•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La posture au repos des herbivores déterminée par leur taille

Photo : Mark_de

Alain Labelle

La position au repos d'un mammifère herbivore est surtout déterminée par sa taille, et non par son système digestif. Plus un animal est grand, moins il se couche souvent, et quand il le fait, il s'étend généralement sur le côté. Mais le monde animal est rempli d'exceptions.

Allongé sur ses pattes avant comme une vache. Étendu sur le côté comme un éléphant ou couché sur le dos comme un kangourou. Les mammifères herbivores peuvent adopter de nombreuses postures lorsque vient le temps de se la couler douce.

Le zoologiste Endre Pucora et ses collègues de l'Université de Zurich ont observé 250 mammifères dans les zoos pendant plus de 30 000 phases de repos afin de mieux comprendre le lien entre le système digestif de ces animaux et leur posture au repos.

Les hippopotames se reposent sur le côté et sur la poitrine.

Les hippopotames se reposent sur le côté et sur la poitrine.

Photo : Christian Schiffmann

Digestion ou taille

Chez les vaches, les moutons, les antilopes, les cerfs et les girafes, la nourriture dans l'estomac doit être remâchée et est ainsi triée en fonction de la gravité.

Un yak s'allonge sur sa poitrine.

Un yak s'allonge sur sa poitrine.

Photo : Christian Schiffmann

Pour que ce processus se déroule bien, l'estomac doit donc rester dans la même position par rapport à la gravité, que l'animal soit debout ou couché. C’est pour cette raison que les vaches se couchent toujours recroquevillées sur leur poitrine et presque jamais sur le côté.

À ce jour, de nombreux biologistes pensaient que les animaux qui ne digèrent pas la nourriture de cette façon pouvaient être plus susceptibles de se coucher sur le côté. L’équipe suisse a découvert que cette hypothèse ne tient pas la route.

Une vache au repos se couche habituellement sur la poitrine.

Une vache au repos se couche habituellement sur la poitrine.

Photo : iStock / BirgerNiss

Elle a plutôt établi qu’en plus d'autres facteurs, la taille de leur corps influence davantage la posture de repos des herbivores que leur type de digestion.

Plus la distance entre le milieu du corps et le sol est courte, plus les animaux sont susceptibles de se coucher.

Marcus Clauss, Université de Zurich

Les petits rongeurs aux pattes courtes, comme daman des rochers, passent beaucoup de temps allongés sur leur poitrine puisque la forme de leur corps est parfaite pour cette position.

Le daman des rochers passe beaucoup de temps allongé sur sa poitrine.

L'hyrax de roche passe beaucoup de temps allongé sur sa poitrine.

Photo : Christian Schiffmann

Des exceptions

Les gros animaux se reposent surtout debout. Les chevaux le font beaucoup plus souvent que leurs plus proches parents, les tapirs et les rhinocéros. Dans cette position, ils peuvent bloquer la rotule de l'une de leurs pattes postérieures pour ne pas avoir à contracter leurs muscles.

Un rhinocéros indien se reposant sur le côté.

Un rhinocéros indien se reposant sur le côté.

Photo : Christian Schiffmann

Les camélidés tels que les lamas et les dromadaires régurgitent une partie du contenu de leur estomac comme les ruminants, mais contrairement aux vaches, ils peuvent parfois se coucher sur le côté et interrompre brièvement le processus digestif.

Des éléphants et des hippopotames

De tous les herbivores, les éléphants sont ceux qui s’étendent le plus sur le côté. Les pachydermes plus âgés qui ont plus de difficulté à se relever évitent toutefois de s'allonger.

Un éléphant d'Asie se repose sur le côté.

Un éléphant d'Asie se repose sur le coté.

Photo : Christian Schiffmann

Contrairement aux éléphants, les hippopotames continuent de se coucher sur le côté même à un âge avancé.

De leur côté, les rongeurs apprécient souvent la position assise pour faire une pause.

Le seul animal observé qui se repose parfois sur le dos est le kangourou roux.

Un kangourou allongé sur le dos.

Un kangourou allongé sur le dos.

Photo : getty images/istockphoto / Hogo

Le détail de ces observations est l’objet d’un article publié dans le Journal of Mammalogy (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Zoologie

Science