•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trop gros pour l'avion-ambulance

Un petit avion à hélice.

Les civières des avions d'évacuation médicale de SkyJet ne sont pas adaptées aux patients pesant plus de 300 livres.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Djavan Habel-Thurton

Le service d'avion-ambulance mandaté par le CISSS de la Côte-Nord a refusé de transporter un patient requérant des soins d'urgence en raison de son poids. Un problème inquiétant dans cette région éloignée où l'obésité est commune et les besoins en soins sont importants.

M. Jones, je ne sais pas comment vous l’expliquer, mais on vient d’apprendre que l’avion du "medevac" ne viendra pas parce que vous êtes trop gros.

Ces mots, rapportés par Randy Jones à la suite de sa conversation avec son médecin, l'ont à la fois choqué et humilié.

Le maire de Gros-Mécatina, Randy JonesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle-Plamondon

Dans un fauteuil du dispensaire de Chevery, en Basse-Côte-Nord, M. Jones est plus conscient que jamais de l’isolement de l’immense région dont il est le préfet.

Il doit être conduit rapidement à l'hôpital en raison d'un problème cardiaque grave, mais en attendant l'avion qui ne vient pas, on lui administre de la nitroglycérine. Il respire avec l'assistance d'une bonbonne d'oxygène.

Nous sommes mercredi soir et ce n’est qu’en après-midi, jeudi, que le docteur Souissi réussit à faire venir un petit avion du Labrador pour transporter son patient vers Sept-Îles.

L’équipement de la nouvelle entreprise désignée par le CISSS de la Côte-Nord pour assurer l’évacuation médicale n’est pas adapté aux personnes de plus de 136 kg (300 lb), même si une bonne partie de la population de la région est obèse.

Population isolée

Comptant moins de 5000 habitants, la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, à l’extrême est du Québec, est aussi généralement appelée la Basse-Côte-Nord. Sa population, qui vit le long de la côte dans de petites communautés innues, francophones et anglophones, n’est pas connectée au reste du Québec par la route.

On y dépend donc de la motoneige, du bateau et de l’avion.

Le CISSS de la Côte-Nord, responsable de dispenser les soins de santé aux Bas-Côtiers, mandate une compagnie aérienne responsable de l’évacuation des résidents nécessitant des soins urgents.

Jusqu’à récemment, c’était la compagnie PAL Airlines qui était responsable de ce service qui a déjà fait l'objet de nombreuses plaintes.

Depuis le 1er février dernier, c’est SkyJet qui est le responsable principal de ce service vital. Le petit transporteur aérien a remporté un appel d’offres de plus de 4 millions de dollars pour fournir le service durant les cinq prochaines années.

Des employés de SkyJet près de l'aile d'un appareil.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des employés de SkyJet à Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Un appareil Beechcraft King Air 200 de SkyJet doit assurer le service continu d'évacuation et est basé en permanence à Blanc-Sablon. C’est cet avion qu’on a refusé de faire décoller pour aller chercher M. Jones.

Un chemin de croix interminable

Dès le mardi 19 mars, Randy Jones ressent des douleurs à la poitrine. Mercredi matin, il vit deux importants malaises et ses bras s’affaissent.

Vers 13 h, Randy Jones se dirige au dispensaire de La Tabatière, un village de la petite municipalité de Gros-Mécatina, dont M. Jones est le maire.

Voyant son état, l’infirmier de garde demande immédiatement une évacuation médicale vers Sept-Îles, 500 km à l’ouest.

Il est transporté en hélicoptère vers Chevery un peu après 5 h.

C’est là que doit le rejoindre le Beechcraft King Air 200 de SkyJet pour lui permettre de continuer son périple.

Randy Jones est surpris et inquiet de ne pas le voir sur le tarmac à son arrivée.

On lui dit alors qu’il doit être conduit au dispensaire de Chevery. Il s'assoit, avec sa bonbonne d’oxygène, dans un traîneau tiré par une motoneige.

C’est au dispensaire qu’on annonce à M. Jones la nouvelle : l’avion de Blanc-Sablon ne viendra pas le chercher en raison de son poids.

C'est qui qui prend la décision que tu vas mourir ou que tu vas être traité? Parce que ça, c'est grave!

Randy Jones

On va même jusqu’à mesurer la largeur de M. Jones pour s’assurer qu’il peut entrer dans l’avion.

Une procédure inédite et humiliante pour le préfet qui prend régulièrement l’avion vers l’ouest, tant pour des rendez-vous médicaux que pour des rencontres politiques.

Puisqu’il n'y a pas de lit au dispensaire, Randy Jones passe la nuit dans un fauteuil. Le lendemain matin, le docteur Souissi fait des pieds et des mains pour aider son patient, contactant la Garde côtière et les services d’évacuation du Nouveau-Brunswick.

Il réussit finalement à faire venir un petit avion de Goose Bay, au Labrador, qui arrivera vers 13 h jeudi. On transporte alors M. Jones en avion vers Sept-Îles, avec un ravitaillement en carburant à Natashquan.

Après un bref séjour à l'hôpital de Sept-Îles, Randy Jones rejoint Québec pour se faire opérer. Il s'y est finalement rendu dans l’avion-hôpital Challenger du ministère de la Santé.

Au petit matin vendredi, plus de 36 heures après s’être présenté au dispensaire, M. Jones est enfin prêt à être traité.

Randy Jones est opéré samedi. J'ai été capable de respirer pour la première fois depuis des mois, dit-il.

Selon des intervenants en santé de la Basse-Côte-Nord interrogés par Radio-Canada, ce ne serait pas première fois qu'un tel incident survient.

Des civières mal adaptées malgré une situation documentée

Selon le CISSS, c’est le système de civière des avions de SkyJet qui ne serait pas adapté aux personnes pesant plus de 136 kg (300 lb).

Le contrat a pourtant été alloué au transporteur aérien par le CISSS, qui collige lui-même les données sur l’obésité en Basse-Côte-Nord et qui sait que de nombreux habitants dépassent cette limite de poids fatidique.

Près de la moitié de la population de la région est obèse, selon le rapport du directeur de santé publique sur l'état de santé et de bien-être de la population de la Côte-Nord.

Ce rapport montre aussi que les résidents de la Basse-Côte-Nord ont également des taux d’hospitalisation disproportionnellement élevés, particulièrement pour des problèmes requérant un traitement d’urgence, comme les cardiopathies.

Randy Jones insiste par ailleurs sur le fait qu’il était capable de marcher pour entrer dans l’avion et qu’une civière n’était donc pas nécessaire, selon lui.

Jean-Philippe Comtois, directeur des ressources financières et de la logistique au CISSS de la Côte-Nord, se veut rassurant.

Il explique qu'un tiers parti peut maintenant effectuer les évacuations 24 heures sur 24 et qu'un avion du gouvernement est également disponible.

Un homme souriant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Philippe Comtois, directeur des ressources financières et de la logistique au CISSS de la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Notre système est en cours de changement et la compagnie SkyJet sera lundi à Blanc-Sablon pour évaluer le modèle qui va être sélectionné avec nos équipes médicales, mentionne-t-il également au sujet de la suite des choses.

De son côté, SkyJet n’a pas voulu répondre aux questions de Radio-Canada.

Soins et traitements

Santé