•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Panne de télécommunications aux Îles : Québec s'en remet à Bell

Les câbles sous-marins qui relient l'archipel au continent

Les câbles sous-marins qui relient l'archipel au continent.

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Radio-Canada

À la suite de la panne de télécommunications aux Îles-de-la-Madeleine en novembre, la ministre responsable de la région, Marie-Ève Proulx, maintient toujours ne pas avoir vu le rapport de défaillance de l'entreprise Bell et faire confiance à la compagnie.

Le gouvernement s'en remet donc à la bonne foi de Bell Canada, une entreprise privée, pour assurer aux Madelinots qu'une panne majeure comme celle du 29 novembre ne se reproduira plus.

Ce rapport doit expliquer précisément pourquoi un des deux câbles a cessé de fonctionner lors de la tempête du 29 novembre, laissant l'archipel sans communication avec le continent pendant près de 24 h.

Signes d'érosion aux Îles-de-la-MadeleineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Anse-aux-Baleiniers, aux Îles-de-la-Madeleine, quelques jours après la tempête qui a coupé les Madelinots du continent.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Le gouvernement subventionne en grande partie ce câble de télécommunications, opéré par Bell et possédé par le Réseau intégré de communications électroniques des Îles (RICEÎM). Il considérait pourtant importante l'analyse de ce rapport pour déterminer les mesures à prendre.

Au début du mois de mars, Bell avait confirmé par écrit et verbalement au RICEÎM qu'une panne comme celle du 29 novembre 2018 ne se reproduirait plus. Bell nous informe que c'est un problème avec l'équipement [électronique] qui sert à alimenter les câbles, ce qui aurait empêché la redondance entre les deux câbles, lors de la tempête de novembre, avait alors précisé le coordonnateur des opérations courantes du RICEÎM, Joël Bourque.

Marie-Ève Proulx, ministre responsable de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie-Eve Proulx, ministre responsable de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada

De même, la ministre a indiqué que lors de rencontres, Bell lui a confirmé que le problème était de nature électronique et qu'une telle défaillance ne se reproduirait plus.

Ils nous ont expliqué brièvement que ça ne se reproduirait pas, a-t-elle mentionné. Ce n’est pas à moi de vous transmettre les raisons qui expliquent ce qui est arrivé. Je ne parlerai pas au nom de Bell.

C’est eux [Bell] qui sont propriétaires, c’est eux qui décident s’ils répondent ou non, s'ils répondent à la population. Malheureusement, je n’ai pas grand emprise là-dessus.

Marie-Ève Proulx, ministre responsable de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine

Québec et Ottawa ont financé l'installation des deux câbles, opérés par Bell et possédés par le RICEÎM.

Naïveté sans bornes, dit le député

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ex-maire des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, brigue l'investiture péquiste.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

De son côté, le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, juge que le gouvernement fait preuve d’une naïveté sans bornes en ne demandant pas de comptes et en n’exigeant pas un rapport écrit noir sur blanc qui nous dit "voici les moyens qui ont été mis en place" .

Selon lui, la situation est d'autant plus inquiétante que le gouvernement n'a toujours pas pris de décision quant à savoir si les câbles seront renforcés, réparés ou remplacés.

Ce que ça veut dire, c'est qu’on devra vivre encore un an au moins dans une situation de vulnérabilité et on ne sait même pas ce que [la compagnie] a mis en place comme garde-fou pour éviter que la situation se reproduise, déplore-t-il. Et le gouvernement dit : " on me dit que ça va bien aller ".

Avec les informations de Michel-Félix Tremblay et Félix Morrissette Beaulieu

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Télécommunications