•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection du caribou de la Gaspésie : quand la politique s'en mêle

On voit de profil un jeune caribou sur un terrain rocheux. Le ciel est nuageux.

Un caribou sur le mont Jacques-Cartier, en Gaspésie

Photo : iStock / gotrain

Michel-Félix Tremblay

En février dernier, moins d'une heure avant la conférence de presse prévue pour présenter le nouveau Plan de rétablissement du caribou de la Gaspésie, le cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs a finalement décidé de ne pas le rendre public. Une décision saluée par des élus locaux qui craignent une diminution des coupes forestières dans les secteurs bordant le Parc national de la Gaspésie.

Le 20 février, le ministère convoque la presse à Sainte-Anne-des-Monts. L'invitation ne peut pas être plus claire : Le MFFP souhaite rendre public le Plan de rétablissement de la population de caribous de la Gaspésie 2019-2029 et présenter le plan d'action ministériel pour cette même population.

Sur place, seul le plan d'action, un feuillet très général est présenté aux journalistes. La conférence de presse se déroule comme si de rien n'était mais pourtant, une joute politique de haut niveau vient tout juste de se dérouler.

La veille, les maires de Sainte-Anne-des-Monts et de Saint-Maxime-du-Mont-Louis ainsi que le préfet de la Haute-Gaspésie ont discuté avec le directeur régional du Ministère. Une rencontre pendant laquelle les élus locaux ont clairement exprimé leurs craintes sur certaines dispositions du nouveau plan, plus contraignantes pour l'industrie forestière.

Coupe forestière dans LanaudièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Coupe forestière

Photo : Radio-Canada

C’est des choses que j’ai fait ralentir , affirmera plus tard, sur nos ondes, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour.

C'est lui qui a décidé, finalement, de ne pas présenter le plan de rétablissement tel que prévu par les fonctionnaires, le 20 février. Certains participants l'ont appris moins d'une heure avant la conférence de presse.

Selon nos informations, le prochain Plan de rétablissement du caribou qui repose sur le bureau du ministre Dufour, propose de limiter les coupes forestières autour de l'habitat essentiel de l'espèce, une zone qui, grosso modo, épouse les contours du parc de la Gaspésie.

Il pourrait être question d'une diminution des coupes de l'ordre d'environ 15 %, dans un rayon variant entre 10 et 30 kilomètres autour du parc. C'est du moins ce que proposent des recherches effectuées à l'Université du Québec à Rimouski. Il ne serait pas question d'interdire complètement les coupes.

L'objectif est double : limiter le dérangement, mais surtout, éviter de créer des zones propices à la prolifération des coyotes, de grands prédateurs pour le caribou.

Malgré les preuves scientifiques, le maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes, demeure catégorique : pour lui, pas question d'imposer des coûts supplémentaires pour les entreprises forestières.

Les industries devront aller faire leurs coupes plus loin, ce sont des coûts d'opération plus élevés, on a des emplois en jeu.

Simon Deschênes, maire de Sainte-Anne-des-Monts

Simon Deschênes croit que le troupeau peut être sauvé sans que l'on touche aux compagnies forestières.

Une analyse que ne partage pas le biologiste Martin-Hugues St-Laurent. Le scientifique déplore la prise de position, partout au Québec, d'élus municipaux qui occultent certains faits scientifiques, selon lui.

Ils ont malheureusement rarement l'expertise requise pour en parler et transportent un discours qui a un écho dans la population, on vit dans une époque où il y a un grand déni de l'expertise de la science...

Martin-Hugues St-Laurent, biologiste à l'UQAR

Le maire de Saint-Maxime-du-Mont-Louis estime pour sa part que si le gouvernement est prêt à investir beaucoup d'argent pour sauver le troupeau de caribou, cela pourrait se traduire par une augmentation des travaux en forêt.

On pourrait perdre de la superficie de coupe autour du parc, mais compenser ça par de l'aménagement intensif dans la forêt autour du parc.

Guy Bernatchez, maire de Saint-Maxime-du-Mont-Louis

Le groupe d'élus, dont fait aussi partie le préfet Allen Cormier, a donc gagné son pari. Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a repoussé à 2022 le dépôt du Plan de rétablissement du caribou de la Gaspésie qui s'inscrira dans une « stratégie globale » pour l'ensemble des caribous de la province.

Les élus affirment par contre être totalement en faveur de la protection du caribou.

D'ici là, le Ministère s'est quand même engagé à mettre en place un plan d'aménagement forestier adapté au besoin du caribou. Des mesures nécessaires, note le chercheur Martin-Hugues St-Laurent, puisque le statu quo n'est pas une option.

On a modélisé le scénario actuel, donc continuer comme on le fait déjà, et ça nous suggère une extinction de la population d'ici les 50 prochaines années.

Martin-Hugues St-Laurent, biologiste à l'UQAR

Le ministre tiendra la plus grande partie de ses consultations en mai et en juin.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique