•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rachel Notley promet de construire 70 nouvelles écoles et d’embaucher des enseignants

Rachel Notley assise dans une cuisine. Elle tient un micro dans sa main et sourit.
Rachel Notley veut continuer d'investir dans les écoles publiques de la province si elle est réélue. Photo: Radio-Canada
Heloïse Rodriguez

Si elle est réélue, la chef du NPD Rachel Notley promet d'embaucher 1000 nouveaux enseignants et membres du personnel de soutien dans les écoles cet automne, en plus de financer la construction de nouvelles écoles à travers la province.

Depuis qu’ils forment le gouvernement, les néo-démocrates ont investi dans la construction ou la modernisation de 244 écoles et ont embauché 4000 nouveaux enseignants et employés de soutien, souligne Mme Notley.

Elle aimerait continuer ce travail lors d'un prochain mandat.

« On veut répondre aux besoins de notre population grandissante en construisant ou en modernisant 70 écoles de plus à travers la province, annonce la chef néo-démocrate. On garantit qu’on va construire des terrains de jeux pour chaque nouvelle école, en plus d’aider des quartiers plus vieux à remplacer leurs terrains de jeux vieillissants. »

Rachel Notley veut consacrer 1,3 milliard de dollars à la construction des écoles et estime que le remplacement des terrains de jeux coûtera 5 millions de dollars par année.

Rachel Notley veut aussi élargir les programmes de langue offerts aux élèves, pour ajouter un programme provincial d'enseignement en philippin, punjabi, cantonais et somalien.

La chef du NPD reproche au chef du Parti conservateur uni (PCU), Jason Kenney, de privilégier les baisses d’impôts des grandes sociétés aux investissements dans les écoles, alors que le nombre d’élèves continue d’augmenter. Elle s’attend à ce qu’il y ait 15 000 enfants de plus qui franchissent les portes des écoles dès l’an prochain.

Le PCU veut maintenir le financement actuel des écoles

Lundi, Jason Kenney a annoncé son plan en 14 points pour réformer l’éducation. Il envisage de geler le financement des écoles et de mettre en veilleuse la réforme du programme scolaire entamée par les néo-démocrates. Il dit qu’il veut faire construire davantage d’écoles, mais sans en donner le nombre.

Il a aussi indiqué qu’il souhaite faire un retour à la Loi sur l'éducation du gouvernement conservateur de 2014, qui offre moins de protection aux élèves qui souhaitent former une alliance gai-hétéro dans leur école. Des centaines de personnes ont d’ailleurs manifesté leur opposition à cette proposition mercredi soir, devant l’Assemblée législative de l’Alberta.

Plus de financement, demande le Syndicat des enseignants

Le président de l'Association des enseignants de l'Alberta (ATA), Greg Jeffery, salue la proposition de Rachel Notley d’investir davantage en éducation pour répondre au nombre grandissant d’élèves.

« Ajuster le financement à la croissance est une bonne première étape pour commencer à répondre à l’inquiétude numéro un des enseignants : le nombre d'élèves par classe », déclare-t-il.

Ce n’est pas la première fois que le syndicat déplore le fait que les classes sont surchargées, mais selon Greg Jeffery, la situation continue de dégénérer.

« On estime qu’on aurait besoin de presque 2 200 enseignants de plus pour retourner [à la moyenne d'élèves par classe] de 2009. »

Chaque année, il y a 15 000 élèves de plus. Quand on pense à ce nombre, c’est assez pour remplir la Place Rogers au centre-ville d’Edmonton!

Greg Jeffery, président de l'Association des enseignants de l'Alberta

Selon Greg Jeffery, le plan des conservateurs ne répond pas aux besoins des enseignants, car il ne comporte pas de dispositions pour augmenter le financement en fonction de la demande.

Il voit aussi d’un mauvais œil l’idée de retourner à l'ancienne loi sur l’Éducation comme le propose M. Kenney, car, dit-il, les modifications récentes du gouvernement NPD ont établi des paramètres clairs et précis pour encadrer la création d'alliances gai-hétéro, ce qui facilite le travail des enseignants et des écoles.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 en Alberta

Alberta

Élections provinciales