•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ veut s'attaquer au plastique à usage unique

Un mystère persiste quant à la quantité réelle de bouteilles d'eau en plastique récupérées et recyclées au Québec, selon les groupes environnementaux.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

La CAQ s'apprête à proposer à ses membres une panoplie de mesures environnementales en vue de la tournée des tables régionales du parti. Parmi les mesures proposées, la CAQ veut s'attaquer au plastique.

Le parti a envoyé lundi à ses membres un cahier intitulé, Pour une économie verte.

La CAQ propose notamment le retrait progressif du plastique à usage unique. Aucun délai pour la réalisation de cette proposition n’est cependant prévu pour l'instant.

Le parti manifeste également son intention de lutter contre le suremballage et le gaspillage alimentaire et suggère l'imposition d'une redevance sur la vente des bouteilles d'eau dans le but d'en freiner la consommation.

« C’est prévu depuis plusieurs semaines, le congrès que l’on va tenir en mai prochain va porter entièrement sur la conciliation environnement-économie », indique Benoit Charrette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Benoit Charette répondant aux question des journalistes avant le caucus de la CAQ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Benoit Charette, le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, allègue que ce plan de transition verte était prévu depuis plusieurs semaines par son parti.

Photo : Radio-Canada

Faisant aussi part de l’urgence d’agir contre les changements climatiques, la CAQ propose de favoriser des mesures pour améliorer l’efficacité énergétique et accélérer la transition vers des énergies renouvelables en accompagnant l’industrie et en prônant l’électrification des transports.

Le document y réitère la promesse du gouvernement de réduire les émissions de gaz à effet de serre de la province d’ici 2030 de 37,5 % par rapport au niveau de 1990, une cible qui avait été fixée par le gouvernement libéral.

Les propositions seront soumises aux tables de consultation régionales du parti qui auront lieu cette fin de semaine, les 30 et 31 mars.

« Les mesures seront débattues par les membres, donc on laisse aux militants la possibilité d’évaluer différentes possibilités et d’en disposer au moment du congrès », précise Benoit Charette.

Québec solidaire sur ses gardes

Ruba Ghazal, députée de Québec solidaire, croit que c’est la preuve que la CAQ a ressenti la pression « de la rue ».

« Le 15 mars dernier, il y avait 60 000 personnes qui marchaient juste à Montréal, donc il y a une pression populaire », enchérit-elle.

Le ministre Charette avait rencontré vendredi dernier les porte-parole de ces collectifs de jeunes manifestants qui réclament des mesures radicales concernant les enjeux climatiques.

Québec solidaire avait aussi de son côté lancé son propre ultimatum sur les questions climatiques au gouvernement caquiste.

Ruba Ghazal répondant aux questions des journalistes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ruba Ghazal, député de Québec solidaire, croit que c'est entre autres à cause de la pression de son parti que la CAQ s'est décidé à agir sur les enjeux environnementaux.

Photo : Radio-Canada

La députée de Mercier trouve qu’il y a de « belles mesures » prévues dans le document destiné aux membres de la CAQ, avouant toutefois qu’elle n’avait pas encore pu le voir en détail.

« C’est peut-être trop peu, un peu trop tard, parce que c’est arrivé après le budget. Au moment du budget, ça aurait été un bon moment de démontrer une réelle volonté », remarque-t-elle.

Les propositions seront maintenant entre les mains des membres de la CAQ. Il faudra attendre le congrès national le 25 et le 26 mai pour savoir comment le plan sera mis en oeuvre.

Québec

Environnement