•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Émile Loranger, toujours maire de L'Ancienne-Lorette

Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, préside une séance du conseil municipal.
Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, préside une séance du conseil municipal. Photo: Radio-Canada
Louise Boisvert

Malgré un vote unanime des conseillers de L'Ancienne-Lorette pour que le maire se retire de ses fonctions le temps que la Commission municipale du Québec (CMQ) enquête sur son comportement, Émile Loranger a présidé la séance du conseil municipal mardi soir.

« Je ne sais plus quoi penser », s'est indigné le conseiller Charles Guérard à la sortie de la séance. Il ne comprend toujours pas pourquoi Émile Loranger peut encore siéger comme maire, malgré la résolution adoptée lors de la dernière séance, en février.

D'une seule voix, les élus avaient alors assuré la CMQ, mandatée par la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, pour faire la lumière sur des allégations de conflit d'intérêts qui visent le maire, de leur entière collaboration.

Les élus demandaient également qu'Émile Loranger laisse son siège vacant pour la durée des procédures.

Ce qui agace encore plus le conseiller, c'est que le maire a signé cette résolution, signe qu'il l'approuve.

Je pense qu'il faudrait demander à la ministre des Affaires municipales qu'est-ce que l'on fait quand un élu ne respecte pas une décision que le conseil a voté à l'unanimité.

Charles Guérard, conseiller municipal de L'Ancienne-Lorette

« L'enquête est finie »

Le maire Loranger voit les choses d'un autre oeil. La résolution stipulait qu'il devait se tenir à l'écart le temps que l'enquête de la CMQ soit terminée.

À son avis, il peut reprendre ses fonctions puisque le travail de la CMQ est terminé. Le maire a été cité en déontologie municipale au début du mois, après que la CMQ eut relevé 14 manquements au Code d'éthique et de déontologie des élus.

Il ne lui reste plus qu'à se présenter devant un juge administratif qui sera chargé de trancher le débat.

Mais en approuvant la résolution, le maire Loranger a également évité qu'elle soit de nouveau débattue lors de la séance de mardi soir.

« On n'est pas à un rebondissement près », s'est exclamé le conseiller Guérard, un peu exaspéré.

Monsieur Loranger est un politicien rusé!

Charles Guérard, conseiller municipal de L'Ancienne-Lorette

M. Guérard demande à la CMQ d'agir rapidement dans ce dossier.

Embauche d'un avocat

Le maire Loranger a déjà annoncé qu'il allait plaider non coupable et qu'il entend se défendre contre tous les chefs d'accusation retenus. Il a dû embaucher un avocat pour se représenter.

Lors d'un échange au conseil municipal mardi soir, le conseiller Guérard a voulu savoir qui allait payer ces frais. Le maire en prend l'entière responsabilité, s'il est reconnu coupable.

C'est sûr et certain que si je suis condamné, c'est moi qui paie la facture. Si je suis exonéré, c'est la Ville. C'est dans la loi.

Émile Loranger, maire de L'Ancienne-Lorette

Le maire est persuadé que la Commission va lui donner raison.

La date de son audience n'est toujours pas connue.

Affaires municipales

Politique