•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intoxiquée par l'alcool, Athena Gervais est morte noyée, conclut le coroner

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Athena Gervais, une adolescente disparue qui a été retrouvée morte à Laval.

Athena Gervais était portée disparue depuis le 26 février.

Photo : Photo fournie par la police

Radio-Canada

La jeune fille de 14 ans dont le corps avait été retrouvé, début mars 2018, dans un ruisseau près d'une école secondaire de Laval, est morte noyée, affirme le coroner Martin Laroque dans son rapport. L'alcool a joué un rôle dans cette tragédie.

Le coroner conclut qu'Athena Gervais est « décédée par noyade avec une composante possible d’hypothermie, dans un contexte de consommation excessive d’une boisson sucrée à haute teneur en alcool ».

Cet événement avait soulevé le débat sur les boissons alcoolisées très sucrées facilement accessibles et mises en marché principalement pour une jeune clientèle, et forcé la réaction des élus jusqu'aux parlements à Québec et à Ottawa.

Rappel des faits

Le 26 février 2018, la jeune fille quitte l'école avec des amis à la période du dîner. Elle entre dans un dépanneur et y vole une première canette de 568 ml d'une boisson alcoolisée nommée FCKD UP, d'une teneur en alcool de 11,9 %.

Elle en boit la majeure partie, puis va voler deux autres canettes de la même boisson, consomme tout le contenu de l'une d'elles et en partie celui de la troisième. Un ami vide la troisième canette pour l'empêcher de la boire au complet. Les jeunes étaient conscients de boire de l'alcool, affirme le coroner.

La jeune fille a donc bu l'équivalent de 12 verres de vin en moins d'une demi-heure.

Athena rentre à l'école à l'heure du dîner, mais en ressort aussitôt, seule. Elle n'a plus été revue vivante.

Une enquête policière est déclenchée le même jour. Le corps de la jeune fille est retrouvé le 1er mars dans un ruisseau à l'arrière de l'école, profond d'à peine deux pieds. Le décès est constaté sur place.

Le coroner estime qu'Athena Gervais est tombée accidentellement dans le cours d'eau. Elle serait décédée le jour même de sa disparition.

Elle n'avait aucun historique de consommation d'alcool.

Peu après le décès d'Athena Gervais, le fabricant de FCKD UP a retiré le produit du marché.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Alain Gervais, père de l’adolescente Athena Gervais.

Entrevue avec Alain Gervais, père de l’adolescente.

Photo : Radio-Canada

Des recommandations

« Il faut retenir du décès d’Athena qu’il est impératif qu’un ensemble de mesures soit adopté afin de prévenir les dangers inhérents à la consommation excessive d’alcool », estime Me Larocque.

Dans son rapport, il recommande une série de mesures pour encadrer la commercialisation des produits alcoolisés, notamment sur leur apparence et leur accessibilité, et d’éviter toute image qui banalise leur consommation excessive.

Il recommande aussi de restreindre à l'équivalent d'une consommation standard la teneur en alcool dans les boissons sucrées, alors que l'équivalent d'une consommation et demi est présentement permis.

Me Larocque souligne par ailleurs le fait que les lois et règlements entourant la publicité et l’alcool ne « sont peut-être pas adaptés aux moyens de communication contemporains utilisés par le jeune public », soit les divers réseaux sociaux. Il recommande d’élargir à Internet les dispositions du Code de la publicité radiodiffusée.

Le père d'Athéna motivé à poursuivre le combat

Alain Gervais, père d’Athena, s’est dit surpris que sa fille ait consommé autant d'alcool en si peu de temps. Il s’attendait toutefois aux conclusions du rapport. « Ce que ça fait, [c’est] qu’on souhaite juste de continuer à avancer pour faire changer les lois », dit-il.

Quelques semaines après le décès d’Athena, le gouvernement libéral de l’époque avait annoncé le retrait des boissons sucrées alcoolisées à plus de 7 % des dépanneurs, les confinant aux magasins de la Société des alcools du Québec (SAQ).

« Le gouvernement du Québec est intervenu rapidement, reconnaît Alain Gervais. Je suis quand même satisfait de ce qui a été fait. Maintenant, c’est au niveau fédéral que c’est un peu plus long. Avec le rapport qui vient d’être déposé, ça nous donne ce qu’il faut pour continuer à mettre de la pression de ce côté-là. »

Les marchands « sensibilisés »

Questionné sur l’enjeu des boissons alcoolisées sucrées, et dans la foulée du rapport du coroner, le directeur général de l’Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec, Yves Servais, estime qu’il n’est pas tout de même pas souhaitable de retirer complètement ces produits des étagères.

« Faut pas ratisser plus large qu’on ne le devrait », a dit M. Servais en entrevue à l’émission Midi-Info. « La réglementation, il y a en a suffisamment en ce moment. Les détaillants sont sensibilisés à ce que ces produits-là soient vendus à des personnes adultes. »

Les commerçants se disent réceptifs à un meilleur encadrement de ces produits, ajoute-t-il, qu’il s’agisse de leur format ou de la teneur en alcool qu’ils contiennent.

« C’est [une catégorie de] produit qui est en croissance, c’est fait pour être consommé par des adultes, dit M. Servais. Il y a plusieurs produits qui se retrouvent sur nos tablettes, qui se vendent bien, qui sont appréciés par des consommateurs adultes. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !