•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retrait du crucifix du Salon bleu adopté à l'unanimité

Une croix de bois sous des éléments décoratifs dorés.

Ce crucifix a été placé au-dessus du fauteuil du président de l'Assemblée nationale en 1936.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Bien qu'il avait promis en campagne électorale que le crucifix de l'Assemblée nationale ne bougerait pas, le gouvernement Legault a fait adopter à l'unanimité une motion réclamant son retrait du Salon bleu, où il trône, afin de l'exposer ailleurs dans l'enceinte du Parlement.

Dans la foulée du dépôt de son projet de loi 21 sur la laïcité, le gouvernement de la CAQ a obtenu jeudi matin le consentement unanime de l'Assemblée nationale pour que le crucifix accroché au mur du Salon bleu depuis 1936 soit déplacé pour être « mis en valeur » à un autre endroit à l'Assemblée nationale.

Le libellé de la motion adoptée va comme suit : « Que l’Assemblée nationale mandate le Bureau de l’Assemblée nationale, suivant l’adoption du projet de loi n°21 "Loi sur la laïcité de l’État", afin que ce dernier déplace le crucifix du Salon bleu pour le mettre en valeur dans l’enceinte du Parlement. »

La motion caquiste a été appuyée à l'unanimité par les 103 députés présents en Chambre. 22 sièges étaient vides lors du vote, dont plusieurs dans les rangs du PLQ.

Ce soudain changement de position du gouvernement au sujet de la présence du crucifix au Salon bleu, François Legault l'avait vaguement évoqué la semaine dernière lorsqu'il commentait le retrait du crucifix au conseil municipal de Montréal.

Il constitue une volte-face dans la mesure où M. Legault avait promis aux Québécois, lors de la campagne électorale, de maintenir ce symbole religieux au Salon bleu.

À l'époque, le chef de la CAQ avait expliqué que ce n'est pas pour sa signification religieuse qu'il désirait maintenir le crucifix dans la chambre des débats, mais bien pour sa valeur patrimoniale et historique.

Son parti s'était également opposé, en octobre 2017, à une motion de Québec solidaire qui réclamait un débat sur le retrait de ce symbole religieux.

Un compromis

Le député François Paradis sous le crucifix de l'Assemblée nationaleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député François Paradis sous le crucifix de l'Assemblée nationale

Photo : Radio-Canada

Or, depuis deux semaines, le premier ministre Legault se disait dorénavant « prêt à en discuter ». Il avait notamment expliqué la semaine dernière, lors d'une mêlée de presse sur le sujet, que « tout le monde devait faire des compromis », y compris son gouvernement.

Ce qui fut fait, a confirmé jeudi matin le premier ministre, qui a expliqué que cette concession visait à obtenir l'appui le plus vaste possible dans la population québécoise à son projet de loi sur la laïcité.

« Je veux que ce débat se fasse avec le moins de dérapages possible, de façon sereine. C’est un geste important à poser et qui aurait dû être posé il y a une dizaine d’années », a expliqué M. Legault.

On fait un compromis sur le crucifix, on fait un compromis sur la clause de droits acquis pour rassembler le maximum de Québécois. C’est ça, mon objectif.

François Legault, premier ministre du Québec

Cette motion de la CAQ vise à clore une fois pour toutes l'épineux débat sur la présence d'un signe religieux ostentatoire dans la salle où débattent les députés, un lieu qui doit par définition être totalement neutre.

Pour plusieurs observateurs, il est incohérent pour les députés de l'Assemblée nationale de réitérer leur appui à la neutralité religieuse et au principe de séparation entre l’Église et l’État, tout en débattant chaque jour sous un immense crucifix.

D'un point de vue plus politique, c'est un compromis qu'offre le gouvernement à ses adversaires, alors que les débats s'annoncent âpres sur son projet de loi 21 censé réaffirmer et renforcer le principe de laïcité du gouvernement et de l'appareil d'État québécois.

Signe que les temps changent, en 2008, les députés de l'Assemblée nationale avaient approuvé à l'unanimité une motion du gouvernement de Jean Charest en faveur du maintien du crucifix à l'Assemblée nationale, en réponse au dépôt du rapport de la commission Bouchard-Taylor qui recommandait de le retirer.

83 ans au mur du Salon bleu

Ce n'est pas d'hier que la croix chrétienne trône à l'Assemblée nationale. C'est à l'initiative de Maurice Duplesssis, en 1936, que des crucifix ont été accrochés au-dessus du siège du président du Salon bleu et du Salon rouge, dans l'enceinte du Parlement.

Le crucifix qui ornait le Salon rouge a été enlevé en 1968, à la suite de l'abolition du Conseil législatif, qui faisait office de Sénat au Québec.

Politique provinciale

Politique