•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une lettre de Réal Cloutier sème la controverse

Un homme avec un coquelicot dans une salle de conférence lumineuse.

Réal Cloutier dit avoir reçu environ 40 réponses à sa lettre, dont la plupart étaient positives

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans une lettre aux employés, le président de l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW), Réal Cloutier, se dit conscient que ses employés sont plongés dans « la vallée du désespoir » depuis la transformation en profondeur du système de santé du Manitoba, il y a deux ans.

Il reconnaît que les changements sont difficiles, mais qu’ils sont nécessaires.

« Bien que ce soit vrai et important, je pense qu'il est temps que nous parlions d'autre chose. C’est comme ça, les changements sont difficiles, mais il faut passer à autre chose », écrit le président de l’ORSW dans sa lettre destinée aux 28 000 employés de la région sanitaire.

« Je sais que ces changements ont été durs pour beaucoup d'entre vous. Il y a de l'incertitude et des perturbations dans la façon dont nous travaillons. Je sais que beaucoup d’entre vous doivent travailler plusieurs heures supplémentaires et font face à beaucoup de pression », dit-il.

Je veux que vous sachiez que je vois tout ça, et je prends vos préoccupations au sérieux.

Réal Cloutier, président de l'ORSW

Il fait aussi référence à « la vallée du désespoir », soit un sentiment des travailleurs vis-à-vis de cette refonte. Il s’agit d’une expression utilisée dans les milieux de la gestion du changement qui fait référence à la dépression que ressentent les gens avant de commencer à accepter un changement majeur.

Utiliser la phrase « vallée du désespoir » dans le sujet de son courriel était un moyen accrocheur d'inciter les gens à lire, affirme Réal Cloutier : « Nous devons reconnaître que nous traversons un changement important, mais nous le faisons pour les bonnes raisons. »

Une lettre condescendante

Selon le chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba, Wab Kinew, il s’agit là d’une condamnation du plan de réforme des soins de santé du gouvernement progressiste-conservateur et la preuve que le moral des employés est bas.

« Si leur chef de la direction admet dans cette lettre que les compressions effectuées par le premier ministre dans le secteur de la santé leur causent une dépression, il y a un risque important que cela touche les patients », affirme-t-il.

À l'automne 2017, la salle d'urgence de l’Hôpital Victoria a été convertie en centre de soins d'urgence et l’Hôpital Misericordia est devenu une clinique de thérapie intraveineuse communautaire.

Plus tard cette année, la salle d'urgence de l'Hôpital Concordia fermera et l'urgence de l’Hôpital Seven Oaks sera transformée en centre de soins d'urgence.

Une femme au cheveux longs roux se tient devant un micro. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La présidente du Syndicat des employés du gouvernement du Manitoba (MGEU), Michelle Gawronsky.

Photo : Radio-Canada / Lyzaville Sale

Michelle Gawronsky, présidente du Syndicat des employés du gouvernement du Manitoba, s'attend à plus de difficultés.

« Il est réconfortant d'entendre l'ORSW enfin admettre que les compressions et le remaniement des services ont été pénibles pour les travailleurs de la santé, affirme-t-elle dans un communiqué. Cependant, minimiser les frustrations des travailleurs de la santé avec des slogans vides donne l'impression d'être condescendant et insultant pour les personnes de première ligne qui travaillent si dur pour prendre soin des patients. »

Le message de Réal Cloutier n'a pas satisfait le Syndicat des infirmières et infirmiers du Manitoba, dont les membres font face à des heures supplémentaires obligatoires et à une charge de travail accrue en raison des postes vacants, explique la présidente Darlene Jackson.

« C’est la preuve que nos préoccupations ne sont pas entendues », affirme-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !