•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Des incitatifs illégaux versés à des agronomes pour vendre plus de pesticides

    Protection avant l'épandage de pesticides.

    Photo : iStock

    Thomas Gerbet

    Au Québec, la majorité des agronomes qui conseillent les agriculteurs sur l'utilisation des pesticides sont des salariés des entreprises qui vendent ces produits. Mais ce n'est pas tout. Un rapport d'enquête rédigé pour l'Ordre des agronomes démontre que la plupart d'entre eux touchent des primes, bonis ou commissions, une pratique illégale pouvant les inciter à recommander trop de pesticides.

    « Oui, c’est illégal, mais tout le monde s’en fout », dit Sylvain (nom fictif), un agronome qui travaillait jusqu'à l'année dernière pour une entreprise de pesticides. Il a accepté de témoigner, mais sous le couvert de l'anonymat, par peur de représailles au sein de l'Ordre.

    Dans un rapport d'enquête distribué cet automne aux membres de l'Ordre, et dont Radio-Canada a obtenu copie, une firme externe conclut que 80 % des entreprises qui emploient des agronomes fonctionnent avec un mode de rémunération variable qui peut prendre la forme de primes, de bonis ou de commissions, en plus du salaire.

    « Plus on vendait certains produits, plus on avait des commissions, raconte Sylvain. J’enfreignais donc un article de mon Code. »

    L'article 31 du Code de déontologie des agronomes du Québec indique en effet qu'« un agronome doit s’abstenir de recevoir, en plus de la rémunération à laquelle il a droit, tout avantage, ristourne ou commission relatifs à l’exercice de sa profession ».

    Je recevais un voyage dans le Sud si je vendais assez de poches de semences de maïs [enrobées de pesticides].

    Sylvain, ancien agronome salarié d'une entreprise de pesticides

    L'étude a été commandée par l'Ordre des agronomes dans la foulée d'une enquête de Radio-Canada qui révélait, en août 2017, que les agriculteurs sont majoritairement conseillés par des agronomes vendeurs, payés par les entreprises de pesticides.

    C'est comme si un médecin était salarié d'une compagnie pharmaceutique qui lui demande de vendre des médicaments.

    « Nos deux missions sont en conflit direct », témoigne Sylvain, l'ancien agronome salarié d'une entreprise de pesticides.

    Le 30 octobre 2018, la France a voté une loi pour interdire à un agronome d'être à la fois conseiller et vendeur de pesticides. Elle entrera en vigueur en 2021. Mais au Québec, le débat est à peine lancé.

    Conflit d'intérêts

    Un tracteur avec à l'arrière des tuyaux déverse un produit dans un champ.

    Un tracteur épand des pesticides dans un champ de soya.

    Photo : Getty Images / iStock / Fotokostic

    « Oui, il est possible qu’il y ait des sources de conflits d’intérêts », reconnaît le président de l'Ordre des agronomes du Québec, Michel Duval, en entrevue à Radio-Canada.

    « Il y a des chiffres qui ne font pas notre bonheur, dit-il. On a trouvé dans une entreprise des gens qui étaient rémunérés 100 % à la commission. Ça donne comme apparence qu'il y a un intérêt personnel à la vente du produit. »

    Un comité d'experts universitaires a été mandaté par l'Ordre pour faire des recommandations. Son rapport est attendu d'ici la fin de l'année.

    C'est certainement très préoccupant.

    André Lamontagne, ministre de l'Agriculture du Québec.

    Le ministre de l'Agriculture du Québec André Lamontagne souhaite que l'Ordre soit « diligeant dans les suites qu'il va donner à ce rapport » .

    Le Code de déontologie pourrait être modifié, mais il n'est pas question d'interdire à un agronome vendeur de prodiguer des conseils dans les champs.

    « Je ne vous dis pas qu’on n'ira jamais à ce point-là, mais pour l’instant, on n’est pas rendus là », répond le président de l'Ordre Michel Duval.

    La CAQ accepte de tenir une commission parlementaire sur les pesticides

    La Coalition avenir Québec a voté en faveur de la tenue d'une commission parlementaire sur l'utilisation des pesticides au Québec. Dans la foulée du congédiement du lanceur d'alerte Louis Robert, le Parti québécois avait proposé que des élus de tous les partis entendent des témoins pour examiner « les impacts des pesticides sur la santé publique et l'environnement ».

    Les consultations publiques permettront d'auditionner des experts. Il sera aussi question des « pratiques de remplacement innovantes disponibles et à venir. » Un rapport final sera produit.

    En revanche, la commission ne se penchera pas directement sur les enjeux d'indépendance des agronomes et d'indépendance de la recherche.

    Comment en est-on arrivé là?

    Si les agriculteurs ne font pas tous affaire avec des agronomes indépendants, c’est parce qu’il n’y en a pas assez dans les champs. Ils sont moins nombreux et moins disponibles que les agronomes vendeurs.

    Par ailleurs, les indépendants facturent leurs services, alors que les vendeurs dispensent leurs conseils gratuitement aux agriculteurs.

    Dans le même temps, le nombre d'agronomes employés par le gouvernement du Québec a été en constante diminution ces dernières années.

    Aucun problème, selon l'industrie

    « Les agronomes travaillant en productions végétales sont des professionnels hautement qualifiés qui offrent aux producteurs des conseils fiables pour favoriser la durabilité de leurs opérations », dit Pierre Petelle, PDG de CropLife Canada, le lobby qui représente les manufacturiers et les distributeurs, comme Bayer (Monsanto) ou Syngenta.

    Pierre Petelle affirme que les agriculteurs du Québec « ont le choix quant à l’endroit où ils obtiennent des conseils en agronomie » et il considère que le Code de déontologie « garantit le respect des normes éthiques et professionnelles les plus élevées ».

    L'ancienne présidente de l'Ordre des agronomes Claire Bolduc n'est pas de cet avis. « C'est un mode de rémunération préoccupant, dit-elle. Ça incite à faire des ventes plus importantes et à augmenter les recommandations. »

    Elle recommande que le Québec s'inspire de la France et interdise à un agronome d'agir à la fois comme conseiller et comme vendeur.

    Trop de pesticides inutiles dans les champs

    Dans le cadre de notre enquête, en 2017, des agriculteurs témoignaient d'une baisse importante de leur utilisation de pesticides depuis qu'ils avaient commencé à recourir à un agronome indépendant.

    Des cultivateurs sont encouragés par les agronomes vendeurs des compagnies à traiter leurs champs de façon préventive. Certains racontent qu'on leur présente des risques d'insectes ravageurs qui n'existent même pas encore au Canada.

    Pourtant, le ministère de l'Agriculture du Québec indique clairement sur son site web qu'« il ne sert à rien de faire une application lorsque l'insecte n'est pas au rendez-vous ».

    Quant au ministère de l'Environnement, il cite des études qui démontrent que l'utilisation systématique de pesticides comme les néonicotinoïdes « n’est généralement pas justifiée ».

    Ce sont d'ailleurs des études qui attestent l'inutilité de certains épandages qui ont créé une crise à l'intérieur du Centre de recherche sur les grains, en 2017.

    Des chercheurs avaient démissionné, se plaignant de l'ingérence de représentants de l'industrie dans leur conseil d'administration. Une affaire révélée au public par l'ex-agronome du ministère de l'Agriculture Louis Robert.

    Au sein de l'Ordre des agronomes, la pression de l'industrie se fait aussi sentir. Les dernières assemblées générales ont vu plusieurs propositions visant à renforcer l'indépendance des agronomes et de la recherche se faire battre par des agronomes vendeurs présents massivement pour le vote.

    Rôle accru des agronomes dès la semaine prochaine

    À partir du lundi 1er avril, le gouvernement du Québec obligera les agriculteurs qui veulent avoir recours à trois des insecticides néonicotinoïdes (les pesticides « tueurs d'abeilles ») à obtenir la prescription préalable d'un agronome.

    L’objectif de l'ancien gouvernement libéral, qui a décidé la mesure, est de s’assurer que certains pesticides soient utilisés quand cela est vraiment nécessaire.

    Les agronomes qui signeront les justifications seront toutefois les mêmes qui officient dans les champs, donc en majorité des agronomes vendeurs liés à l'industrie.

    Politique provinciale

    Politique