour l’instant, tout est soigneusement rangé dans des dizaines de boîtes et des bacs de plastique. Je lui ai proposé qu’on fouille ensemble.

Olusieurs bacs sont remplis d'objets colorés, des affiches et des figurines sont placées le long du mur.Charle avait 18 bacs et boîtes remplis d'objets, en plus de ceux qui étaient exposés dans sa maison. Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Il a dit oui, mais n’a pas tenu parole. Il a passé trois heures à sortir ses boîtes et à préparer sa scène.

À notre entrée, le photographe et moi avons été happés par un tourbillon de couleurs et de chauve-souris étalées à la grandeur du salon et de la cuisine; deux pièces séparées au milieu par une tringle ployant sous le poids des vêtements à l’effigie de Batman.

L'homme se tient les mains et sourit.Charle « Quinn » Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Le sourire aux lèvres, Charle était fier de son coup. Il s’est délecté de chacune de nos expressions de surprise.

En 20 ans, le collectionneur a amassé 1127 objets uniques, tous frappés du logo de DC Comics ou de Warner. Il estime avoir réuni près de 1500 objets au total, si on inclut tout ce qu’il a acheté en double et même en triple.

Une boîte remplie de figurines aux grosses têtes, emballées dans des boîtes en carton.Charle possède 107 figurines Pop! issues de l'univers de Batman. Photo : Radio-Canada / Denis Wong

S’il a accepté ma demande d’entrevue, c’est un peu parce qu’il veut jouer au roi de la montagne avec son butin Batman. Il lance le défi aux autres Québécois de battre sa collection.

Est-ce qu’il y a quelqu’un qui est capable de me clencher? S’il y a quelqu’un qui se manifeste et qui en a plus que moi, je vais tout faire pour le clencher.

Charle « Quinn »
L'homme tient ses poings devant lui et chacune des lettres d'Arkham est tatouée sur un doigt différent. Charle exhibe son tatouage d'Arkham, un asile imaginaire évoqué dans les bandes dessinées Batman. Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Ma blonde me traite de Martin Matte, et je l’hais cet artiste-là avec son humour fendant… Mais je le suis un peu pareil. Moi, c’est avec le stock de Batman que je suis fendant.

Un cœur d’enfant

La lueur pleine d’euphorie et de malice qui ne quitte pas ses yeux ne ment pas : quand Charle parle de son amour pour l’homme chauve-souris, il retrouve le bonheur de ses 4 ans. Et dès qu’il prend un objet dans ses mains, il a l’air d’un môme qui vient de déballer le cadeau de Noël dont il rêvait depuis des mois.

C’est que Batman est entré dans le cœur de Charle lorsque ce dernier était enfant, avec les émissions de télé tournées dans les années 1960.

Deux images du jeune garçon, l'une où il porte un costume rouge et bleu et un masque noir, et l'autre où il a le bras gauche posé sur une voiture noire. À gauche, Charle porte un costume cousu par sa mère. À droite, il voit la Batmobile pour la première fois. Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Moi pis mes chums, quand on était au parc, on était tous des Batman, ou presque. On n’avait pas de costume, mais on se disait l’un est Wolverine, l’autre est Batman.

Charle « Quinn »

Ils avaient une fascination pour ce personnage qui jouissait de ce qui leur était interdit : Batman pouvait conduire dans les rues à des vitesses folles sans se faire arrêter; Batman pouvait passer la nuit debout à combattre le crime, alors qu’eux avaient un couvre-feu…

On voulait être Batman pour se dire "On va passer une nuit blanche, câline", a raconté Charle en s’esclaffant.

L'homme est assis sur un divan gris et sourit devant trois affiches de Batman.Charle « Quinn » Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Et la fascination demeure même à l’âge adulte, « quoique là, c’est moins le côté Batman. C’est plus le côté Bruce Wayne, où tu te dis, il a le cash. J’aimerais ça être comme lui, avoir son cash à lui », a-t-il admis, les yeux pétillants.

Son Batman préféré? Michael Keaton, et de loin.

Gros plan sur trois Batman en porcelaine. Quelques-unes des multiples figurines de Charle Photo : Radio-Canada / Denis Wong

-Christian Bale n’était pas bon, mais l’histoire était bonne. Et George Clooney, il avait une bonne prestance, mais c’est le costume. Ils lui ont mis des [mamelons]!, s’est-il exclamé en rigolant.
-Je m’attendais pas à ça!, aie-je pouffé de rire.
-C’est vrai! Sur un costume! Ça sert à quoi?
-Et pourquoi Micheal Keaton, c’est le meilleur?
-C’était mon premier Batman au cinéma. Avec Michael Keaton, c’était vraiment sombre, ce que je souhaitais. Juste dans son regard, dans la manière qu’il l’incarnait.

Gros plan sur les mains tatouées qui tiennent la montre bleu et rouge. Cette montre est le premier objet Batman recueilli par Charle. Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Son tout premier objet à l’effigie de Batman, c’est une montre en plastique datée de 1977 donnée par son ami quand il avait environ 6 ans. Il s’en débarrassait; Charle l’a récupérée.

Ce n’est pourtant pas là qu’a débuté la collection. C’est venu lorsque Charle a appris qu’il allait avoir un enfant, un fils, il y a 20 ans. Sa collection, il la voit comme un investissement qu’il pourra ensuite léguer à ses héritiers.

Ils savent que tant et aussi longtemps que je serai en vie, je vais acheter du stock de Batman. La journée où je ne serai plus, s’ils veulent le vendre, ils le vendront.

Charle « Quinn »
L'homme est posé de dos, sans chandail, ce qui permet de voir ses tatouages qui représentent des personnages de Batman, en plus du logo de la chauve-souris. Quelques-uns des multiples tatouages de Charle à thématique Batman. Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Déjà, Charle sait que son fils de 19 ans ne partage pas sa passion.

Celui-ci est arrivé au milieu de notre entrevue, et n’a pas cessé de lever les yeux au ciel, moitié amusé, moitié agacé par les envolées passionnées de son père.

J’ai d’ailleurs fait l’erreur de croire que les vêtements de bébé Batman suspendus sur la tringle avaient jadis été ceux du fils de Charle.

Oh non!, m’a-t-on assuré. Porter ces vêtements relèverait de l’hérésie.

On m’a bien expliqué que rien, rien n’était utilisé dans la collection, sauf peut-être les films et bandes dessinées achetés en double pour le bonheur de les consulter et d’en garder une copie intacte, ou les sept ou huit morceaux de vêtements que Charle se permet de porter.

La vaisselle, pas touche.

Gros plan sur des tasses, des bouteilles, des verres et des assiettes.Un aperçu des multiples articles de maison de Charle Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Ce n’est jamais utilisé. On n’utilise jamais de verres. Ils sont dans des boîtes. La tasse, si on l’achète, on ne met pas de café dedans.

Les rideaux de douche non plus?

Non, non, non! Ils sont dans un bac, dans leur emballage en carton!, s’est exclamé Charle.

J’ai retenu la leçon. Charle tient à ses trésors.

Gros plan sur la statuette noir, gris et blanc.Un Batman en porcelaine Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Mon royaume pour du Batman

Charle est minutieux dans sa façon de recenser ses objets. Chaque nouvel acquis, il le prend en photo, l’enregistre dans son téléphone, et il en garde la facture.

Quand il voit un objet en boutique, avant d’acheter, il sort son cellulaire et fouille dans ses différents dossiers libellés « voitures », « jeux » ou encore « affiches ». Ça évite les doublons. Du moins, la plupart du temps.

L'homme tient un porte-documents remplis de papiers.Charle garde toutes les factures de ses achats. Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Il est toujours en quête d’objets à rassembler. Quand il fait ses courses, n’importe quelle boutique susceptible de vendre du Batman l’attire comme un aimant. C’est Batman en premier; les commissions, après.

Le marché aux puces de Saint-Eustache est pour lui une mine d’or, tout comme la boutique L’Imaginaire, à Québec, où il fait un arrêt chaque été, et il écume aussi les boutiques de jouets et les sites d’annonces en ligne.

Des centaines d'objets Batman sont rassemblés dans des bacs colorés.Quelques-uns des 18 bacs d'objets de Charle Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Il a aussi des alliés pour renflouer sa collection. L’ami d’enfance qui autrefois lui a donné la montre Batman est aujourd’hui gérant d’une boutique de jeux vidéo, et dès qu’un produit dérivé ou un jeu arrive en stock, il le met de côté pour Charle.

Il y a aussi sa copine qui travaille dans un Winners et qui l’avertit dès qu’ils reçoivent des vêtements ou des objets à l’effigie de son héros.

L'homme sourit devant des figurines et des affiches. Charle « Quinn » et sa collection Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Charle estime avoir dépensé quelque 25 000 à 35 000 $ depuis qu’il a commencé sa collection, et qu’elle doit valoir au moins 45 000 $.

Pour le commun des mortels, ça paraît beaucoup… Mais pour moi, c’est une petite collection. Je suis capable d’en avoir plus.

Charle « Quinn »

Il se dit d’ailleurs excité par le 80anniversaire de Batman, ce qui rime avec plus de marchandise mise en marché. Ils vont en ressortiiiiir !, a-t-il dit en éclatant de rire, d’une voix surexcitée.

Chargement de l’image
Quelques objets réunis par Charle Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Le record Guinness de la plus grande collection de Batman est détenu par l’Américain Brad Ladner, qui détient 8226 articles différents.

L'objectif de Charle : passer le cap des 2500 objets uniques.

Et surtout, il veut avoir un grand espace pour exposer sa collection. Il a d’ailleurs lancé un ultimatum à sa copine : pour ses 45 ans, il veut avoir déménagé dans une maison qui lui permettrait d’exhiber ses trésors au sous-sol. Elle a accepté.

D’ici quatre ans, Charle aura sa Batcave.

Cinéma

Arts